the secret circle
Bienvenue, cher Invité

THE SECRET CIRCLE EST ACTUELLEMENT FERME. SI VOUS SOUHAITEZ NOUS RETROUVER OU APPRENDRE A NOUS CONNAITRE, REJOIGNEZ NOUS SUR NOTRE FORUM ONCE UPON A TIME http://www.once-upon-rpg.net/

NOUS VOUS ATTENDONS AVEC IMPATIENCE, BONNE AMBIANCE ET ACCUEIL CHALEUREUX GARANTI !

A bientôt peut être !




Partagez|

« Visite Guidée » ft M. Keila Smith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
messages : 451
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 03/02/2012
age : 27

bind the circle
situation: célibataire
avec:
avatar
Katniss J. Darkholmes
MessageSujet: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith Mar 1 Mai - 23:31


Visite Guidée
Katniss J. Darkholmes & M. Keila Smith


Journée chargée aujourd’hui. L’avantage, c’est que j’étais dispensée de cours. Pourquoi ? Eh bien, je m’étais portée volontaire pour jouer les guides touristiques aux terminales du lycée de Coventry qui venaient aujourd’hui - et comme chaque année - visiter l’Université. Il y aurait pu avoir ma sœur, mais elle ne faisait pas partie du groupe qui venait aujourd’hui. J’avais tout de même pu commencer ma journée par mon entrainement quotidien à la piscine de l’Université. J’avais toujours été sportive, et avait besoin de me défouler. De plus, j’avais un esprit de compétition surdévellopé, alors mieux valait que je fasse du sport sinon je risquait de devenir une véritable plaie. Et puis, mes talents de nageuse m’avaient offert une bourse à l’Université, ce qui était une bonne chose car jamais je n’aurais eu les moyens de payer mes études sans ça. Enfin, si. Ma mère ne nous avait pas laissées totalement démunies ma sœur et moi mais je tenais à garder l’argent qu’elle avait mit de côté pour nos études pour Kaleigh. Avec ma bourse et mes petits boulots - quand j’en trouvais - on parvenait à s’en sortir, ce qui relevait un peu du miracle.

J’étais donc arrivée de bonne heure ce matin là, pour aller m’entrainer et après une bonne douche, je m’étais rendue dans le hall pour attendre le groupe d’élèves à qui je devais faire visiter l’Université. Je n’étais pas la seule, d’ailleurs. Ils avaient essayé d’avoir des élèves de plusieurs sections différentes. Il y avait donc la fille superficielle habillée en marques hors de prix - le bon vieux stéréotype de la fille agaçante étudiant la mode, heureusement elles n’étaient pas toutes comme ça - un gars avec une bonne tête de geek - informatique - ou encore une fille à l’air austère, sérieux, qui n’avait pas vraiment l’air d’avoir choisi d’être là et préfèrerait clairement aller en cours pour disséquer un cadavre que d’accompagner une bande d’ado à travers le campus pour la journée. Oh, et puis il y avait moi, qui étudiait le journalisme. Une chose était certaine, à côté de la petite bourge habillée en Chanel ou je ne sais trop quelle marque et ses ongles parfaitement manucurés, je n’avais pas vraiment la class avec mes cheveux mouillés et mon jean slim troué. Si le doyen me voyait, il grincerait probablement des dents. Quelle image je donnais de sa précieuse Université !

Le groupe de lycéens était finalement arrivé accompagnés de leurs professeurs, et la visite avait démarré. L’étudiante en médecine dont j’ignorais le nom, prit la visite en main, mais parlait d’une voix si monocorde que même moi je décrochais. Afin de regagner l’attention des lycéens, je me chargeai donc de caser quelques réflexions de temps en temps, ce qui m’attira des regards noirs de l’autre étudiante mais avait l’air d’amuser l’étudiant en informatique. Il n’était peut être pas si geek que ça en fait. Lorsqu’on arriva aux installations sportives, je pris le relais. Ni l’étudiante en médecine, ni le geek ne faisaient de sport… Et la midinette étudiante en mode encore moins, elle risquerait de se casser un ongle et ce serait la troisième guerre mondiale.

Tout en parlant au groupe de lycéens, je remarquais que l’une d’entre eux se tenait à l’écart. Pendant que j’étais au lycée, aussi surprenant que cela puisse être, j’avais été du genre assez populaire - j’ignorais moi-même pourquoi - mais en arrivant ici je m’étais sentie… A l’écart, coincée au milieu de gosses de riches dont peu semblaient avoir envie de venir me parler. Ca m’était égal, et j’avais fini par me faire des amis mais dans le cas de cette fille, personne ne semblait vraiment aller vers elle et ce même lorsque, une fois la visite des installations sportives fut terminée, je dis aux élèves qu’ils pouvaient aller faire un tour par eux même et qu’on se retrouverait ici d’ici une demi heure. La voyant s’éloigner seule, je la rattrapais rapidement; J’ignorais encore ce que j’allais bien pouvoir lui dire, mais je trouverai bien. Je n’aimais pas laisser les gens à l’écart, et apparemment, personne de son lycée ne semblait se préoccuper du fait qu’elle soit seule car chacun s’éloignaient déjà de leurs côté. « Hey ! » m’exclamai-je afin d’attirer son attention avant d‘ajouter, une fois arrivée à son niveau. « Hey, salut. Tu es sûre que ça va ? » Demandai-je, de but en blanc. Quelle façon de commencer une conversation, Katniss ! Bravo, tu te surpasse tous les jours. « Je ne t’ai pas ennuyée avec mes bêtises sur les exploits sportifs des équipes de l‘Université, j’espère, tu avais l’air ailleurs. Je suis Katniss, au fait. » Elle le sait déjà débile, me sermonnai-je intérieurement, tu l’as dit y a pas deux heures avant de commencer la visite. Bah, peut être que mon début de conversation bancal la mettrait un peu plus à l’aise, allez savoir !
.

Spoiler:
 



she has no idea. the effect she can have
I remember tears streaming down your face, When I said, I'll never let you go. When all those shadows almost killed your light. I remember you said don't leave me here alone. But all that's dead and gone and passed tonight... Just close your eyes, The sun is going down. You'll be alright, No one can hurt you now, Come morning light, You and I'll be safe and sound
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 240
date de naissance : 16/07/1995
date d'inscription : 01/05/2012
age : 23

bind the circle
situation: c'est compliqué
avec: Jayden McCarty et Tabatha Blackwell
avatar
M. Keila Smith
MessageSujet: Re: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith Mer 2 Mai - 6:46

    Aujourd’hui c’était censé être mon premier jour d’école et évidemment ça tombait sur le jour de la visite à l’université ! D’un côté ça m’arrangeait, il fallait que je rattrape les cours et ça n’allais pas être facile. Je débarquai comme ça, à un mois du Bac. Qu’elle idée mes parents ont eu quand même de m’envoyer à l’écart. Heureusement que durant cette année j’ai travaillé d’arrache pied pour ne pas décevoir mes parents une nouvelle fois. Enfin disons que je me suis tenue à carreaux pour avoir le droit de sortir.

    Dans le bus scolaire, les autres élèves s’étaient déjà mis en groupes. C’était un peu comme dans les films américains mais en moins prononcé. En tout cas, aucun d’entre eux ne vint me demander qui j’étais ou ce que je faisais là. Je pensais pourtant que dans le public les gens étaient plus ouverts et n’hésitaient pas à se mélanger. Quoique que les stéréotypes sur les gens du privé étaient faux. On les prenait pour des culs serrés travailleurs mais en soirée, croyez-moi, ils sont aussi dévergondés que n’importe quel ado. Peut-être même plus à cause des problèmes familiaux et de la pression de l’héritage à venir. Quant aux travailleurs, ils ne l’étaient pas tous. Plusieurs élèves de ma classe payaient des gens pour faire les devoirs ou les examens à leur place. Alors je suppose que les stéréotypes sur les jeunes du public devaient être eux aussi faux. N’empêche que personne durant le trajet n’est venu me parler. D’un côté ça ne me dérangeait pas. J’aimais être la nouvelle mystérieuse qui débarque de nulle part et que personne ne connait. Ça me permettait de garder mes secrets bien en sécurité. Pas contre, de l’autre côté, j’aurais bien aimé être « la nouvelle attraction du lycée », ou au moins rencontrer des gens et avoir une vie sociale et tout.

    A peine dix minutes de trajet et nous étions arrivés. Il nous suffisait de traverser la ville pour aller à l’université de Coventry. Elle était vraiment belle. Bon elle n’était pas aussi prestigieuse que Oxford –université à laquelle j’étais destinée si j’étais restée au lycée privé- et franchement elle me plaisait. Il ne manquait plus qu’à trouver qu’est ce que j’allais étudier.

    Je laissais passer tout le monde devant moi – comme si inconsciemment je voulais rester invisible, faire tout pour qu’ils ne me voient pas et ne me posent pas des questions trop personnelles- puis descendit en dernière. Une des prof – Mme Alistair je crois- me lança un regard pleins de compassion et m’incita du regard à m’avancer. Elle avait l’air gentille, je l’avais croisée au secrétariat quand je m’occupai de mon dossier d’inscription et elle m’avait tout de suite paru ouverte et un peu maternelle envers ses élèves. Je ne savais pas ce qu’elle enseignait, mais en tout cas j’avais bien envie de faire partie de sa classe.
    Les profs nous entrainèrent vers quatre étudiants. Il y avait une blonde avec un serre-tête, des fringues de marques et un maquillage trop prononcé à mon goût : elle devait étudier la mode, bien que son choix vestimentaire me paru… inapproprié disons. Il y avait aussi un gars, pâle, menu et qui portait des lunettes. Il avait l’air gentil mais un peu à l’ouest. Une brune se tenait à côté de lui. Elle avait un chignon serré et des habits pas de son âge. Elle semblait vraiment très sérieuse, et un peu blasée. Enfin il y avait une autre blonde, les cheveux lâches et mouillés comme si elle sortait de la douche quand elle s’est aperçue qu’elle était en retard pour la visite. Elle portait un jean troué. Apparemment elle et la fille sérieuse ne s’aimaient pas, elles ne faisaient que se couper la parole ou faire des remarques. De plus, la blonde au jean troué – qui s’était présenté et nous avait dit qu’elle s’appelait Katniss- semblait s’ennuyer peut-être même plus que les jeunes de mon lycée.

    Enfin, les 4 étudiants nous firent visiter, en commençant par les installations sportives. Génial ! Je hais le sport. Bon ok je suis douée en Equitation et tout ce qu’il s’y ramène (polo, course d’obstacles, etc), et que je me défends en escrime (ce qui pourrait être utile si on avait été en 1600 et quelques). Je n’avais jamais rien pratiqué d’autre que ça (à part la danse classique que je ne considérais pas vraiment comme un sport). Cette fois ce fut « Katniss » qui prit la parole. Elle semblait adorer le sport. Soudain ça recommençais. J’avais une vision. Arg ! Pourquoi ici ! Je reculais de quelques pas et me retournais, m’appuyant sur un des murs.


    Une porte s’ouvre. Je suis dans une bibliothèque. Des jeunes travaillent tranquillement. Soudain quelque chose se passe. Un tremblement de terre ?


« Hey ! » s’écria Katniss « Hey, salut. Tu es sûre que ça va ? »

Je regardai autour de moi, les élèves de mon lycée n’étaient plus là, j’en aperçu certains qui se dispersaient, allaient s’allonger dans l’herbe ou sortaient à manger de leur sac.

« Je ne t’ai pas ennuyée avec mes bêtises sur les exploits sportifs des équipes de l‘Université, j’espère, tu avais l’air ailleurs. Je suis Katniss, au fait. »

« Ouais je sais j’ai… entendu quand tu l’as dit » dis-je en souriant en coin. Je me sentais un peu déconcertée, c’était la première personne de la journée qui me parlait, ça me faisait un peu bizarre de reprendre une vie sociale pour la première fois depuis un an. « Disons que je suis pas fan de sport mais, celle qui m’a vraiment ennuyée c’est la brune. Désolée si c’est ton amie hein, mais je la trouve soporifique ». J’émis un petit rire avant d’ajouter : « Euh, moi c’est Keila au fait »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 451
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 03/02/2012
age : 27

bind the circle
situation: célibataire
avec:
avatar
Katniss J. Darkholmes
MessageSujet: Re: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith Mer 2 Mai - 19:56


Visite Guidée
Katniss J. Darkholmes & M. Keila Smith


Je n’ai jamais trop compris pourquoi j’avais été populaire au lycée. En tout cas, je ne l’avais jamais fais exprès, mais à peine arrivée là bas, je m’étais fais des tas d’amis. Enfin, j’étais surtout populaire auprès des garçons. Attention, pas populaire dans le sens qu’ils voulaient tous sortir avec moi, non, non. J’étais juste amie avec des tas de garçons. En même temps, ils ne rencontraient pas beaucoup de filles qui voulaient bien aller faire une partie de basket avec eux sans se soucier de si elle finissait avec le visage rouge comme une tomate, qui se fichait de ne pas avoir les fringues à la dernière mode comme de ses premières chaussettes, et qui pouvait sortir en soirée avec eux sans leur courir après. En fait… Ils me traitaient un peu comme leur copain, ce qui ne me dérangeait pas du tout à vrai dire. Ca leur à fait tout drôle quand je me suis pointée en robe au bal de début d’année, ce qui m’avait faite beaucoup rire. A croire qu’ils avaient oublié que j’étais une fille. Forcément, ça fait toujours plus d’effet quand on se met rarement en robe et talons et qu’on préfère les jeans et chaussures plus confortables dans la vie de tous les jours - et puis j’étais déjà bien assez grande comme ça.

A l’Université, mon côté un peu garçon manqué m’avait au contraire isolée au début, au milieu des filles et fils à papa. Mais fort heureusement, il n’y avait pas que ça, et j’avais déjà des amis, donc c’était le cadet de mes soucis. J’avais des amis et… mon Cercle. Car ce que tout le monde ou presque ignorait, c’est que j’étais une sorcière. Bon, pas une sorcière flippante pleine de verrues. J’étais normale, si on exclue le fait que je suis capable de faire bouger des objets sans les toucher ou d’allumer un feu sans allumettes. Et je n’étais pas la seule sorcière. Notre cercle comptait pour le moment cinq personnes, moi comprise. Il ne nous restait donc qu’à trouver le 6e membre, et nous serions au complet. Heureusement que personne ne le savait, parce que la vous pourriez être surs que là, je serais immédiatement devenue une véritable paria. Allez savoir pourquoi, le surnaturel a une fâcheuse tendance à faire fuir et effrayer les gens. Moi, ça me fascinait, j’adorais expérimenter avec mes pouvoirs, tenter de nouveaux sortilèges… Et j’étais devenue assez douée - même si j’étais loin d’être une experte. Déjà je contrôlais mes pouvoirs, et ne déclenchais plus de catastrophes, ce qui était un très bon point. Et étant le leader de mon Cercle, mieux valait que je ne fasse pas n’importe quoi. Et que personne ne le sache. Sinon je me retrouverais probablement dans la même situation que la jeune lycéenne vers laquelle je m’étais dirigée. Sauf que même si j’avais été relativement populaire au lycée, je n’avais jamais été du genre à aller rabaisser quelqu’un et à leur faire la misère par plaisir. Au contraire, je ne me gênais généralement pas pour parler à qui j’en avais envie et à rabattre le caquet des bullies du coin. J’espérais que cette jeune fille ne recevait pas ce genre de remarques qui pouvaient être très désagréables.

Ma manière de démarrer la conversation avait été légèrement maladroite. Pas que légèrement, à vrai dire, mais bon, c’était tout moi, il n’y avait rien d’étonnant la dedans. J’espérais seulement ne pas lui avoir fait peur à lui sauter dessus de la sorte. Peut être même avait-elle envie d’être seule, allez savoir. Ca arrive à tout le monde. « Ouais je sais j’ai… entendu quand tu l’as dit » Me répondit-elle avec un sourire en coin. Forcément. Enfin, au moins j’avais été polie, je m’étais présentée, même si ça avait été inutile. C‘est ce qui arrive quand on parle sans réfléchir. « Oui, j’ai percuté qu’après, désolée. » répondis-je avec un sourire, pas décontenancée le moins du monde. Le ridicule ça me connaissais, j’avais connu pire. « Disons que je suis pas fan de sport mais, celle qui m’a vraiment ennuyée c’est la brune. Désolée si c’est ton amie hein, mais je la trouve soporifique » Ajouta la jeune fille avec un petit rire, qui ne s’était pas encore présentée. Je me doutais bien que le sport n’intéressait pas tout le monde, je faisais simplement ce qu’on m’avait demandé. En plus de faire visiter, on était sensés faire un peu la promotion de l’établissement donc vanter l’exploit de nos équipes faisait partie de ce que je devais dire, que je le veuilles ou non, et puis ceux qui faisaient du sport au lycée pouvaient être intéressés. Donc il fallait bien en parler. . « Euh, moi c’est Keila au fait » Se présenta finalement la jeune lycéenne.

Jetant un regard à l’étudiante en médecine qui se tenait plus loin, droite comme un i à attendre que les élèves fassent leur petit tour - et je la soupçonnais également d’être en train de surveiller qu’ils ne fassent pas de bêtises - je répondis : « Oh, ne t’en fais pas, c’est pas mon amie. Elle est aussi aimable qu’une porte de prison, pas du tout mon genre de fréquentations. » tentant de la rassurer, sa remarque ne m’avait aucunement vexée et en fait, j’étais d’accord avec elle. Surtout que je n’avais aucun intérêt à écouter son discours étant donné que cela faisait déjà 3 ans que j’étais à l’Université. Donc je la connaissais en long, en large, et en travers « Enchantée en tout cas, Keila. Tu es nouvelle en ville ? Je ne t’ai jamais vue au lycée quand je passe y déposer ma sœur. » Entre mes allées et venues pour ma sœur lorsque je ne pouvais pas lui laisser la voiture, ou mes visites à Tabatha quand je passais lui tenir compagnie à la pause de midi, je pensais avoir vu à peu près tous les Terminales du lycée, et pourtant, Keila ne me disait rien. J’avais une fâcheuse tendance à oublier les visage des pompom girls - je ne voyais que leur uniforme - mais quelque chose me disait que ce n’était pas vraiment le genre de Keila. Je me trompais peut être, certes. Mais même si j’étais une maladroite tête en l’air, j’avais une assez bonne mémoire des visages et celui de Keila ne m’était pas familier.



she has no idea. the effect she can have
I remember tears streaming down your face, When I said, I'll never let you go. When all those shadows almost killed your light. I remember you said don't leave me here alone. But all that's dead and gone and passed tonight... Just close your eyes, The sun is going down. You'll be alright, No one can hurt you now, Come morning light, You and I'll be safe and sound
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 240
date de naissance : 16/07/1995
date d'inscription : 01/05/2012
age : 23

bind the circle
situation: c'est compliqué
avec: Jayden McCarty et Tabatha Blackwell
avatar
M. Keila Smith
MessageSujet: Re: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith Mer 2 Mai - 20:56

    J’avais toujours été très entourée. Jamais, une seule seconde de ma vie je n’avais été seule. Je devais ça à ma chère mère qui m’avait inscrite à huit activités extrascolaires. Je passais ma vie à faire de la danse classique, jouer du piano, faire de l’équitation, du polo, de l’escrime et d’autres. J’avais fait tous les trucs que font les riches dans les films. Je n’avais pas une seconde à moi. Et quand je n’avais pas d’activité, j’étais à l’école ou dans des soirées (la plupart mondaines) ou je faisais du shopping avec ma mère. Vous pensez peut-être que c’est la vie de rêve mais à force c’est étouffant. Aujourd’hui, les seuls sports que je pratiquais encore c’était la danse classique et l’équitation. Mais c’était par passion pour les arts et pour les animaux. C’est peut-être de là que vient mon rejet du sport. C’est certainement de là aussi que vient mon désir de liberté et ma passion pour la nature. Tout ça pour dire que la solitude, j’y étais aujourd’hui habituée, et qu’elle ne me dérangeait pas du tout. D’ailleurs c’était plus pratique pour garder certains secrets. Dire que mon caractère extraverti de ma jeunesse à disparu est un euphémisme ! D’un autre côté, je n’étais pas non plus mécontente que Katniss m’aie abordée. J’aimais être seule, ça ne voulais pas dire que je devais l’être 24h/24 !


« Oh, ne t’en fais pas, c’est pas mon amie. Elle est aussi aimable qu’une porte de prison, pas du tout mon genre de fréquentations. »

« J’aime bien ta comparaison » dis-je entre deux rires. « C'est méchant à dire mais... ça la décrit bien!»

    Je jetais un regard à la fille en question. C’est vrai qu’elle semblait assez antipathique. Je l’imaginais sur son bureau à travailler jusqu’à 2h du matin. Ou alors avoir des rituels et des habitudes très précises et réglés à la seconde près. Genre manger une salade fraîche et du poisson à midi pile, puis se laver les dents pendant trois minutes, montre en main. Cette idée m’arracha un sourire.


« Enchantée en tout cas, Keila. »

« De même, Katniss » répondis-je en souriant

« Tu es nouvelle en ville ? Je ne t’ai jamais vue au lycée quand je passe y déposer ma sœur. »

    Et voilà qu’on en venait à des questions personnelles ! Même avant que je ne commence à avoir des visions, c’était le genre de questions que je détestais aborder. Tout d’abord je détestais parler de moi. J’ai l’impression de me vanter, d’étaler ma vie et d’ennuyer les gens avec ce que je raconte. Je devrais peut-être oser plus parler. Ce qui nous amène à mon second problème : mes parents mon enfermée plus d’un an dans une maison au milieu des bois parce que je leur avais parlé de mes visions. Je n’aime pas cacher des choses aux gens, particulièrement aux gens sympa, comme cette fille, Katniss, qui est certainement venue me parler parce que j’étais seule.


« C’est… compliqué. En fait je viens de Coventry. J’habitais à Earlsdon avec mes parents. Mais j’étais dans un lycée privé en dehors de la ville. Et… par un concours de circonstances, je me suis inscrite au lycée de Coventry. »

    Je m’en étais plutôt bien sortie… je crois. Je n’avais pas menti, enfin sauf si on considère qu’omettre certains faits relève du mensonge.


« Tu as une sœur en terminale ? Comment elle s’appelle ? On a peut-être un cours en commun. » Dis-je essayant de détourner un peu la conversation.

Spoiler:
 





Can't even speak about it, all my life on my head. Don't want to think about it, feels like I'm going insane. It can creep up inside you and consume you, a disease of the mind. It can control you, it's too close for comfort, your mind is in disturbia. It's like the darkness is the light. Faded pictures, it's like they talkin' to me. I feel like a monster. Release me from this curse im in. trying to maintain but I'm struggling. [size=7]♯ Disturbia ♪[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 451
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 03/02/2012
age : 27

bind the circle
situation: célibataire
avec:
avatar
Katniss J. Darkholmes
MessageSujet: Re: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith Jeu 3 Mai - 13:42


Visite Guidée
Katniss J. Darkholmes & M. Keila Smith


« J’aime bien ta comparaison » Me dit Keila en riant. « C'est méchant à dire mais... ça la décrit bien ! » En même temps, l’étudiante en médecine donnait vaguement l’impression d’avoir un balai dans le derrière. Le jour où elle est médecin, qu’elle ne compte pas sur moi pour être sa patiente, non, non, non. J’avais déjà horreur des hôpitaux, alors ça plus sa tête de mal aimable, et je n’aurais plus qu’à prendre mes jambes à mon cou. Oh, peut être était-elle excellente en cours mais ça, ça n’était pas mon problème. Ma sœur se moquait toujours de moi et de ma tête pas aimable au réveil, mais celle là, elle se trimballait une tronche de pitbull toute la journée. Peut être que le fait de passer ses journées avec des cadavres l’avait rendue aussi peu expressive qu’eux, allez savoir. Mais eux, au moins, ils avaient une bonne excuse : ils étaient morts. Cette fille ne devait vivre que pour ses études ce qui n’était certainement pas mon cas, mais forcément, quand on est une fille à papa hyper riche qui n’a pas à s’inquiéter de pouvoir payer ses factures à la fin du mois, on peut se permettre de ne pas penser à autre chose qu’à ses études. Personnellement, ce n’était pas ma priorité, et rester debout toute la nuit pour réviser pour mes examens, ce n’était pas du tout mon genre. Pas très sérieuse, mais peu importait, je n’avais jamais été comme ça de toute façon. J’avais besoin de sortir, de me défouler et de m’amuser si je voulais pouvoir me concentrer un minimum en cours.

« C’est… compliqué. En fait je viens de Coventry. J’habitais à Earlsdon avec mes parents. Mais j’étais dans un lycée privé en dehors de la ville. Et… par un concours de circonstances, je me suis inscrite au lycée de Coventry. » M’avait répondu Keila après que je lui eu demandé si elle était nouvelle en ville. Apparemment, ce n’était pas le cas, elle était simplement nouvelle au lycée. Earlsdon ? C’était le quartier le plus riche de Coventry, situé en sortie de la ville. Un endroit où jamais je n’aurais les moyens d’habiter, à moins que je ne finisse femme de ménage chez un des riches qui habitent là bas. Mais au moins j’avais un toit sur la tête et n’était pas contrainte d’aller m’exiler à Foleshill, ce qui était déjà un très bon point. Mieux vaut se réjouir de ce qu’on a plutôt que de regretter ce qu’on n’a pas n’est-ce pas ? Ca évite de finir totalement dépressif, à écouter des chansons à pleurer dans sa chambre toute la nuit. « Okay, » Répondis-je avec un sourire. « Enfin, désolée si je t’embête à te poser des questions hein; Déformation professionnelle, c’est ça d’étudier le journalisme. » Répondis-je avec un petit rire, ne voulant pas qu’elle me prenne pour une fouineuse. Je ne l’étais pas - hormis quand je passais le mode ‘journaliste’ pour un quelconque exercice pour les cours, là je devenais une véritable plaie.

Si je m’étais écoutée, je n’aurais certainement pas fait d’études, j’avais besoin d’action et j’aurais surement fini par devenir pompier, ou bosser dans l’aide humanitaire, mais ma sœur n’avait plus que moi. Hors de question, donc, que je prenne le risque qu’elle me perde moi aussi. Ayant reçu une bourse pour l’Université de Coventry grâce à mes talents sportifs au lycée, j’avais donc décidé de poursuivre mes études. Sinon je me serais contentée de trouver un boulot, n’importe quoi pourvu que ça paye les factures.

Parlant de ma sœur, c’est sur elle que Keila me posa une question. Chacune son tour après tout. « Tu as une sœur en terminale ? Comment elle s’appelle ? On a peut-être un cours en commun. » C’était possible. Je n’y avais même pas pensé, quelle idiote je pouvais être par moments, décidément. « Elle s’appelle Kaleigh, Kaleigh Darkholmes. » Répondis-je. Me disant que Keila ne connaissait probablement pas encore les noms de tous les autres élèves, étant nouvelle au lycée de Coventry, j’ajoutais « Elle est blonde, les yeux bleus, comme moi; Elle fait à peu près la même taille que toi, mais est sans arrêt perchée sur des talons hauts. » décrivis-je à Keila, afin de l’aider à identifier Kaleigh. Elle et moi nous ressemblions beaucoup, physiquement en tout cas, elle ne devrait pas avoir trop de mal à la reconnaitre si elle la croisait dans un couloir. Niveau caractère, ce n’était pas vraiment la même chose. J’étais le garçon manqué de la famille, et elle était plus féminine - bien que je sais m’habiller comme une fille aussi, quand même. Ce n’était cependant pas une de ces petites pestes comme on en voit tant, même si elle avait un sacré caractère - ça aussi c’était de famille. Elle et moi nous étions beaucoup rapprochées après la mort de notre mère, et je ferais n’importe quoi pour elle, afin qu’elle ne manque de rien et puisse être heureuse. J’avais repris un peu le rôle de maman auprès d’elle, même si, comme n’importe quelles sœurs, il nous arrivait régulièrement de nous prendre la tête. .



she has no idea. the effect she can have
I remember tears streaming down your face, When I said, I'll never let you go. When all those shadows almost killed your light. I remember you said don't leave me here alone. But all that's dead and gone and passed tonight... Just close your eyes, The sun is going down. You'll be alright, No one can hurt you now, Come morning light, You and I'll be safe and sound
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 240
date de naissance : 16/07/1995
date d'inscription : 01/05/2012
age : 23

bind the circle
situation: c'est compliqué
avec: Jayden McCarty et Tabatha Blackwell
avatar
M. Keila Smith
MessageSujet: Re: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith Jeu 3 Mai - 19:45

« Okay, » répondit simplement Katniss

    Ça y est je commençai à m’inquiéter de ce qu’elle pensait. C’était peut-être par rapport à mon ancien quartier. Earlsdon était réservé aux gens très fortunés et la plupart des habitants de ce quartiers étaient des gens prétentieux, arrogants et sans aucun égard pour autrui. Les seules préoccupations étaient l’apparence et le plus beau jardin. Ce quartier c’est un monde à lui tout seul. Un monde surfait enfermé dans une bulle à l’écart du reste du monde. Je m’y suis souvent sentie enfermée. Je comprenais que ça puisse surprendre Katniss que je vienne de ce quartier. Après tout, les seuls qui aimaient les habitants d’Earlsdon c’étaient les habitants eux-mêmes ! Et puis, quand on me voyait au premier abord, on ne pouvait pas spécialement deviner que je venais de ce quartier de snobs.


« Enfin, désolée si je t’embête à te poser des questions hein; Déformation professionnelle, c’est ça d’étudier le journalisme. »

« T’inquiète pas pour ça, j’adore les journalistes » répondis-je en ajoutant un sourire complice.

    En réalité ce que j’aimais dans le journalisme c’étaient les photos. Et surtout, jusqu’où pouvaient aller les journalistes pour nous montrer ce qu’il se passait dans des pays en crise ou autre. J’éprouvais une grande admiration pour ces journalistes. Franchement, il faut avoir un sacré courage ! C’est pas moi qui ferais ça pour prendre des photos. L’endroit le plus dangereux où je suis allée pour prendre des photos c’était au bord d’une rivière, je devais avoir six ans. J’avais eu un appareil photo pour noël (et une dizaine d’autres cadeaux plus chers et fragiles les uns que les autres). Mais, ce jour là je suis tombée dans la rivière, et croyez moi, ça m’a passé l’envie de m’aventurer dans endroits trop escarpés ou dangereux. Bien sur je me baladais encore aujourd’hui dans les bois. Avec les racines et tout ce n’était pas l’endroit le plus sécurisé du monde mais bizarrement je m’y sentais en sécurité.


« Elle s’appelle Kaleigh, Kaleigh Darkholmes. » fit soudain Katniss, répondant à la question que je venais de poser. « Elle est blonde, les yeux bleus, comme moi; Elle fait à peu près la même taille que toi, mais est sans arrêt perchée sur des talons hauts. »

« Et bien si je croise une certaine Kaleigh Darkholmes, je te préviendrais. Au passage j’adore ce prénom, il est magnifique ! »

    En y réfléchissant, j’avais posais une question vraiment débile. Je n’avais encore rencontré personne au lycée. Mais au moins, grâce à Katniss, maintenant je connais quelqu’un ! Dans tous les cas je ne me retrouverais pas seule. Je commençai réellement à apprécier cette journée.


« Alors comme ça tu veux être journaliste ? » demandais-je essayant de relancer la conversation, « T’es plus dans la photographie ou dans les textes ? »

    Quoi ? J’étais passionnée par les arts, dont la photographie. Je pouvais peut-être partager ma passion avec elle. Après tout, c’est comme ça qu’on tisse des liens non ? On ne peut pas tisser des liens si on n’a absolument rien en commun !






Can't even speak about it, all my life on my head. Don't want to think about it, feels like I'm going insane. It can creep up inside you and consume you, a disease of the mind. It can control you, it's too close for comfort, your mind is in disturbia. It's like the darkness is the light. Faded pictures, it's like they talkin' to me. I feel like a monster. Release me from this curse im in. trying to maintain but I'm struggling. [size=7]♯ Disturbia ♪[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 451
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 03/02/2012
age : 27

bind the circle
situation: célibataire
avec:
avatar
Katniss J. Darkholmes
MessageSujet: Re: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith Ven 4 Mai - 22:26


Visite Guidée
Katniss J. Darkholmes & M. Keila Smith


Je n’avais rien en particulier contre les jeunes qui venaient d’Earlsdon. Pas contre tous, en tout cas. Ce n’est pas parce qu’on vient d’Earlsdon qu’on est nécessairement un bourge hautain et superficiel, tout comme venir de Foleshill ne fait pas immédiatement de vous un délinquant. Les préjugés, ce n’était pas mon truc, et je serais mal placée pour en avoir. C’est vrai quoi, si on écoute les gens, les sorcières volent sur un balai magique, portent des chapeaux pointus et ont de vieilles verrues sur leur nez crochu. Sans me vanter d’avoir l’air d’un top model, je ne pensais tout de même pas être si laide que ça. Alors j’aimais autant éviter de juger les gens trop vite - même si en général, si j’ai décidé lors d’une première rencontre que je n’aime pas quelqu’un, il est difficile de m’en faire démordre - et me faire moi-même ma propre idée sur les gens. Et puis, Keila ne semblait pas être comme ceux d’Earlsdon que j’avais pu croiser auparavant - car il faut tout de même avouer que les idées reçues sur les habitants de cette partie de la ville étaient souvent avérées, même si je n’y prêtais pas attention. Je m’étais cependant excusée de ma curiosité, mettant ça sur le dos de mes études de journalisme, ce à quoi Keila répondit « T’inquiète pas pour ça, j’adore les journalistes. » en me souriant. Je lui rendis son sourire.

« Et bien si je croise une certaine Kaleigh Darkholmes, je te préviendrais. Au passage j’adore ce prénom, il est magnifique ! » Répondit ensuite Keila, Sa réponse m’arracher un petit sourire triste. Ma mère avait choisi ce prénom. La situation entre elle et mon père n’était déjà pas joyeuse à l’époque, et même ça, ça avait été sujet de discorde. Aujourd’hui, je n’avais plus ni l’un ni l’autre. Mon père était aux abonnés absents, et ma mère était décédée. Mon père ne me manquait pas. Ou en tout cas, il ne me manquait plus. J’avais à peine quatre ans quand il est parti, et je ne comprenais pas trop pourquoi il n’était plus là et passait mon temps à le réclamer. Mais il n’était jamais revenu. Il m’avait manqué, puis j’avais développé de la colère à son égard… Aujourd’hui, il ne restait plus que du mépris. Mais ma mère était décédée. Elle n’avait pas choisi de nous quitter, et elle me manquait beaucoup. Sa mort avait été difficile, d’autant que j’avais du prendre le relai avec ma petite sœur. Mais nous nous en étions sorties, comme toujours. Où qu’elle soit, j’espérais qu’elle était fière de moi.

« Merci… » Répondis-je, légèrement ailleurs. Je m‘éclairci légèrement la gorge, tachant de reprendre mes esprits et ajoutais, me forçant à sourire « Ma mère l’a choisi. » Elle s’en fichait très certainement, mais bon. J’étais d’une nature… Spontanée, dirons nous. Je ne réfléchissais pas toujours avant de parler, et parfois, je sortais de grosses bêtises, pourquoi pas totalement hors sujet. Alors au moins, là, j’étais restée dans le sujet de notre conversation.

Changeant de sujet, ce qui m’arrangeait, Keila me demanda ensuite « Alors comme ça tu veux être journaliste ? T’es plus dans la photographie ou dans les textes ? » Comme n’importe qui, j’avais voulu être des tas de choses étant petite. Et c’était des métiers bien plus animés que le journalisme. Pompier, dompteuse de fauve, pilote d’avions, cascadeuse, travailler dans l‘humanitaire dans des pays pauvres et en guerre… Que des métiers de casse cou quoi. Mais parfois, il faut savoir être raisonnable, et étant une véritable commère avec ma meilleure amie Tabatha, j’avais décidé que journaliste, ça pourrait être pas mal. Et puis, ça avait l’avantage d’être un métier dans lequel on peut être envoyé sur le terrain, on n’est pas nécessairement obligé de rester enfermé devant un bureau devant un écran d’ordinateur. C’était un bon compromis. « Plus dans les textes. Histoire de pouvoir jouer les détectives, aller mettre mon nez partout… Ca m’éclate/ Mais si je me retrouve seule sans photographe avec moi, je suis parfaitement capable de prendre une photo décente. J’ai pris une option de photo de deux heures, juste histoire de dire que je peux me débrouiller toute seule, mais l’équipement pour la photo coûte bien trop cher pour moi si je veux vraiment avoir de la super bonne qualité. » Expliquai-je. Ma bourse était sensée couvrir largement l’intégralité de mes frais pour mes études, mais comme je risquais d’avoir du mal à suivre si je n’avais plus un toit sur la tête ou plus d’électricité, j’utilisais également un peu de l’argent de ma bourse, en plus de celui que je gagnais par divers petits boulots, pour payer les factures et m’assurer que ma sœur me manque de rien. Je n’avais pas besoin d’un appareil photo ou d’une caméra hors de prix pour devenir un bon journaliste de toute façon. Dans la vie, il faut savoir faire avec ce qu’on a, et si je n’ai pas d’argent, je suis curieuse et un peu sans gène. Alors aller poser des questions à des gens, chercher la petite bête, ça ne me faisait pas peur. .



she has no idea. the effect she can have
I remember tears streaming down your face, When I said, I'll never let you go. When all those shadows almost killed your light. I remember you said don't leave me here alone. But all that's dead and gone and passed tonight... Just close your eyes, The sun is going down. You'll be alright, No one can hurt you now, Come morning light, You and I'll be safe and sound
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 240
date de naissance : 16/07/1995
date d'inscription : 01/05/2012
age : 23

bind the circle
situation: c'est compliqué
avec: Jayden McCarty et Tabatha Blackwell
avatar
M. Keila Smith
MessageSujet: Re: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith Sam 5 Mai - 0:14

    J’admirai les gens qui savaient ce qu’ils voulaient faire. Particulièrement ceux qui le savaient depuis leur plus tendre enfance. J’aurai préféré être comme ça. Avoir un but, un objectif à atteindre. Mais malheureusement, mon année de terminale se terminait et je n’avais toujours pas trouvé ce que j’allais faire. Bien sûr je voulais aller à l’université. Mais pour étudier quoi ? J’étais passionnée par les arts, certes, mais on n’en faisait pas un métier. Enfin c’était possible, mais très dur. Franchement, on ne connait pas beaucoup de nom de photographes célèbres. Ou de dessinateurs. A part pour certaines bandes-dessinées du genre celles qui ont au moins dix ans. Alors, attendre dix ans – sans compter les années d’études- pour commencer à avoir des revenus potables non merci. Surtout dans la société dans laquelle nous vivons. Tout est toujours plus cher. Ma tante et moi avons à peine assez d’argent pour habiter Stoke. C’était soit se serrer la ceinture et vivre dans un quartier potable, soit vivre plutôt bien mais à Foleshill ! Ma tante enchainait ses cours à l’université la semaine et un travail de femme de ménage le week-end. Quant à moi je recherchais un travail. Ce que ma tante gagnait était suffisant pour payer les factures et qu’on puisse vivre normalement mais, il fallait que je commence à économiser pour l’université. Je ne comptais pas sur une bourse – qui me serait surement refusée si j’en demandais une étant donné qui sont mes parents- et encore moins sur les revenus de ma tante qui nous permettaient tout juste de vivre. Mais bon je n’avais pas réellement de quoi me plaindre. Myriam et moi vivions plutôt bien comparé à de nombreuses autres familles qui sont vraiment en grosses difficulté. Il allait quand même falloir que je me trouve un job, et vite. Sinon adieu l’université. Quoique à la limite, n’ayant aucun réel projet, l’université pourrait attendre un an ou deux, mais bon… je préférais faire mes études le plus vite possible et ainsi rentrer vraiment dans la vie active dès que je le pourrais.


« Plus dans les textes. Histoire de pouvoir jouer les détectives, aller mettre mon nez partout… Ca m’éclate/ Mais si je me retrouve seule sans photographe avec moi, je suis parfaitement capable de prendre une photo décente. J’ai pris une option de photo de deux heures, juste histoire de dire que je peux me débrouiller toute seule, mais l’équipement pour la photo coûte bien trop cher pour moi si je veux vraiment avoir de la super bonne qualité. » Me répondit Katniss en interrompant le cours de mes pensées.

    Je l’imaginais bien en train de jouer les détectives. Elle n’était pas le genre de fille qui n’osait pas aller vers les gens, contrairement à moi. Et malgré son air de fille pas très studieuse elle avait l’air d’une personne motivée pour réussir. Selon moi c’est ça la clé du succès : la motivation. On dit bien « quand on veut on peut ». Si ce proverbe existe c’est qu’il doit bien être effectif d’une manière ou d’une autre non ? On ne peut pas avoir inventé ce proverbe pour le fun, quand même.


« Il y a deux ans mes parents m’ont offert un appareil photo. Et ils m’en ont racheté un l’année dernière. Non ils ne voulaient pas le remplacer ils avaient juste oublié qu’ils m’en avaient déjà offert un. Bref, tout ça pour dire que j’ai un appareil photo en trop. Je comptais m’en débarrasser. Alors, si tu le veux je te l’offre. » Dis-je avec un grand sourire.

    J’étais bien trop généreuse, je le savais. Mais à quoi ça servait de garder un appareil photo qui n’avait jamais servi et qui était en parfait état, enfermé dans une boite au fond d’un placard ? Autant qu’il serve à quelque chose et surtout qu’il serve à quelqu’un. Et puis j’étais heureuse de donner. Ce n’était pas pour rien que je m’étais engagée dans bon nombre d’associations caritatives lorsque j’étais encore en lycée privé. Mais bon, aujourd’hui je n’y participais que par la pensée. Ayant coupé tout lien avec mes parents, il m’était maintenant difficile de faire des dons généreux comme je le faisais autrefois. Maintenant je me contentais de me balader dans la forêt ou de regarder des documentaires sur les ours polaires ou les manchots. Je regrettai un peu l’époque où je pouvais donner sans compter. Alors, j’avais l’impression de faire une bonne action en offrant un appareil photo à Katniss. Alors que pourtant ce n’était rien, vraiment rien. Mais comme on dit, si tout le monde fait des petits gestes à force ça fait de grandes actions.






Can't even speak about it, all my life on my head. Don't want to think about it, feels like I'm going insane. It can creep up inside you and consume you, a disease of the mind. It can control you, it's too close for comfort, your mind is in disturbia. It's like the darkness is the light. Faded pictures, it's like they talkin' to me. I feel like a monster. Release me from this curse im in. trying to maintain but I'm struggling. [size=7]♯ Disturbia ♪[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 451
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 03/02/2012
age : 27

bind the circle
situation: célibataire
avec:
avatar
Katniss J. Darkholmes
MessageSujet: Re: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith Sam 5 Mai - 19:36


Visite Guidée
Katniss J. Darkholmes & M. Keila Smith


Du temps où ma mère était encore vivante, elle prenait toujours soin à ce que ni moi ni ma sœur ne manquions de quoi que ce soit. C’était son rôle, après tout, de prendre soin de nous. Aujourd’hui, c’était moi qui avait prit le relai, aussi bien que possible même si ce n’était pas toujours facile. Prendre soin d’une ados quand on est soi même à peine sortie d’adolescence, ca pouvait être quelque chose d’assez difficile. Heureusement pour moi, j’avais pu compter sur mes amis. Que ce soit Tabatha et son père, mes autres amis du lycée, ou bien Devon, mon ex petit ami qui avait été très présent pour ma sœur et moi après l’accident de ma mère. J’aurais probablement baissé les bras si il n’avait pas été là. J’avais été surprise qu’il vienne vers moi après ça. Nous étions sortis ensemble au collège, certes, mais avions perdu contact quand il était entré au lycée et quand je suis entrée en première année, nos contacts se limitaient à un bonjour au revoir. Aujourd’hui, j’en arrive à me demander ce que je ferais si il n’était pas là… Sacré changement, hein ?

Comme quoi, crouler sur l’or n’est pas nécessaire pour être heureux. J’en bavais pour joindre les deux bouts à la fin du mois, mais je n’étais pas plus malheureuse qu’une autre. Nous avions l’essentiel : de la nourriture, un toit sur la tête et des amis. Alors oui, je n’avais pas les moyens d’aller dévaliser les magasins dès que l’envie m’en prend - heureusement, ça ne me prend pas très souvent - ou de me payer un super appareil photo, mais je ne m’en plaignais pas. Je pouvais vivre sans un appareil photo sans aucun problèmes. Ecrire, ça me plaisait aussi. Mener ma petite enquête pour pondre un article, faire éclater la vérité au grand jour et pourquoi pas foutre un peu la merde ? C’était amusant. J’avais l’impression d’être Lois Lane dans Superman, à toujours mettre mon nez là où il ne devrait pas être. Je n’avais même pas besoin de jouer les journalistes pour le faire, c’était une seconde nature chez moi ! Enfin, tout ça pour dire que la remarque que j’avais faite à Keila en lui expliquant que je n’avais pas les moyens de m’offrir un appareil photo digne d’un photographe n’étant en aucun cas une manière de me plaindre.

« Il y a deux ans mes parents m’ont offert un appareil photo. Et ils m’en ont racheté un l’année dernière. Non ils ne voulaient pas le remplacer ils avaient juste oublié qu’ils m’en avaient déjà offert un. Bref, tout ça pour dire que j’ai un appareil photo en trop. Je comptais m’en débarrasser. Alors, si tu le veux je te l’offre. » me répondit Keila. J’ouvris des grands yeux ronds devant tant de générosité de sa part - surtout envers une fille qu’elle connaissait depuis si peu de temps - et répondis du tac au tac « Non, non, non ! T’es pas folle, au prix que ça coute un appareil photo ?! Je peux pas accepter. Et puis j’en ai pas besoin, quand j’en ai besoin pour les cours j’emprunte ceux de l’Université, ça suffit pour ce que j’en fais. C’est très gentil de ta part, mais je peux pas dire oui, j’suis désolée. ». Même aux moments où j’avais vraiment galéré pour joindre les deux bouts, juste après la mort de ma mère, je n’avais jamais accepté qu’on me fasse la charité. Je n’avais pas été élevée comme ça et ce n’était pas dans mon tempérament de toute manière. J’aimais être capable de me débrouiller, je n’étais pas une assistée ou une profiteuse. Si j’avais vraiment eu besoin d’un appareil photo, j’aurais bien trouvé le moyen de m’en offrir un. Mais ce n’était pas essentiel, alors j’avais paré au plus urgent. Je ne pouvais que respecter Keila pour sa générosité, et si ça avait pour me dépanner d’une serviette de toilette à la sortie de la piscine, j’aurais accepté, mais au prix d’un appareil photo, c’était totalement hors de question, et même si elle en avait possédé douze, ma réponse aurait été la même.

Spoiler:
 



she has no idea. the effect she can have
I remember tears streaming down your face, When I said, I'll never let you go. When all those shadows almost killed your light. I remember you said don't leave me here alone. But all that's dead and gone and passed tonight... Just close your eyes, The sun is going down. You'll be alright, No one can hurt you now, Come morning light, You and I'll be safe and sound
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 240
date de naissance : 16/07/1995
date d'inscription : 01/05/2012
age : 23

bind the circle
situation: c'est compliqué
avec: Jayden McCarty et Tabatha Blackwell
avatar
M. Keila Smith
MessageSujet: Re: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith Dim 6 Mai - 18:41

« Non, non, non ! T’es pas folle, au prix que ça coute un appareil photo ?! Je peux pas accepter. Et puis j’en ai pas besoin, quand j’en ai besoin pour les cours j’emprunte ceux de l’Université, ça suffit pour ce que j’en fais. C’est très gentil de ta part, mais je peux pas dire oui, j’suis désolée. » s’écria Katniss dans un souffle.

    Ouhla ! Je ne pensais pas provoquer autant d’éclat avec ma proposition. Personnellement je ne trouvais pas mon offre tellement généreuse étant donné que cet appareil trainait depuis deux ans au fond de mon placard et qu’il m’encombrait plus qu’autre chose. Mais bon, je pouvais comprendre sa réaction. C’est vrai, je donnais peut-être l’impression de faire la charité, d’avoir de la pitié pour elle – ce qui n’était pas le cas- et j’avoue que c’est désagréable d’être vue comme ça. Avec de la pitié. Si c’était l’impression que je donnais, j’en étais vraiment désolée. Je suis trop gentille et ça peux me jouer des tours des fois.


« Ok, ok ! » dis-je un peu surprise « Je le vendrais sur ebay tant pis. Je préfère que quelqu’un l’ait plutôt qu’il prenne la poussière au fond de mon placard. »

    Je me sentais un peu gênée maintenant. Je ne savais plus quoi dire. Ça devait être ma nature timide qui ressortait. En général dans les conversations j’étais celle qui écoutait l’autre déblatérer ses problèmes plutôt que de partager les miens.


    Une porte s’ouvre. Je suis dans une bibliothèque. J’avance parmi les rangées de livres et les jeunes qui travaillent tranquillement. J’entends des murmures, les mêmes paroles répétées plusieurs fois. Soudain quelque chose se passe. Un tremblement de terre ?


    La vision que j’avais eu quelques minutes auparavant m’était de nouveau apparue, avec plus de précision. J’en avais marre d’avoir des visions et de ne pas savoir ce qu’elles voulaient dire ! Je n’arrivais même pas à savoir si c’était le passé ou le futur que je voyais ! Est-ce qu’il y avait eu un petit tremblement de terre dans cette université ?


« Désolée de changer de sujet » dis-je à Katniss, prenant un air naturel et détendu « Mais il y a pas eu un tremblement de terre à l’université ? »

    Je priais pour ne pas lui paraitre étrange, mais je ne pouvais pas trop y compter. Qui c’est qui demanderait un truc comme ça, franchement ?


« J’ai lu quelque part qu’il y avait eu un tremblement dans une université. Alors, je me demandais si c’étais ici ou pas. »

    Après tout, qui ne tente rien n’a rien comme on dit. Alors, au risque de paraitre bizarre ou folle, au moins j’aurais une réponse. J’aurais peut-être pu me renseigner sur internet. Arf j’aurai du y penser avant ! Maintenant je regrettai mes paroles ce qui m’arrivait souvent. Au départ je ne savais pas quoi dire et puis ensuite je disais ce qu’il me passait par la tête et regrettai mes paroles juste après qu’elle soient sorties de ma bouche. Mais bon, Katniss semblait très gentille. Elle ne donnait pas l’impression de juger les gens. Mon cœur tambourinait dans ma poitrine. Je priais pour qu’elle ne se pose pas trop de questions.





Can't even speak about it, all my life on my head. Don't want to think about it, feels like I'm going insane. It can creep up inside you and consume you, a disease of the mind. It can control you, it's too close for comfort, your mind is in disturbia. It's like the darkness is the light. Faded pictures, it's like they talkin' to me. I feel like a monster. Release me from this curse im in. trying to maintain but I'm struggling. [size=7]♯ Disturbia ♪[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 451
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 03/02/2012
age : 27

bind the circle
situation: célibataire
avec:
avatar
Katniss J. Darkholmes
MessageSujet: Re: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith Lun 7 Mai - 20:54


Visite Guidée
Katniss J. Darkholmes & M. Keila Smith


Ma réaction par rapport à l’offre de Keila avait peut être été un peu vive. Mais j’étais comme ça, spontanée, et je ne réfléchissais pas beaucoup avant de parler, ce qui me faisait sortir pas mal de conneries. Mais pour le coup, que j’ai réfléchis ou non n’aurait pas changé grand-chose, ma réponse aurait toujours été un « non » catégorique. Non, je ne roulais pas sur l’or, mais on arrivait tout de même à s’en sortir et ce en grande partie grâce à moi. Et j’étais fière d’avoir réussi à assurer des conditions de vie assez décentes à ma petite sœur, même si je n’avais que 18 ans à la mort de ma mère. Tout juste majeure, j’avais pris la maison en main, et jamais Kaleigh n’avait manqué de quoi que ce soit d’essentiel. Je comptais donc bien que les choses continuent sur cette lancée. Pour Keila, le prix d’un appareil photo n’était peut être pas grand-chose, mais pour moi si. Il y avait tellement de jeunes qui ne se rendaient pas compte de la valeur de l’argent. J’en voyais tous les jours ici, qui faisaient des caprices à leurs parents comme de vrais gamins pour avoir une nouvelle voiture, ou une paire de pompes hors de prix, alors que je devais moi-même compter sur une bourse pour pouvoir poursuivre mes études. Tous ces gens m’exaspéraient, et j’avais bien souvent de leur en coller une, juste histoire de les faire redescendre sur Terre. L’argent ne pousse pas sur les arbres, ça se mérite mais eux, leurs parents cédaient à tous leurs caprices.

Être riche ne m’intéressait même pas tant que ça. Bien sur, c’est toujours plus facile de vivre quand on ne manque pas d’argent et qu’on peut en jeter par les fenêtres, mais beaucoup de ces étudiants pleins aux as - ou plus précisément, aux parents pleins aux as - seraient incapable de se débrouiller si du jour au lendemain, ils se retrouvaient sans un rond. Cela ne voulait pas dire que Keila était comme ça, mais c’est ce que j’avais constaté pour bon nombre d’étudiants. Parlant de Keila, elle sembla surprise par ma réaction, et me répondit « Ok, ok ! Je le vendrais sur ebay tant pis. Je préfère que quelqu’un l’ait plutôt qu’il prenne la poussière au fond de mon placard. » Eh ben voilà, elle avait trouvé une solution. J’aurais pu lui proposer de lui racheter, mais j’avais d’autres choses à penser de toute façon. Je m’apprêtais à lui répondre, quand je m’aperçu que Keila semblait soudain… Ailleurs. Je la dévisageais, fronçant les sourcils, mais elle revint parmi nous d’elle-même. Peut être était-elle simplement distraite, à moi aussi ça m’arrivait de buger des fois, et dans ces moments là, Tabatha ne manquait jamais de se moquer de moi. Quelle bourrique celle là quand même ! Mais bon, je l’adorais malgré tout. Bref, là, c’est moi qui déraille.

« Désolée de changer de sujet. Mais il y a pas eu un tremblement de terre à l’université ? » Je ne m’y attendais pas à celle là, dans le genre sortie de nulle part, c’était une bonne question. Devant mon air surpris, elle ajouta « J’ai lu quelque part qu’il y avait eu un tremblement dans une université. Alors, je me demandais si c’étais ici ou pas. ». Ca expliquai sa question, mais pas ce qui lui y avait si soudainement fait penser. Enfin, bref, je serais bien mal placée pour lui reprocher de poser des questions sorties de nulle part, parce j’étais une experte dans le genre. Au lycée, quand je levais la main, les professeurs avaient généralement peur de ce qui allait sorti de ma bouche. « Euh… Il me semble bien oui. Personne a su expliquer ce qui s’était passé, les tremblements de terre sont vraiment rares dans la région, et les scientifiques ont rien compris. » Forcément qu’il n’y avaient rien compris, étant donné que les causes n’étaient pas naturelles. Je l’avais ignoré, jusqu’à il y a trois ans, quand j’avais commencé à parcourir le grimoire de ma mère. Mais bien sur, je n’allais pas aller raconter à Keila qu’une bande de sorciers tournés vers la magie noire avait voulu faire appel à des forces bien trop puissantes pour eux, résultant à un tremblement de Terre qui avait détruit la bibliothèque et bien d’autres bâtiments… Et tuant inexplicablement des tas de sorciers, même ceux qui ne se trouvaient pas dans la bibliothèque au moment où ils avaient jeté le sort. « mais bon, ça remonte à un moment déjà. » Ajoutai-je d’un air détaché. J’en savais plus que ce que je lui disais, mais ce n’était pas réellement facile à caser dans une conversation normale.



she has no idea. the effect she can have
I remember tears streaming down your face, When I said, I'll never let you go. When all those shadows almost killed your light. I remember you said don't leave me here alone. But all that's dead and gone and passed tonight... Just close your eyes, The sun is going down. You'll be alright, No one can hurt you now, Come morning light, You and I'll be safe and sound
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 240
date de naissance : 16/07/1995
date d'inscription : 01/05/2012
age : 23

bind the circle
situation: c'est compliqué
avec: Jayden McCarty et Tabatha Blackwell
avatar
M. Keila Smith
MessageSujet: Re: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith Mar 8 Mai - 6:11

    En ce moment j’avais de plus en plus de visions. Peut-être qu’il y avait beaucoup de surnaturel à Coventry et que du coup mes visions se mettaient en « mode alerte ». En tout cas, on aurait dit que depuis que MOI j’étais libre de me balader en ville et de vivre ma vie normalement, mes visions se lâchaient aussi. J’en avais marre d’avoir un air hagard pendant quelques secondes, d’avoir le regard vague comme si j’étais perdue. Encore si je savais ce qu’elles signifiaient, ça ne me posais pas de problèmes, mais ça m’énervait de rester dans le vague. Depuis maintenant quatre ans, je crois, que j’avais des visions, j’étais devenue calée en histoire. C’est vrai quoi, je cherchai toujours à savoir ce que j’avais vu, à quel moment ça s’était déroulé. Je me suis retrouvée à lire toute l’histoire de France, pour retrouver un évènement que mes visions m’avaient montré – que j’avais maintenant oublié soit dit en passant.


« Euh… Il me semble bien oui. Personne a su expliquer ce qui s’était passé, les tremblements de terre sont vraiment rares dans la région, et les scientifiques ont rien compris. » répondit Katniss un peu… déconcertée par ma question « mais bon, ça remonte à un moment déjà. » ajouta-t-elle.

    Donc ce que j’avais vu c’était surement ça. Un tremblement de terre dans une université. Et les murmures ? Est-ce que c’était une formule magique ou un truc du genre? Des sorciers auraient-ils pu causer ce tremblement de terre ? Mais pourquoi auraient-ils voulu détruire l’université –ou même juste la bibliothèque ? Peut-être que c’était un sort bénin qui avait mal tourné. Mais des morts et des bâtiments détruits c’est un peu gros comme conséquences pour un sort non ? Quoique… après tout je ne connaissais pas grand-chose sur les sorciers ou les loups-garous. Je ne connaissais d’eux que ce que j’avais lu dans les livres ou vu dans les films. Mais je préférais ne pas me fier aux apparences. Pour une fois, ma vision commençait à s’éclairer plus rapidement. Maintenant la question était : Pour quelle raison ai-je eu cette vision ? C’est vrai quoi, Katniss ne semble pas le genre de fille à causer des dégâts –elle ne connait d’ailleurs peut-être rien au surnaturel- et, puisqu’apparemment cet évènement c’était produit il y a longtemps, je ne pouvais rien faire pour arranger les choses ou prévenir quelqu’un. Je détestais ne pas savoir pourquoi j’avais des visions. Quand j’avais vu Thais courir dans ma vision, et que je l’ai rencontrée, le but était que je la rencontre. Là ça avait été simple. Mais c’était rare que ce soit simple.


« Je dois te paraitre bizarre à passer du coq à l’âne comme ça » Dis-je en souriant « Je dois avouer que j’adore l’histoire. Je suis moins douée en géographie » Ajoutais-je en laissant échapper un petit rire.

    Mes professeurs avaient d’ailleurs toujours déploré mon manque d’intérêt pour la géographie –et tout ce qui commençait par géo, comme géométrie. Je savais où se trouvaient les pays –enfin pour la plupart- et presque toutes les capitales. Mais je ne savais rien d’autre. Bon nombre de mes professeurs avaient finalement abandonné l’idée de me faire progresser.


« Etant donné que dans quelques mois je vais rejoindre l’université, j’avais envie d’en savoir plus. Les visites scolaires à l’université sont nulles –désolée pour toi- alors je préfère me débrouiller par mes propres moyens pour en savoir plus. »





Can't even speak about it, all my life on my head. Don't want to think about it, feels like I'm going insane. It can creep up inside you and consume you, a disease of the mind. It can control you, it's too close for comfort, your mind is in disturbia. It's like the darkness is the light. Faded pictures, it's like they talkin' to me. I feel like a monster. Release me from this curse im in. trying to maintain but I'm struggling. [size=7]♯ Disturbia ♪[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 451
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 03/02/2012
age : 27

bind the circle
situation: célibataire
avec:
avatar
Katniss J. Darkholmes
MessageSujet: Re: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith Jeu 10 Mai - 23:45


Visite Guidée
Katniss J. Darkholmes & M. Keila Smith


Certains gens étaient dingues, franchement. Jamais je ne me risquerais à essayer de conjurer des pouvoirs que je ne serais pas capable de contrôler. J’étais peut être téméraire, casse-cou… et tout ce que vous voudrez mais je n’étais ni stupide, ni irresponsable. Enfin, je suppose que si ils étaient capables d’essayer de contrôler un tel pouvoirs, ils n’avaient pas que des intentions très… respectables. A mon avis, la paix dans le monde n’était pas vraiment dans leurs plans, vu l’état dans lequel avait fini l’Université et le nombre de sorciers qui étaient morts cette nuit là. Après, on s’étonnes que beaucoup de parents aient caché à leurs enfants qu’ils étaient en fait des sorciers. Je n’en voulais pas à ma mère de l’avoir fait, elle avait probablement simplement voulu nous protéger Kaleigh et moi.

J’ignorais d’ailleurs toujours si Kaleigh avait commencé à développé ses pouvoirs. Ou même si elle en avait. J’ignorais totalement si notre père était un humain, ou un sorcier, ou… Allez savoir quoi ! Alors Kaleigh pourrait très bien ne pas être une sorcière, à vrai dire je n’en savais rien, et je ne savais pas comment aborder le sujet sans avoir l’air d’une folle. Bon, ça ne l’étonnerait surement pas de moi, je disais pas mal de conneries et elle penserait que c’est encore une de mes blagues pas drôles. A peu près le même genre de réaction qu’aurait Keila si je commençais à lui dire que les origines du tremblement de terre qu’elle avait évoqué étaient surnaturelles, en fait. Parfois, il faut savoir se taire, même quand on s’appelle Katniss Darkholmes et qu’on oublie de réfléchir avant d’ouvrir la bouche. Je n’avais encore jamais fait de gaffe sur ce sujet, ce qui était un exploit.

« Je dois te paraitre bizarre à passer du coq à l’âne comme ça?. Je dois avouer que j’adore l’histoire. Je suis moins douée en géographie. » M’expliqua Keila. Bienvenue au club ! Enfin, l’histoire, ça dépendait de quoi, mais la géographie, ce n’était vraiment pas mon truc; Oh, je pouvais placer les pays ou les capitales sur une carte, mais au-delà de ça, cela relevait du miracle si j’arrivais à sortir quelque chose d’intelligent. Mon prof avait du croire que j’étais stupide… ou que je n’écoutais pas son cours, ce qui était, je devais le reconnaitre, assez proche de la vérité. « Etant donné que dans quelques mois je vais rejoindre l’université, j’avais envie d’en savoir plus. Les visites scolaires à l’université sont nulles –désolée pour toi- alors je préfère me débrouiller par mes propres moyens pour en savoir plus. » Ajouta Keila. Il en faudrait plus que ça pour me vexer. La visite de l’Université ne m’avait pas non plus passionnée - hormis, contrairement à Keila, la partie concernant la visite des infrastructures sportives étant donné que j’aimais le sport. Ce genre de visite était rarement passionnante, et avec la malaimable qu’on se coltinait… ca n’arrangeait pas les choses.

« T’en fais pas pour ca. Ca fait bien dans ton dossier de participer à la vie de l’Université, alors j’me suis portée volontaire, mais je sais que c’est pas passionnant. Et puis bon, ça me donnait une excuse pour sécher un peu, être enfermée la journée entière, toute la semaine, ça me tape vite sur le système. J‘ai besoin de bouger un peu pour pas devenir complètement folle. » Expliquai-je à mon tour. Et puis bon, j’aurais pu croiser ma sœur, mais malheureusement, elle n’était pas dans ce groupe là donc je ne pourrais pas l’embêter. Tant pis. « Enfin, désolée, je raconte ma vie. Ca m‘arrive, de temps en temps. » m’excusai-je finalement, espérant ne pas l’ennuyer; je pouvais être très bavarde quand je m’y mettais.



she has no idea. the effect she can have
I remember tears streaming down your face, When I said, I'll never let you go. When all those shadows almost killed your light. I remember you said don't leave me here alone. But all that's dead and gone and passed tonight... Just close your eyes, The sun is going down. You'll be alright, No one can hurt you now, Come morning light, You and I'll be safe and sound
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 240
date de naissance : 16/07/1995
date d'inscription : 01/05/2012
age : 23

bind the circle
situation: c'est compliqué
avec: Jayden McCarty et Tabatha Blackwell
avatar
M. Keila Smith
MessageSujet: Re: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith Dim 13 Mai - 10:19

« T’en fais pas pour ca. Ca fait bien dans ton dossier de participer à la vie de l’Université, alors j’me suis portée volontaire, mais je sais que c’est pas passionnant. Et puis bon, ça me donnait une excuse pour sécher un peu, être enfermée la journée entière, toute la semaine, ça me tape vite sur le système. J‘ai besoin de bouger un peu pour pas devenir complètement folle. » expliqua Katniss.

« Eh bien toi aussi tu passe du coq à l’âne on dirait » dis-je en rigolant.

« Enfin, désolée, je raconte ma vie. Ca m‘arrive, de temps en temps. »

« Oh t’inquiète pas pour ça, je préfère écouter les histoires des autres plutôt que raconter ma vie. D’ailleurs elle est pas bien passionnante »

    Je ne savais plus quoi dire. Je mis à regarder le campus. Les autres élèves de mon lycée étaient assis sur l’herbe en train de rire, de parler, de manger. On aurait dit qu’ils n’en avaient rien à faire de l’université. Pour eux ça devait juste être une occasion de ne pas aller en cours et de ne rien faire. Je ne les comprenais pas surtout que dans quelques mois, ils seraient à l’université. Mais d’un autre côté je les enviais. Personnellement je ne pouvais pas m’amuser pour l’instant. Mes pensées étaient trop occupées par mes visions, mes nouvelles rencontres, et je devais aussi trouver ce que j’allais étudier. C’est sur j’aime beaucoup les arts, la musique, la danse, la peinture, la photographie. Mais j’aime aussi tout ce qui touchait à la nature, les animaux et les plantes. Et j’adore l’histoire. Je pourrais toujours faire des études d’histoire de l’art. Ou un truc du genre sociologie ou d’ethnologie. Etudier les comportements et les autres peuples ça semblait plutôt cool, et ça pourrait m’aider pour mes visions. Mais pour faire quoi après ? Qu’est ce que je voulais vraiment faire comme métier ? J’en avais marre de ne pas savoir. Et comme à mon habitude j’allais choisir au tout dernier moment. J’aimais bien être impulsive et imprévisible mais quand même pas à ce point.


« Tu as toujours voulu être journaliste ? » demandais-je soudainement à Katniss « Ou ça t’ai venu comme ça ? »

    Je savais que je n’étais pas la seule à ne pas savoir ce que je voulais faire, ou à être indécise, à ne pas savoir choisir et à hésiter jusqu’au dernier moment. Peut-être que Katniss était comme moi et je me sentirai moins seule, ou alors elle savait qu’elle voulait être journaliste depuis longtemps et dans ce cas je pourrais peut-être essayer de prendre exemple sur elle. Mais là je divague.


« Que moi je ne sais absolument pas ce que je veux faire ! Ni comme études ni comme métier » dis-je en haussant les sourcils. « Je dois avouer que c’est assez… dérangeant. Quand je pense que dans quelques mois je vais devoir faire des études et que je ne sais pas lesquelles. Je suis un peu perdue. »

    J’avais besoin d’un peu de stabilité dans ma vie. Tout était en train de changer pour moi. J’avais de plus en plus de visions – et je crois que mes pouvoirs de medium sont en train de se développer-, mon nouveau job, mon nouveau logement, mon nouveau lycée, mes nouvelles « relations sociales ». Il fallait que je trouve quelque chose que je peux contrôler, quelque chose dont je sois sure. Quelque chose que je puisse décider. Je voulais quelque chose qui vienne de ma propre volonté.


Spoiler:
 





Can't even speak about it, all my life on my head. Don't want to think about it, feels like I'm going insane. It can creep up inside you and consume you, a disease of the mind. It can control you, it's too close for comfort, your mind is in disturbia. It's like the darkness is the light. Faded pictures, it's like they talkin' to me. I feel like a monster. Release me from this curse im in. trying to maintain but I'm struggling. [size=7]♯ Disturbia ♪[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 451
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 03/02/2012
age : 27

bind the circle
situation: célibataire
avec:
avatar
Katniss J. Darkholmes
MessageSujet: Re: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith Mar 15 Mai - 17:12


Visite Guidée
Katniss J. Darkholmes & M. Keila Smith


J’étais une véritable professionnelle du changement de sujet. A croire que mon cerveau avait du mal à rester concentré sur une seule chose, et déviait sans arrêt. Et comme, forcément, je ne réfléchis pas toujours à ce que je dis, je passais facilement du coq à l’âne comme le fit remarquer Keila. Quoi que, pour une fois, mes paroles avaient une suite logique. Visite du lycée, vie à l’université, les cours, et moi qui ne tenait que difficilement ne place sur une chaise pendant deux heures d’affilée. Je n’avais pas tant dévié que ça. Je m’étais juste légèrement écartée du sujet dirons nous. « Oh t’inquiète pas pour ça, je préfère écouter les histoires des autres plutôt que raconter ma vie. D’ailleurs elle est pas bien passionnante. » me répondit Keila après que je me sois excusée de m’être mise à raconter ma vie. Pas que je sois narcissique ou quoi que ce soit, loin de là. J’étais seulement bavarde, j’aimais discuter avec les gens, et la conversation venait… et bien, elle venait comme elle venait, en fait. Bref. Keila disait que sa vie n’était pas bien passionnante, je ne pourrais pas en dire autant de la mienne.

Enfin, ce n’était pas tant ma vie personnelle qui l’était - à part m’occuper de ma sœur et faire l’andouille avec Tabatha pour décompresser, c’était un peu le désert - mais ma vie de sorcière. Des sortilèges, des pouvoirs, des tas de plantes, pierres etc… aux différentes propriétés… Ca pouvait être considéré comme passionnant - ou bizarre, ça dépend des gens - mais c’était un peu difficile à caser dans une conversation « normale » alors j’aimais autant laisser couler et passer à autre chose. D’ailleurs, je n’eu pas besoin de chercher longtemps un sujet de conversation, car Keila le fit pour moi. « Tu as toujours voulu être journaliste ? Ou ça t’ai venu comme ça ? » Me demanda-t-elle. J’avais mis un bon moment à trouver quoi faire. Entre les matières que je n’aimais pas et celles ou je n’étais pas très douée, il avait fallu que je fasse le tri pour trouver quelque chose d’un tant soi peu intéressant, histoire que je n’ai pas l’impression de perdre mon temps. Mais je n’avais pas été comme certains qui, dès leur plus jeune âge, savaient ce qu’ils voulaient faire : médecin, vétérinaire, avocat, sportif de haut niveau… peu importe. J’avais été très indécise, mais au final, j’avais pris la bonne décision. Le journalisme, ça me plaisait bien, et ça me permettrait de pouvoir, une fois mes études terminées, trouver un emploi stable, et de ne pas avoir à laisser Kaleigh. Elle était ma priorité, et j’avais pensé à tout ça en fonction d’elle. Je ne voulais pas qu’elle ait à s’inquiéter de quoi que ce soit, c’était mon rôle maintenant. « Ca m’est venu un peu au dernier moment. J’avais même pas prévu d’aller à l’Université à la base. Si je m’étais écoutée, je serais devenu pompier, ou cascadeuse, ou je serais partie dans l’humanitaire. N’importe quel métier où il y a de l’action. Mais je devais m’occuper de ma petite sœur, donc comme j’ai eu une bourse et ben j’ai décidé de faire des études. Et comme j’ai une fâcheuse tendance à mettre mon nez là où il faudrait pas, je me suis dis que le journalisme me correspondrait bien. » Expliquai-je donc, sans entrer dans le détail de la mort de ma mère afin d’éviter ce sujet sensible, surtout que je ne comprenais pas trop ce qui c’était passé ce jour là. J’ignorais toujours comment elle était morte, et si je ne voulais pas encore partir en mode « théorie du complot », mieux valait que j’évite de me remettre à penser à tout ça.

« Que moi je ne sais absolument pas ce que je veux faire ! Ni comme études ni comme métier. Je dois avouer que c’est assez… dérangeant. Quand je pense que dans quelques mois je vais devoir faire des études et que je ne sais pas lesquelles. Je suis un peu perdue. » En effet, cela pouvait être assez embêtant. Mais bon, il lui restait encore quelques mois pour y réfléchir. Je ne savais que trop bien que ça pouvait être difficile de se décider. Comment est-on sensé savoir, à environ 18 ans, ce qu’on va vouloir faire pour le restant de ses jours ? Tout ce qu’on veut, à cet âge là, c’est profiter de sa vie, du présent, pas nécessairement se projeter dans l’avenir. La mort de ma mère m’avait forcée à y penser et à être sérieuse deux minutes quand à ce que j’allais bien pouvoir faire, mais ce n’est pas toujours facile, et on n’est jamais sur de ne pas se tromper. L’avantage du journalisme, c’est qu’on peut éviter de s’installer dans une routine ennuyeuse. On peut avoir l’occasion de voyager, de rencontrer des gens… Pas comme comptable ou secrétaire. « je comprends ce que c’est, je suis passée par là. Je me suis vraiment décidée au dernier moment, parce que j’ai pas vraiment eu le choix, mais avant j’étais dans le flou total. Mais tu trouveras, j’en suis sure. Réfléchis à ce que tu aimes faire, et part de là, histoire de ne pas te retrouver avec des études, puis un job, qui ne te plairont pas. » Répondis-je donc, disant, pour une fois, un truc intelligent et pas à côté de la plaque. Comme quoi, tout peut arriver.



she has no idea. the effect she can have
I remember tears streaming down your face, When I said, I'll never let you go. When all those shadows almost killed your light. I remember you said don't leave me here alone. But all that's dead and gone and passed tonight... Just close your eyes, The sun is going down. You'll be alright, No one can hurt you now, Come morning light, You and I'll be safe and sound
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 240
date de naissance : 16/07/1995
date d'inscription : 01/05/2012
age : 23

bind the circle
situation: c'est compliqué
avec: Jayden McCarty et Tabatha Blackwell
avatar
M. Keila Smith
MessageSujet: Re: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith Jeu 17 Mai - 10:39

« Ca m’est venu un peu au dernier moment. J’avais même pas prévu d’aller à l’Université à la base. Si je m’étais écoutée, je serais devenu pompier, ou cascadeuse, ou je serais partie dans l’humanitaire. N’importe quel métier où il y a de l’action. »

    Ah, l’humanitaire. J’avais souvent eu envie d’aller dans des peuples d’Asie ou d’Afrique avec certaines associations caritatives. Je trouvais ça important d’aider des plus démunis, je m’imaginais être dans leur situation et ça me faisait culpabiliser. Du coup je donnais de l’argent aux associations. D’ailleurs, quand je voyais des sans-abris je ne pouvais pas passer devant eux sans leur donner un peu d’argent. D’un côté ça me soulait d’être trop généreuse et d’éprouver de la culpabilité si je ne donnait rien, mais d’un autre côté je me disais que je pouvais me retrouver dans leur situation. On ne choisit pas sa naissance après tout. J’aurais pu naître dans un peuple pauvre d’Afrique après tout. Et puis aucun homme n’était à l’abri de perdre tout ce qu’il avait et de finir dans la rue.


« Mais je devais m’occuper de ma petite sœur, donc comme j’ai eu une bourse et ben j’ai décidé de faire des études. Et comme j’ai une fâcheuse tendance à mettre mon nez là où il faudrait pas, je me suis dis que le journalisme me correspondrait bien. » ajouta Katniss

    Cela faisait la deuxième ou peut-être même la troisième fois que Katniss parlait de sa sœur –Kaleigh je crois- et du fait qu’elle devait s’en occuper et tout. J’avais envie de lui demander où étaient ses parents, mais vu comment elle en parlait je préférais ne rien demander. Ses parents devaient être décédés ou alors ils les avaient abandonnées. Dans tout les cas ce serait inconvenant de le lui demander. Je voyais bien que ça lui faisait de la peine ne serait-ce que de mentionner ça, et je comprenais qu’elle ne veuille pas s’étendre sur le sujet. Même si mes parents n’étaient pas morts, il y avait certaines choses qu’ils avait dites et/ou faites que je préférais oublier. Certains moments de ma vie que je préférais ne pas évoquer.


« je comprends ce que c’est, je suis passée par là. Je me suis vraiment décidée au dernier moment, parce que j’ai pas vraiment eu le choix, mais avant j’étais dans le flou total. Mais tu trouveras, j’en suis sure. Réfléchis à ce que tu aimes faire, et part de là, histoire de ne pas te retrouver avec des études, puis un job, qui ne te plairont pas. » reprit Katniss.

« Ouais… » Dis-je simplement, pensive.

    J’aurais adoré travailler dans un musée ou dans une salle des ventes. Etudier des objets qui avaient une histoire et tout ce genre de truc. Mais j’avais trop peur d’avoir des visions à chaque fois que je toucherai un objet. Alors j’avais bien entendu oublié cette idée. Maintenant les seules passions que j’avais étaient la danse classique, la photographie et la défense de la faune et la flore. Alors pour faire de ça un métier, bonjour la galère. En parlant de danse classique, je me demande si il y a un studio de danse ou je ne sais quoi à Coventry. J’ai toujours reçu des cours privés chez moi –enfin dans mon ancien « chez moi »- à Earlsdon.


« Je ne m’intéresse pas à grand-chose. Enfin pas grand-chose dont on peut faire un métier. J’aime beaucoup les arts du genre danse classique ou photographie. Mais bon. Je ne vois pas comment je pourrais en faire un métier. » Dis-je un peu dépitée.

    Qu’est ce que j’aimais d’autre ? Peut-être devais-je m’intéresser plutôt à ce à quoi j’étais douée plutôt que ce que j’aimais faire. J’étais assez douée pour me mêler des affaires des autres, et pour relativiser. Peut-être devrais-je devenir psychologue, ou conseillère matrimonial. Je souris en m’imaginant assise sur un fauteuil, les jambes croisées avec des lunettes sur le nez et en train d’écrire sur un carnet. Bon, revenons aux choses auxquelles j’étais douée. Bon en tout cas je n’étais ni douée pour les sciences – à part la biologie- ou alors pour l’informatique –je vais sur twitter, facebook, msn, enfin ce genre de truc mais ça s’arrête là. Je pouvais donc éliminer ça. C’était toujours ça de pris. Je pouvais également éliminer les trucs du genre commercial, marketing et tous les métiers où il faut parler en public. Je ne pourrais pas être chanteuse, interprète, actrice ou commerciale par exemple. Je me voyais même mal être journaliste et puis prof, encore moins. Franchement, après tout ça que reste t-il ?
    Je revins dans le monde réel et revenais à ma conversation avec Katniss. J’espérais réellement que je n’avais pas été silencieuse trop longtemps.


« Bon en tout cas je peux rayer de la liste tout ce qui est sciences, informatique, marketing ou tout les trucs où faut s’exprimer en public. Il ne me reste pas grand-chose. Et puis les choses que j’aime faire c’est pas des trucs qu’on peut faire comme métier. Genre, ce que je t’ai dit, la danse classique et la photo. Enfin c’est possible d’en faire un métier, mais vraiment difficile, faut avoir de la chance quoi. »





Can't even speak about it, all my life on my head. Don't want to think about it, feels like I'm going insane. It can creep up inside you and consume you, a disease of the mind. It can control you, it's too close for comfort, your mind is in disturbia. It's like the darkness is the light. Faded pictures, it's like they talkin' to me. I feel like a monster. Release me from this curse im in. trying to maintain but I'm struggling. [size=7]♯ Disturbia ♪[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 451
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 03/02/2012
age : 27

bind the circle
situation: célibataire
avec:
avatar
Katniss J. Darkholmes
MessageSujet: Re: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith Dim 20 Mai - 15:50


Visite Guidée
Katniss J. Darkholmes & M. Keila Smith


Pour une fois que je donnais des conseils sérieux. C’était à marquer dans les annales. En même temps, mieux valait l’entendre de quelqu’un qui était passé par là que par un conseiller d’orientation qui vous filerait une pile de dépliants à la noix, qui ne vous aideront finalement pas à grand-chose. Bon, mon conseil n’aiderait peut être pas Keila mais au moins, moi, je n’étais pas payée au contraire du conseiller d’orientation totalement inutile du lycée. « Ouais… » Keila se contenta-t-elle de répondre, pensive.

Relevant le regard vers le reste du campus, je pouvais voir que les différents accompagnateurs de la visite du lycée commençaient à se rassembler, sur les ordres de l’étudiante de médecine pas aimable - celle là même que j’avais comparé à une porte de prison. Elle faisait le tour de la cours, allant chercher tous les lycéens qui ne daignaient pas lui préter attention. Si j’avais été à sa place, je n’aurais pas eu à me déplacer avec ma grande goule. Tout le monde m’aurait entendue arriver depuis l’autre bout du campus, mais bon, c’était tellement drôle de la voir galérer que je n’allais pas lui donner un coup de main. Et apparemment, les deux autres étudiants - celle en mode, et le geek - n’avaient pas plus envie que moi de l’aider. J’en profitais donc pour écouter ce que me répondis Keila. « Je ne m’intéresse pas à grand-chose. Enfin pas grand-chose dont on peut faire un métier. J’aime beaucoup les arts du genre danse classique ou photographie. Mais bon. Je ne vois pas comment je pourrais en faire un métier. » Je savais ce que c’était. Hormis le sport, je ne m’étais pas intéressée à grand-chose pendant ma période au lycée, alors au moment de choisir une orientation, j’avais un peu galéré. « Bon en tout cas je peux rayer de la liste tout ce qui est sciences, informatique, marketing ou tout les trucs où faut s’exprimer en public. Il ne me reste pas grand-chose. Et puis les choses que j’aime faire c’est pas des trucs qu’on peut faire comme métier. Genre, ce que je t’ai dit, la danse classique et la photo. Enfin c’est possible d’en faire un métier, mais vraiment difficile, faut avoir de la chance quoi. » C’est vrai que ce n’était pas les métiers les plus faciles à exercer, mais dans la vie, il faut savoir prendre des risques, non ? On n’a rien sans rien, et à quoi bon se borner à faire un métier plus facile si c’est pour aller au travail à reculons ? Enfin, à chacun sa vision des choses, mais c’est ce que moi je pensais et si je n’avais pas voulu rester raisonnable pour Kaleigh, je n’aurais pas fais des études qui me mèneraient à un métier aussi stable que le journalisme. Keila n’avait pas à penser à qui que ce soit d’autre elle, autant en profiter non ?

« C’est à toi de voir. Il te reste encore un peu de temps avant d’avoir à te décider de toute façon, et si tu pense, après quelques mois, t’être trompée eh bien… Tu pourras toujours changer. C’est pas impossible, ca te feras perdre une année mais bon, c’est pas la fin du monde. » répondis-je. Voyais que le groupe d’élèves s’était rassemblé et qu’il ne manquait plus que nous, j’ajoutais « On va devoir aller retrouver le groupe, la visite va reprendre, viens. » La porte de prison m’adressait déjà un regard noir pour avoir retardé Keila - eh bien oui, forcément ça serait de ma faute, hein ! - mais je me contentais de lui adresser un grand sourire en approchant avec Keila, juste histoire de la faire enrager un peu plus. Ce qui n’était pas très compliqué. Une fois que la jeune lycéenne eut retrouvé son groupe, je retournais avec les trois autres accompagnateurs, afin de poursuivre la visite - et j’avais hâte que ça se termine. Elle allait les faire fuir ces pauvres ados à être aussi pet-sec l’autre là. .



she has no idea. the effect she can have
I remember tears streaming down your face, When I said, I'll never let you go. When all those shadows almost killed your light. I remember you said don't leave me here alone. But all that's dead and gone and passed tonight... Just close your eyes, The sun is going down. You'll be alright, No one can hurt you now, Come morning light, You and I'll be safe and sound
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « Visite Guidée » ft M. Keila Smith

Revenir en haut Aller en bas

« Visite Guidée » ft M. Keila Smith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Visite guidée du Titanic
» Visite guidée : fort de Château-Lambert
» La réserve Africaine de Sigean
» rue pietonne,vieux lyon
» Visite Guidée pour un Nouvel Arrivant [PV : Léo Baskerville]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the secret circle :: “ Education ” :: Coventry University :: Le campus-