the secret circle
Bienvenue, cher Invité

THE SECRET CIRCLE EST ACTUELLEMENT FERME. SI VOUS SOUHAITEZ NOUS RETROUVER OU APPRENDRE A NOUS CONNAITRE, REJOIGNEZ NOUS SUR NOTRE FORUM ONCE UPON A TIME http://www.once-upon-rpg.net/

NOUS VOUS ATTENDONS AVEC IMPATIENCE, BONNE AMBIANCE ET ACCUEIL CHALEUREUX GARANTI !

A bientôt peut être !




Partagez|

« Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 26

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Dim 4 Mar - 16:17


Do Not Sneak Up On a Vampire.
Thaïs V. Roosevelt & Shawn Williams

L’avantage de Coventry, c’est qu’il y avait l’embarras du choix concernant les endroits tranquilles où pratiquer la magie : la forêt, le lac, le parc… Il y avait toujours moyen de trouver un endroit reculé où s’isoler afin de faire un peu de sorcellerie. Ce jour, ou plutôt ce soir là, j’avais choisi le parc, non loin du vieux terrain de jeux abandonné où jamais les parents n’emmenaient leurs enfants de peur qu’ils ne se blessent tant les jeux étaient en mauvais état. Personne ne venait jamais par la, et de toute façon si quelqu’un venait à s’aventurer dans le coin, je le saurais. Je l’entendrais arriver de loin et aurait le temps de stopper tout sortilège en cours d’exécution. Je ne prévoyais de toute façon pas de de faire quoi que ce soit de spectaculaire. De simples sortilèges, juste pour le plaisir d’utiliser la magie, et de sentir la présence de ma mère comme chaque fois que je le faisais, ses pouvoirs (ainsi que ceux des autres sorcières de son cercle, que j’avais considérées comme ma famille et les miens) étant enfermée dans le médaillon qui me permettait de pouvoir toujours utiliser la magie, et ce malgré mon statut de vampire car normalement, un vampire ne doit pas être capable d’utiliser la magie.

Je m’étais donc assise à même le sol et avait commencé à lancer quelques sorts, juste pour le plaisir, après avoir enlevé mon médaillon pour le tenir au creux de ma main. Rien du genre déclencher une tempête, ou quoi que ce soit d’autre de très impressionnant. Je me contentais par exemple de faire souffler le vent autour de moi, ou de simples sorts de lévitation faisant voler les feuilles mortes autour de moi. J’adorais les sensations que provoquait l’usage de la magie. Je me sentais bien mieux en utilisant mes pouvoirs de sorcière que ceux de vampire - que je n’utilisait que très peu en règle générale, à moins d’avoir un but précis. J’étais née sorcière. Quand j’utilisais la magie, j’étais à nouveau Violette Petrova, et non Thaïs Roosevelt, la vampire qui avait pour signe particulier de protéger les sorciers et de chasser ceux qui les chassaient, celle qui avait laissé des dizaines et des dizaines de cadavres derrière elle ces trois siècles derniers sans le moindre remord.

J’étais toujours en train de regarder les feuilles voler autour de moi lorsqu’un bruit attira mon attention. C’était un bruit léger, et quelqu’un d’autre que moi, quelqu’un de toujours humain, ne l’aurait probablement même pas remarqué. Je laissais les feuilles retomber au sol, tendant l’oreille avant de me relever, frottant rapidement la poussière de mon pantalon. Je me dirigeais vers l’endroit d’où provenait le bruit et quelle ne fut pas ma surprise de voir un jeune homme que j’avais déjà croisé, et pour cause. Lorsque je lui avais demandé de m’indiquer la direction de la bibliothèque, il m’avait dirigée vers l’autre bout de la ville, après que j’ai refusé ses avances. Je savais qu’il était un sorcier. Comment me direz vous ? Eh bien je l’avais entendu parler avec ce gars qui m’intriguait tant, Devon, alors que je les écoutais discrètement depuis ma table dans l’espoir de savoir qui il était. Le jeune sorcier se trouvant face à moi s’appelais Shawn, si je me souvenais bien. Par contre, depuis combien de temps m’observait-il ? Ca je l’ignorais. « On ne t’a jamais dit de ne pas espionner une fille ? » Demandai-je sèchement, arquant un sourcil interrogateur, tout en rattachant rapidement mon collier bien en sécurité autour de mon cou. « C’est très mal élevé. Et ça peut être dangereux. » Lui fis-je remarquer, croisant mes bras sur ma poitrine, pas le moins du monde impressionnée par le jeune homme. Je ne devais cependant pas être très convaincante compte tenu de mon petit gabarit. De ce que j’avais entendu à la soirée au B’Well Coffee, il avait de l’ambition. Ou peut être était-ce l’alcool qui parlait… En tout cas, son ambition n’était pas de devenir un gentil sorcier bien rangé. Mais de quoi aurai-je peur ? J’étais déjà morte, de toute façon, et avais les moyens de me défendre, même si mes principes m'interdisaient de m'en prendre aux sorciers.




Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 501
date de naissance : 01/08/1992
date d'inscription : 10/02/2012
age : 25
avatar
Shawn L. Williams
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Lun 5 Mar - 0:55


Do not sneak up on a vampire.
Shawn L. Williams & Thaïs V. Rosevelt

*************************


Ma maison était quand était quand dans un quartier plus isolé. Proche de chez moi il y avait un parc où plus personne n'allait depuis longtemps. Cependant à l'instant ou je passait devant la fenêtre qui était au salon et qui donnait sur la rue, je vis quelqu'un s'engouffrer dans le parc. J'eu peu de temps, mais je réussi à la reconnaître, c'était une jeune fille que j'avais rencontré l'autre jour en ville. Elle était très séduisant, mais elle n'a pas voulu s’amuser avec moi alors je l'avais dirigée vers l'autre bout de la ville quand elle m'a demandé le chemin de la librairie qui était à quelques rues plus loin. Peu importe, cette fois elle allait dans ce parc et c'était vraiment surprenant qu'est-ce qu'un fille de son age va faire un parc abandonné comme celui-ci. Je mis mes souliers une petite veste au cas ou il fasse froid et je me rendis discrètement au parc.

Au bout de quelque temps je fini par la voir. Elle était dos à moi alors elle ne pouvait pas savoir que je l'observait. Ce que je vis me surpris grandement, des feuilles d'arbre flottaient et tournoyait autour d'elle. Je sentais que c'était de la magie, mais c'était vraiment étrange parce que quand je l'avais croisé la première fois je n'avais pas senti que c'était une sorcière. S'y elle en avait été une j'aurais compris cette incroyable beauté et son charisme. Je tentais de ne pas faire de bruit, je voulais savoir comment cette humaine pouvais utiliser la magie. Elle devait surement puiser dans une certaine source ou utiliser une méthode qui m'était inconnu, mais la seule façon de le savoir était de rester ici et de l'observer. Je ne voulais pas me faire repérer, je comprenais pourquoi elle était venu ici, c'était un endroit très tranquille et il n'y avait jamais personne qui y allait. J'eu cependant envie d'une clop, je savais que ce n'étais pas le bon moment, mais je m'en fichais j'en avais quand même déjà bien assez vu. Je sorti une cigarette de mon paquet et quand j'ai voulu l'allumer je la vis se lever. J'ais quand même allumer, elle se dirigeait déjà vers moi, alors pourquoi m'en empêcher à ce point. Elle était finalement rendu à moi et elle s’empressa de dire sèchement : « On ne t’a jamais dit de ne pas espionner une fille ? ». Elle rattacha ensuite un collier autour de son cou. Ce collier attira tout de suite mon attention, il semblait vraiment vieux, beaucoup plus vieux qu'elle, on aurait dit une relique. Mon attention revint sur elle quand elle ajouta: « C’est très mal élevé. Et ça peut être dangereux. ». À ce moment mes yeux ce croisèrent sur les sien avec un certain amusement dedans et un sourire vint se poser sur mes lèvres. Elle, elle ne semblait vraiment pas rigoler, comme si j'allais croire à son aire dure. Je lui répondit finalement:

«Ah!, mais si j'avais su que c'était dangereux, j'aurais écouté ce qu'on m'avais dit et à vrai dire j'ai vraiment peur en ce moment je trouve que je suis dans une position dangereuse.» Je fit la moue pour faire sarcastiquement pitié avant d'ajouter. «En passant, j'espère que tu as trouvé la bibliothèque la dernière fois.»

Un grand sourire avant rapidement retrouvé mes lèvres. Elle semblait déjà contrariée et le fait d'ajouter de l'huile sur le feu m’amusais. Une nouvelle fois elle était près de moi et je ne sentais pas qu'elle était une sorcière. Il fallait qu'elle me dise comment elle faisait. Je n'étais pas du genre à tourner autour du pot, j'étais plutôt du genre à aller droit au but. En plus, maintenant que je savais qu'il y avais une assez grande quantité de personne qui était au courant pour la magie. Sans perdre de temps je lui posa ma question de façon assez directe.

«Maintenant on va sauter la partie ou tu prétend ne pas être au courant pour la magie et tu vas me dire comment tu fais pour l'utiliser. Parce qu'à ce que je peux voire tu n'es pas une sorcière.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 26

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Lun 5 Mar - 21:47


Do Not Sneak Up On a Vampire.
Thaïs V. Roosevelt & Shawn Williams

Le fait de m’être faite surprendre par Shawn ne m’inquiétait pas plus que ça. Je savais qu’il était un sorcier, et donc qu’est-ce que ça changerait qu’il me voit utiliser la magie ou non ? Et puis même si il n’avait été qu’un simple humain, j’aurais pu effacer sa mémoire jusqu’à lui faire oublier mon visage. Même si n’avait pas eu la possibilité d’accéder à des pouvoirs grâce au médaillon de ma mère, je n’aurais donc toujours pas eu à m’inquiéter de quoi que ce soit. L’avantage d’être un vampire. Enfin, tout dépend du point de vue.

Le jeune sorcier semblait aussi impressionné par moi que je l’étais de lui. C’est sur que je ne payais pas de mine avec mon petit mètre soixante cinq, pas vraiment épaisse. Mais Shawn avait beau être un jeune homme grand et bien bâti… Il ne m’impressionnait guère non plus. Je me demandais bien pourquoi il m’avait espionnée. « Ah!, mais si j'avais su que c'était dangereux, j'aurais écouté ce qu'on m'avais dit et à vrai dire j'ai vraiment peur en ce moment je trouve que je suis dans une position dangereuse. » Me dit-il, ne prenant même pas la peine de cacher le côté sarcastique de ses paroles. Je ne pu retenir un petit rire. Si il savait. Je remarquais le regard qu‘il posa sur mon collier mais ne réagit pas. C‘était un très vieux bijoux, qui attirait donc souvent les regards. « En passant, j'espère que tu as trouvé la bibliothèque la dernière fois. » Ah, donc il m’avait reconnue. En même temps, étant plutôt beau garçon, il ne devait pas être habitué à se prendre des râteau. Les filles devaient tomber à ses pieds sans aucun difficulté, et donc étant probablement l’une des rares filles à avoir refusé ses avance, mon visage avait du le marquer. Il semblait très fier de son coup cependant. « Oh, ne t’en fais pas pour ça. Je l’ai trouvée bien plus vite que tu ne crois. Répondis-je. Sur le coup, sa petite blague m’avait bien mise de mauvais poil et j‘étais du genre rancunière, mais ça, je ne lui donnerais pas la satisfaction de s’en rendre compte, c’est pourquoi j’accompagnais mes paroles d’un sourire narquois.

Il s’était approché, mais je ne bougeais pas d’un poil, les bras toujours croisés sur ma poitrine, et attendit qu’il reprenne la parole, ce qui ne tarda pas. « Maintenant on va sauter la partie ou tu prétend ne pas être au courant pour la magie et tu vas me dire comment tu fais pour l'utiliser. Parce qu'à ce que je peux voire tu n'es pas une sorcière. » Ca avait le mérite d’être direct. Mais je n’avais pas l’intention de prétendre ne pas avoir connaissance de l’existence de la magie. Je savais qu’il était un sorcier, et je savais qu’il m’avait surprise en train d’utiliser la magie. Alors à quoi bon faire semblant et jouer les ignorantes ?

Cependant, je n’aimais pas recevoir des ordres, et donc la manière qu’il avait de me demander de lui dire comment j’avais accès à la magie m’agaçait au plus haut point. Pour qui se prenait-il ?! Si il croyait pouvoir m’arracher une quelconque information, il se mettait le doigt dans l’œil. Ce collier était, avec son grimoire, la seule chose qu’il me restait de ma mère. Jamais je ne laisserais personne d’autre mettre la main dessus, ou bien utiliser ses pouvoir et ceux des autres sorcières de son cercle - et les miens - pour autre chose que faire le bien. Et compte tenu de la conversation que j‘avais surprise le jour de la saint valentin, les intentions de Shawn n’avaient rien à voir avec protéger les gens ou éradiquer la fin dans le monde… Bien au contraire.

« Oh mais je n’avais pas l’intention de jouer les ignorantes ne t’en fais pas. Mais tu te rends compte que tu perds ton temps là au moins, j’espère ? Ton attitude de pseudo badboy menaçant ne marchera pas avec moi. Je n’ai pas peur de toi. Et tu veux savoir pourquoi ?  » Dis-je d’un air à la fois détendu et sérieux, rivant mon regard droit dans le sien d’un air de défi. Je laissais un bref silence s’installer avant de me rapprocher de lui lâcher dans un murmure, d’un air menaçant, articulant chaque mot afin que mon message soit bien clair « Parce que je suis plus forte que toi. Alors cesses de me donner des ordres. C‘est bien clair ? » je tâchais de ne pas trop m’énerver, ne voulant pas céder à mes instincts de vampire et me débarrasser de ce jeune sorcier et ne voulant pas non plus lui donner la satisfaction d’en apprendre plus sur moi, mais il avait vraiment le don de me taper sur le système.




Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 501
date de naissance : 01/08/1992
date d'inscription : 10/02/2012
age : 25
avatar
Shawn L. Williams
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Mar 6 Mar - 16:35


Do not sneak up on a vampire.
Shawn L. Williams & Thaïs V. Rosevelt

*************************


Quand elle répondit: « Oh, ne t'en fais pas pour ça. Je l'ai trouvée bien plus vite que tu ne crois.», j'eu un petit rire. Je savais que c'était faux, mais c'était amusant la voir contenir la haine qu'elle me portait. Tôt ou tard j'allais finir par la faire craquer et peut-être quand même temps cela allait me permettre de voir comment elle faisait pour utiliser la magie. Elle sembla surprise de ma façon assez directe de demander ce que je veux. Je n'allais tout de même pas passer par mille chemins ou lui faire croire que je m'intéressais encore à elle, ce n'était pas le cas, tout ce qui m'intéressait venant d'elle était sa façon d'utiliser la magie.

Ce n'était pas tout à fait vrai, en fait il y avait bien quelque chose chez elle de particulier et d'attirant. Je l'avais remarqué la première fois que je l'avais vue, mais c'était toujours présent. Cependant, à ce moment je n'y prètais pas attention, car il y avait quelque chose de beaucoup plus intéressant qu'elle en jeu. Elle finit par me répondre: « Oh mais je n'avais pas l'intention de jouer les ignorantes ne t'en fais pas. Mais tu te rends compte que tu perds ton temps là au moins, j'espère ? Ton attitude de pseudo badboy menaçant ne marchera pas avec moi. Je n'ai pas peur de toi. Et tu veux savoir pourquoi ? ». Elle avait un air sérieux et détendu, mais j'était persuadé qu'à l'intérieur elle bouillait de rage. Quant à moi j'étais resté froid, je ne sais pas pourquoi toutes les filles que je rencontrais ces temps-ci me disait comment je devais agir. Malin l'avait fait et maintenant elle, je ne sais pas pourquoi elles tentent toutes de résister, elles ne sont pas si menaçantes. Peu importe, j'allais encore m'amuser et finir par obtenir ce que je voulais. Je pris une bouffé de cigarette, je l'avais presque oubliée bruler entre mes doigts. En soufflant ma fumée je laissai sortir en murmure: «J'en ai rien à faire».

Elle me lançait maintenant un regard de défit que je lui rendais avec plaisir. Elle s'approcha de moi et après un court silence me dit dans un murmure, très clair, qui semblât durer une éternité : « Parce que je suis plus forte que toi. Alors cesses de me donner des ordres. C'est bien clair ? ». Elle avait pris un ton menaçant qui était étonnamment convainquant, mais pas assez pour moi, il n'y a pas beaucoup de filles de sa taille en fait qui peuvent me convaincre si facilement. C'est vrai que je ne savais pas ce dont elle était capable, mais j'avais très envie de le savoir parce que, sérieusement, faire voler des feuilles mortes autour de soit n'est pas vraiment impressionnant. Elle ne pouvait certainement pas être plus forte que moi, après tout ce n'était pas une sorcière et elle ne pouvait pas non plus être plus forte que moi physiquement, j'étais beaucoup plus grand qu'elle. Qu'est-ce qui pouvait la rendre si confiante?

Je me mis à marcher tranquillement autour d'elle et je m'arrêtai quand je fus face à son dos. J'ai ensuite approché ma bouche de son oreille gauche. C'était maintenant mon tour de jouer le coup des murmures, mais moi c'était plus dans un état sarcastique que sérieux. Je lui murmurai, donc à l'oreil: « Ah, mais comme je t'ai dit, je suis terrifié, je me sens en danger avec toi et ta capacité à soulever les feuilles mortes.». Je fis quelques pas en arrière, lui laissant le temps de se retourner. J'avais toujours un petit sourire sur mon visage et mes yeux avec ce regard de défi.

Je me sentais vraiment bien en plus dans cet endroit. Je n'y était pas venu depuis que j'étais jeune, mais ici il y avait une tranquillité étonnante. Je sentais un petit vent frapper mon visage et souffler dans mes cheveux. J'étais à ma place ici, je sentais mon lien direct à l'air qui circulait en cet endroit et j'avais ce sentiment de puissance qui me faisait adorer être un sorcier. Je comprenais de plus en plus pourquoi elle était venue pratiquer ici, mais je ne comprenais toujours pas comment elle avait fait. Le sourire qui teintait mes lèvres disparut et mes yeux s'assombrirent encore plus. Je lui dis ensuite d'une voie glaciale: « Ce n'était pas un ordre, mais une demande. L'ordre suit la demande et la menace suit l'ordre, mais comme tu ne sembles pas aimer les ordres on peut peut-être sauter cette partie et aller directement aux vives recommandations. Qu'est-ce que tu en penses? ». Je n'avais rien à ajouter. Si elle avait compris la logique elle allait être gentille et me dire ce que je voulais savoir. Sinon il ne resterait plus qu'à appliquer la logique, ce qui pourrait être très amusant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 26

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Mar 6 Mar - 23:43


Do Not Sneak Up On a Vampire.
Thaïs V. Roosevelt & Shawn Williams


Le jeune sorcier semblait ne pas me prendre au sérieux. Même pas du tout. Il ne devait pas savoir qu’il y avait dans le monde des créatures bien plus dangereuses que les sorciers. Et encore, je n’étais pas la plus dangereuse, bien que j’aurais eu les moyens de l’être. Mais je n’étais pas foncièrement mauvaise… Du moment qu’on ne me cherchait pas trop - ou que vous n’êtes pas un chasseur de sorcier, mais ça, c’est un autre problème, qui ne se pose pas étant donné que Shawn était un sorcier, et non chasseur. Par contre, il commençait sérieusement à me taper sur le système. J’étais venue pour pratiquer tranquillement la magie, juste pour le plaisir et non pour faire une démonstration à qui que ce soit, ni pour faire quoi que ce soit d’impressionnant. Et au lieu de ça, il me faisait passer un interrogatoire. Je tâchais de rester calme cependant. Mieux valait que je ne perde pas les pédale maintenant. J’avais trop à faire dans cette ville pour attirer l’attention sur, les sorciers, ou les vampires. Cependant, le jeune homme semblait prendre un malin plaisir à me provoquer. Lorsqu’il m’avait dit qu’il n’en avait rien à faire de savoir pourquoi je n’avais pas peur de lui, je ne l’écoutais pas, et lui fis part de mes raisons - vaguement - m’approchant de lui de sorte que même si je murmurais, mes paroles et leur ton menaçant soit bien claires.

Il sembla hésiter un moment cependant. Mon ton avait du lui sembler assez convainquant, mais ma stature cassait un peu l’effet que je voulais donner. Ce n’était pas de ma faute si en me transformant en vampire, je n’avait pas gagné trente centimètre et prit du muscle. Ma force n’avait rien à voir avec la musculature. C’était un pouvoir propre aux vampires, et n’avait donc rien de naturelle. Mon air sûr de moi était probablement ce qui devait le faire douter, mais pas assez pour me fiche la paix, apparemment, car il se mit à marcher autour de moi, tel un prédateur. Je ne bougeais toujours pas d’un pouce, et ce même lorsqu’il se plaça derrière moi et ce fut à son tour de me glisser dans un murmure, à l’oreille : « Ah, mais comme je t'ai dit, je suis terrifié, je me sens en danger avec toi et ta capacité à soulever les feuilles mortes. »

Je ne pus retenir un léger rire. Il n’avait jamais entendu l’expression « ne te fis pas aux apparences » ? Apparemment pas. Je le sentis reculer et me retournais vers lui, un sourire en coin sur le visage, pas le moins du monde décontenancée par ses paroles. Cela faisait en gros 300 ans que je pratiquais la magie- enfin, un peu moins car il avait fallu que je trouve comment avoir accès aux pouvoirs renfermés par le collier, chose que ma mère ne m’avait pas expliquée et qui était rendue encore plus difficile par ma transformation en vampire - et j’aurais pu faire voler des feuilles mortes en dormant. Mais ça il ne le savait pas, et je ne comptais pas le lui faire savoir. Je le toisais donc en silence, attendant qu’il ajoute quelque chose, ne voulant pas répondre à sa provocation : ça lui ferait bien trop plaisir ! Et comme prévu, la suite de ses paroles ne tarda pas à arriver.

« Ce n'était pas un ordre, mais une demande. L'ordre suit la demande et la menace suit l'ordre, mais comme tu ne sembles pas aimer les ordres on peut peut-être sauter cette partie et aller directement aux vives recommandations. Qu'est-ce que tu en penses ? » me dit-il d’une voix glaciale. Des menaces ? Je ne pu m’empêcher de rire de nouveau. Décidément, il était tellement sur de lui dans son petit rôle de jeune sorcier ambitieux et puissant que je ne pouvais m’empêcher de trouver cette situation relativement drôle - ce qui devait sembler assez étrange comme réaction, mais je n’étais plus à ça près. Reprenant mon sérieux, mais un sourire amusé étirant toujours mes lèvres, je lui répondis d’un air mi amusé-mi provocateur : « Oh… Mais tu veux passer aux menaces maintenant alors ? » Demandai-je. « Très bien. Vas-y, que je rigole un peu. Je t’écoute. Qu’est-ce que tu vas me faire hein ? Non parce que depuis tout à l’heure je trouve que tu parles beaucoup, mais tu n’agis pas des masses quand même. » Ajoutai-je, le provocant ouvertement, curieuse de voir où cette petite discussion allait mener. Qu’est-ce qu’il allait faire si il n’obtenait pas ce qu’il attendait de moi de toute façon ? Me torturer ? Me tuer ? Peu importe, morte, je l’étais déjà.





Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 501
date de naissance : 01/08/1992
date d'inscription : 10/02/2012
age : 25
avatar
Shawn L. Williams
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Mer 7 Mar - 21:45


Do not sneak up on a vampire.
Shawn L. Williams & Thaïs V. Rosevelt

*************************

J'avais bien hâte d'entendre sa réponse. Je savais bien que ça n'allait pas être si facile, mais avec cette tension électrisante qu'il y avait dans l'air j'étais près à entendre n'importe quoi. Il n'y avait aucune chance que je lâche l'affaire. Il y avait bien quelque chose que je pourrais apprendre pour me servir contre elle. La première fois qu'elle avait ri je n'y avais pas vraiment porté attention, après tout, le sarcasme est une forme d'humour. La deuxième fois cependant, ne fit que refroidir encore plus mon visage. Je ne comprenais pas ce qu'elle avait de si particulier pour se permettre de ne pas me prendre au sérieux. Il y avait peut-être la chose qui lui permettait de se servir de la magie, mais c'était tout ce que j'attendais, qu'elle s'en serve. De toute façon j'étais près à me défendre, je n'avais pas encore eu l'occasion d'utiliser mes pouvoirs contre quelqu'un qui en avait, j'avais seulement beaucoup étudié et pratiqué chez moi. Comme Malin me lavait dit, j'avais besoin de connaissances, de pratique et d'expérience, c'était peut-être une occasion d'acquérir de l'expérience. Je n'en avais pas particulièrement envie, normalement, je suis le premier à vouloir se servir de la magie, mais je ne savais rien sur elle et ce n'est pas la meilleure des idées de s'attaquer à quelqu'un dont on ne connait pas la puissance. J'avais beau être certain de ma supériorité, j'étais quand même intelligent et je savais que ce n'était pas la technique qu'il fallait utiliser pour obtenir ce que je désirais.

Elle avait repris son sérieux, mais un sourire régnait toujours sur son visage. Elle me dit ensuite, d'un ton à la fois amusé et provocateur: « Oh... Mais tu veux passer aux menaces maintenant alors ? ». Aussitôt, un sourire approbateur vint se glisser sur mon visage. J'étais heureux de voir qu'elle avait compris la logique. Elle ajouta: « Très bien. Vas-y, que je rigole un peu. Je t'écoute. Qu'est-ce que tu vas me faire hein ? Non parce que depuis tout à l'heure je trouve que tu parles beaucoup, mais tu n'agis pas des masses quand même. ». Elle cherchait à me provoquer, mais quand j'avais des plans je m'y tenais et ça ne faisait pas partie de mes plans de lui faire du mal, pour l'instant. Je m'étais cependant mal exprimé en parlant de menaces, ce n'étais pas vraiment ce que je voulais dire. Je me repris donc:

« Tu sais, je ne voulais pas te faire de menaces. C'est seulement que je trouverais terriblement malheureux que de grands vents ou qu'une tornade frappe étonnamment et subitement ta maison. Je ne sais pas si tu le sais, mais de grands vents peuvent projeter une vitre assez vite pour trancher une tête. Je ne voudrais certainement pas que ta maison se transforme en guillotine géante. » Je fis une petite pose pour prendre le temps d'inhaler une bonne bouffé de cigarette, avant de la projeter au sol et l'écraser avec mon pied. Je repris ensuite avec: « Et en passant, depuis le début je ne faisais que t'exprimer la hantise que tu provoques chez moi en ce moment, donc je ne vois pas vraiment de quoi tu parles. »

Mon sourire toujours sur mon visage, c'était la seule forme d'expression qu'on pouvait y trouver. Le reste de mon visage était froid et sans émotion, je trouvais déjà que mon sourire en disait assez. Je ne savais pas si j'allais réellement appliquer ce que je disais, ce n'était pas très discret, mais ce serait très plaisant. J'allais surement lui montrer un peu de ce que je savais faire, mais avant, je voulais savoir un peu plus ce qu'elle pouvait faire. Dn plus, je sentais toujours à quel point cet endroit était bien choisi pour pratiquer. Je sentais très bien mon contact avec les éléments, surtout l'air, c'était mon élément et la petite brise qui soufflait m'offrait un contact direct avec cet élément. Il aurait été tellement facile pour moi de pratiquer en cet instant, mais le même problème restait. Je ne savais pas, qui j'avais en face de moi. Son assurance cachait quelque chose, une fille comme elle n'aurait pas fait preuve d'autant de confiance. Qu'est-ce qui pouvait lui faire croire qu'elle était plus forte que moi? Toute cette histoire cachait peut-être quelque chose de bien plus gros que cette histoire de magie, mais encore là, la magie peut être très surprenante et très puissante. Avant de croire ce qu'elle me disait il me fallait des preuves et pour l'instant je savais que je n'allais pas en avoir. En plus, peu importe ce que c'était j'étais persuadé être plus fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 26

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Jeu 8 Mar - 1:24


Do Not Sneak Up On a Vampire.
Thaïs V. Roosevelt & Shawn Williams


J’étais surprise par le nombre de sorciers qui n’avaient absolument pas connaissance de l’existence des vampires. Même parmi les chasseurs de sorciers, il était fréquent que j’en rencontre qui sachent que des créatures autres que les sorciers se baladent parmi les humains. Tous n’avaient cependant pas le cran, à moins que l’opportunité soit bien trop belle, de s’attaquer aux vampires, ou bien même aux loup garous. Mais quand même. C’était un peu égoïste de la part des sorciers de se croire les seules personnes dotées de pouvoirs surnaturels, non ? J’avais toujours, ou presque, eu connaissance de l’existence des vampires, ma mère m’en ayant informée lorsque j’avais une dizaine d’années afin que je n’aille pas me balader seule dans la forêt. Alors certes, je ne savais que peu de choses sur les vampires avant ma transformation, mais au moins je savais qu’ils existaient. Tout comme les loup garous, bien que je n’en ai jamais croisé durant ma vie « humaine ». Shawn semblait donc très mal informé pour un sorcier qui prétend n’avoir peur de rien, et malgré cela, il se permettait de prendre des airs supérieurs ? Sincèrement… Il commençait vraiment à me taper sur le système, et encore, je dis ça pour rester polie ! Qu’il passe tout de suite aux menaces au lieu de tourner autour du pot !

Ma petite provocation sembla entrainer la réaction attendue cependant. Bon, il n’était toujours pas réellement passé à l’action, mais au moins, il ne tournait plus autour du pot. C’était déjà un progrès. « Tu sais, je ne voulais pas te faire de menaces. C'est seulement que je trouverais terriblement malheureux que de grands vents ou qu'une tornade frappe étonnamment et subitement ta maison. Je ne sais pas si tu le sais, mais de grands vents peuvent projeter une vitre assez vite pour trancher une tête. Je ne voudrais certainement pas que ta maison se transforme en guillotine géante. » Je haussais légèrement les sourcils. Il était plutôt imaginatif pour quelqu’un qui ne comptais pas me faire de menaces. Seulement, son petit scénario me donna une information supplémentaire sur lui : l’air. Son élément, celui duquel il était le plus proche, dans lequel il pouvait puiser ses pouvoirs.

C’était quand même ironique : il posait les question et l’air de rien, c’était moi qui obtenait des réponses. C’était même trop facile. Sentant qu’il n’avait pas terminé de parlé, j’attendis la suite, qui ne tarda pas à arriver. « Et en passant, depuis le début je ne faisais que t'exprimer la hantise que tu provoques chez moi en ce moment, donc je ne vois pas vraiment de quoi tu parles. » Ajouta-t-il, écrasant du pied la cigarette qu’il venait de jeter au sol, un sourire toujours affiché sur son visage. Mon petit sourire en coin n’avait pas non plus quitté mon visage au fur et à mesure qu’il parlait, pas même lorsqu’il avait menacé de littéralement détruire ma maison, avec moi à l’intérieur.

Décidant d’ignorer sa dernière réflexion, je me concentrais sur ses menaces. « Hmm, tu as de l’imagination à ce que je vois. » Répondis-je, laissant planer un silence avant de reprendre la parole. « Ambitieux comme plan, sauf qu’il y a certains facteurs que tu ne prend pas en compte. De un : tu ne sais pas ou j‘habite. De deux : même si tu le découvrais, tu penses vraiment que je suis assez stupide pour ne pas protéger l’endroit où je vis ? Et de trois : ton plan risque d’être difficile à mettre à exécution si je te tues avant, tu ne crois pas ? » J’étais plus que sérieuse. Je n’avais pas pour habitude de tuer des sorciers - j’en avais vu mourir bien trop déjà. Mais si vraiment il continuait de me chercher, je pourrais bien oublier mes principes le temps de lui briser la nuque. Pas que l’idée de mourir me fasse particulièrement peur. Au moins, je serais enfin libérée de tous mes problèmes, de cette soif de vengeance qui me tiraillais depuis 300 ans. Mais j’avais encore des choses à faire à Coventry avant que cela n’arrive, et j’étais bien décidée à y arriver. Alors si Shawn se mettait en travers de mon chemin d’une manière ou d’une autre… Il ferait partie de ce qu’on peut considérer comme des « dommages collatéraux. »

Aussi agaçant soit-il, cela ne m’enchanterais tout de même pas de devoir me débarrasser de lui. Et puis, je n’étais pas invincible non plus, même malgré les pouvoirs dont j‘étais dotée, alors après tout peut être arriverait-il à ses fins, qui sait ? Mais j’étais d’une nature sure de moi, et même si je savais pertinemment que cela pouvait arriver, je savais au moins que j’étais en mesure de me défendre. Et puis pour le moment, j’en savais plus sur lui que lui sur moi. Ce qui me donnait un léger avantage. Il ne ferait rien temps qu’il ignorerait comment j’avais accès à la magie. Or, il ne risquait pas de le découvrir, car je ne faisais rien de plus que n’importe quel sorcier. Il me suffisait d’avoir mon collier sur moi. Collier que seule moi pouvait utiliser. Mais si il était déterminé à avoir des réponses à ses questions, il ne pouvait rien me faire de bien grave, car tout comme il aurait bien du mal à déclencher une tornade mort, j’aurais moi aussi du mal à répondre à ses questions si je n’étais plus de ce monde.





Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 501
date de naissance : 01/08/1992
date d'inscription : 10/02/2012
age : 25
avatar
Shawn L. Williams
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Ven 9 Mar - 4:03


Do not sneak up on a vampire.
Shawn L. Williams & Thaïs V. Rosevelt

*************************

Je savais que j'avais encore beaucoup de choses à apprendre. J'avais beau avoir beaucoup étudié mon grimoire, je savais qu'il ne contenait pas tout. En fait, il ne devait contenir qu'une très petite partie de l'immense monde qu'était la magie. J'aurais voulu tout connaître, mais ce n'était qu'un rêve, je n'avais certainement pas assez du temps d'une vie pour tout apprendre. Je pouvais cependant augmenter le plus possible mes connaissances. Cette fille me cachait quelque chose et j'avais bien l'impression que peu importe ce que c'était, ce qu'elle me voilait était quelque chose de nouveau pour moi. Je ne pouvais pas croire qu'elle pouvait avoir cette attitude, aussi sur d'elle sans avoir un certain pouvoir. Elle était si mystérieuse, je comprenais maintenant ce qui m'avait attiré chez elle la première fois que je l'avais vu. Ce que je pense, c'est que tous les mystère sont faits pour être percés. Elle avait aussi un certain charme, notre première rencontre ne m'avais pas permis de voir son côté farouche qui commençait à me plaire.

Pendant une seconde, je perdis le contrôle que j'avais sur la froideur de mes yeux et on y vit une lueur de désir. Instinctivement, par malaise mon sourire s'élargit un peu puis repris sa taille initiale. Mes yeux avaient repris leur froideur aussi rapidement que possible. Pour ne pas perdre de crédibilité, c'était mieux pour moi qu'elle n'ait rien remarqué, mais je ne pouvais me cacher qu'elle éveillait en moi un léger désir. Ce qui suivi m'aida grandement à garder ma froideur usuelle. Elle me dit tout d'abord: « Hmm, tu as de l'imagination à ce que je vois. », puis enchaîna avec: « Ambitieux comme plan, sauf qu'il y a certains facteurs que tu ne prend pas en compte. De un : tu ne sais pas ou j'habite. De deux : même si tu le découvrais, tu penses vraiment que je suis assez stupide pour ne pas protéger l'endroit où je vis ? Et de trois : ton plan risque d'être difficile à mettre à exécution si je te tues avant, tu ne crois pas ? » . Bon, les deux premiers facteurs étaient relativement facile à régler. Le troisième quant à lui était pour le moins surprenant. Cette fille n'était tout de même pas une meurtrière, j'étais persuadé que c'était du bluff. De plus, qu'elle essaie de me tuer, on verra bien ce qui va arriver. Non seulement elle croyait être plus forte que moi, mais elle croyait aussi pouvoir me tuer. J'aimais cela, si nous devions nous battre, je pouvais visualiser la fin qui me plaisait. Qu'est-ce qui me prenait, je ne pouvais pas me laisser dominer par mes pulsions. Il fallait que je reste concentré sur mon objectif. Elle n'avait rien dit jusqu'à présent qui pouvait me révéler quoi que ce soit sur elle, mis à part son petit côté chasseresse.

« Ce n'est pas bien de me menacer après que je t'ai dit te souhaiter du bien. », dis-je d'un ton moquer. Je me suis ensuite avancé délicatement vers elle. Arrivé face à elle je pris sur ma droite en continuant mon chemin autour d'elle, de mon pas détendu et confiant. Quand je suis arrivé de son côté gauche, j'ai déposé mon index sur le haut de son bras et l'ai fait glisser le long de son épaule vers la base de son cou, simultanément je continuais mon parcours vers son dos. J'aimais bien tourner autour d'elle, comme un requin tourne autour de sa proie. Pendant que mon doigt parcourait son épaule, le lui dis: « Et comment compte tu t'y prendre pour me... ». J'avais subitement coupé ce que je disais. Tout était clair maintenant. J'ai retiré ma main et continuer mon parcours mine de rien en finissant d'un simple: «[color:3e4b=708090] tuer ». J'avais cependant tout compris, en fait, je croyais avoir tout compris. Quand mon doigt avait effleuré son collier j'avais tout de suite senti la puissance magique qu'il détenait. C'était bien plus puissant que je pensais, cet artéfact détenait bien plus que la puissance qu'un seul sorcier pouvait posséder. Pourquoi je n'y avais pas pensé plus tôt. C'était logique, il semblait avoir plus d'une centaine d'année, alors qu'elle semblait en avoir, au plus, une vingtaine et elle s'était empressée de le remettre à son coup lorsque nous nous étions rencontré. Tout s'emboîtait parfaitement, sauf une chose.

Qu'est-ce qu'elle faisait avec ça? Normalement, j'aurais trouvé bien plus normal qu'un sorcier ou qu'une sorcière soir en possession d'un tel objet. Le voir dans un musée m'aurais même moins surpris que le voir autour de son coup. Cet objet ne pouvait pas revenir à cette jeune femme et se sentait peut-être très puissante avec ce bijou, mais selon moi il revenait à un sorcier, il me revenait à moi. Je ne pouvais cependant pas me risquer à lui arracher, il y avait un risque qu'elle s'en serve contre moi. J'étais maintenant, de nouveau, face à elle et mon petit sourire plombait toujours mes lèvres. Cependant, mes yeux n'était plus attiré que par une chose, cette chose qui était si près de moi et que je désirais encore plus que la personne qui le portait. Je lui dis soudainement, d'une voie plutôt amicale: « Il est joli ton collier, il semble vraiment vieux. Ça te dérangerait que j'y jette un coup d'oeil? ». Je tendis la main vers elle. Je savais qu'il y avait très peu de chance qu'elle me le remette aussi facilement, mais ça ne coûtait rien d'essayer et je n'avais pas encore eu le temps de penser à la vraie tactique que j'allais essayer pour récupérer la relique. J'avais, complètement oublié la menace qu'elle m'avait faite, tout ce qui me passait par la tête étaient des idées pour lui prendre son collier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 26

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Sam 10 Mar - 0:53


Do Not Sneak Up On a Vampire.
Thaïs V. Roosevelt & Shawn Williams


Le regard fixé sur Shawn, je le fixait avec attention, guettant la moindre de ses réactions. Il semblait me prendre quelque peu au sérieux, plus qu’au début de notre conversation en tout cas. Mais l’espace d’un instant, je décelais autre chose dans ce regard froid qu‘il arborait depuis le début de notre conversation - trois siècles à côtoyer les humains vous rendent quelque peu observateurs. Du désir ? Peut être bien. Si ma défunte mère avait encore été parmi nous, j’aurais tout à fait pu l’imaginer me dire, comme toujours, que j’avais le charisme et le charme de mon père, à toujours attirer les regards sur moi - ce que je haïssais, car du peu de temps que je l’avais connu, il s’était avéré être un véritable enfoiré. Je pouvais encore l’entendre me le dire quand elle surprenait les regards des hommes du village se retourner sur mon passage - ce que je ne remarquais même pas car de toute manière, mon attention à moi n‘était attirée que par un seul et même garçon - quand nous le traversions pour une quelconque raison. Mais bref, je ne vais pas me laisser aller à la nostalgie. Mieux vaut garder ça pour quand je suis seule.

Shawn avait semblé retrouver ses esprits quand je l’avais directement menacé de le tué. J’avais été on ne peut plus directe, et à défaut de l’impressionner, ça avait au moins eu le mérite de le surprendre. Il m’observa un moment avec attention, avant de reprendre la parole, s’approchant de moi. « Ce n'est pas bien de me menacer après que je t'ai dit te souhaiter du bien. » Je levais les yeux au ciel - ce fut d’ailleurs la seule réaction qu’il obtint de ma part. Il s’approcha ensuite de moi et se dirigea sur ma gauche. On était décidément repartis sur son petit jeu de la proie et du prédateur… J’y étais familière, me faisant moi-même passer pour une pauvre sorcière sans défense quand j’en avais après une bande de chasseurs de sorcières… Avant de les tuer tous, un par un.

Je me tendis légèrement lorsque je sentis qu’il posait son doigt sur mon bras, prête à me défendre au moindre signe d’agression. Il remonta son doigt le long de mon bras, jusqu’à mon épaule avant de le laisser glisser vers la base de mon cou, m’arrachant malgré moi un frisson que je tentais vainement de réprimer. « Et comment compte tu t'y prendre pour me… » Il marqua une pause, certainement pour installer un suspens dans cette conversation. La suite ne fut cependant pas une surprise, après les menaces que j’avais exprimées un peu plus tôt. « tuer ?» Termina-t-il dont, terminant son parcours autour de moi. Je le suivis du regard, tout en répondant à sa question. « J’ai pas encore décidé. Ca dépendra de mon humeur. Te briser la nuque, t’arracher le cœur… Ou bien quelque chose de plus lent, si je suis d’humeur sadique. » Quelque chose de plus lent qui inclurait des canines aiguisées et un bon repas pour moi. Mais ça il ne le saurait pas.

Alors qu’il se replaçait face à moi le sourire aux lèvres, je remarquais que son attention n’était plus fixée sur moi mais sur autre chose : mon collier. « Il est joli ton collier, il semble vraiment vieux. Ça te dérangerait que j'y jette un coup d'œil ? » Si je tâchais de rester imperturbable, mon esprit, lui, tournait à toute vitesse. Cette intérêt soudain pour mon collier ne pouvait vouloir dire qu’une chose : il avait comprit. Comment, ça, je l’ignorais. Je n’avais eu qu’une toute petite seconde d’inattention, alors que je tentais de réprimer ce fichu frissonnement, mais comment cela aurait-il pu lui permettre de deviner ? De ressentir les pouvoirs que contenait mon collier ? A moins que… A moins qu’il ne l’ai touché, sans que j’y prête attention. J’ignore combien de temps j’étais restée là à l’observer, toujours sur mes gardes même si j’étais plongée dans mes pensées, mais quand je repris la parole, ce fut pour lui répondre d’un ton froid et sec entre mes dents serrées « Oui, ça me dérangerait. » Tant pis pour l’air calme que je tâchais d’adopter depuis le début de cette conversation. Même si ce collier n’avait contenu aucun pouvoirs, jamais je n’aurais laissé qui que ce soit y toucher. Ca avait été l’objet auquel ma mère tenait le plus. Elle le tenait elle-même de sa mère, et c’était probablement l’objet avec le plus de valeur, tant financière que sentimentale, qu’elle avait possédé et c’était tout ce qu’il me restait d’elle. Mon changement d’attitude ne ferait probablement qu’éveiller davantage les soupçons du jeune sorcier mais peu importait, il était tombé en plein sur mon point sensible : la famille - cela pouvait sembler cliché, mais ça faisait 320 ans que j‘avais perdu toutes les personnes auxquelles je tenais et je ne voulais surtout pas perdre les seules choses qu‘il me restaient d‘eux. Alors maintenant, peu importaient les apparences. Je ne plaisantais plus.




Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 501
date de naissance : 01/08/1992
date d'inscription : 10/02/2012
age : 25
avatar
Shawn L. Williams
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Mar 13 Mar - 16:10


Do not sneak up on a vampire.
Shawn L. Williams & Thaïs V. Rosevelt

*************************

Quand elle m'avait dit : « J'ai pas encore décidé. Ca dépendra de mon humeur. Te briser la nuque, t'arracher le coeur... Ou bien quelque chose de plus lent, si je suis d'humeur sadique. », je n'avais pas réagi physiquement. Cependant, je n'avais pas pu m'empêcher de lui retourner mentalement le commentaire qu'elle m'avait fait, comme quoi j'avais de l'imagination. Je ne prenais certainement pas ces menaces au sérieux. Après tout, comment pouvait ton prendre ce genre de menaces au sérieux, même avec un gars extrêmement musclé... arracher un coeur du torse de quelqu'un n'est pas une tâche facile. Ce fut donc facile pour me faire comme si elle n'avait rien dit et poser ma question.

Oui bon, ma question inutile, car je savais d'avance qu'elle allait refuser. Je voulais ce fichu collier, mais ne savais pas vraiment comment l'obtenir en ce moment. Il n'y avait peut-être même aucun moyen de l'obtenir pour l'instant. Plus tard, j'allais devoir préparer un plan ou chercher un moyen de me protéger pour le récupérer sans risque. Sans grand étonnement, elle finit par me répondre : « Oui, ça me dérangerait. ». Je ne pus m'empêcher aussitôt de dire : « Et je suppose que ça ne servira à rien d'utiliser les parties : ordres et menaces. ». Je ne comptais même pas réessayer, car je savais que ce petit jeu allait tourner en rond et servir à rien d'autre que nous lacer.

Si cette fille me détestait au point de vouloir m'arracher le coeur, cela allait être difficile d'obtenir ce que je voulais. Le collier était mon unique intérêt, mais je n'étais pas stupide, je savais qu'il fallait qu'elle me déteste un peu moins pour commencer. Ceci allait aussi me permettre d'être moins sur mes gardes, ce que j'appréciais. Cependant, il allait surement être difficile de changer l'opinion qu'elle avait de moi. Je venais de remarquer que ma main était toujours tendue vers elle. Je me suis empressé de penser à ce que je pouvais rajouter. De plus, maintenant il fallait que je change d'attitude avec elle, si je voulais qu'elle change d'opinion avec moi. Je fis pivoter ma main sur le côté et la descendit à la hauteur d'une poignée de main, avant de dire : « Je crois que nous sommes regrettablement partis sur de mauvaise base. Peut-être que je n'aurais pas dû te suivre et t'espionner c'était impolie. Je me prénomme Shawn. » . Je ne pensais pas un mot de ce que j'avais dit, mais il n'en paraissait rien. La suivre n'aurais jamais pu être une erreur, mais me faire repérer avait été ma seule erreur.

C'était bien beau se menacer mutuellement de se couper la tête ou de s'arracher le coeur, mais rien de ce que nous avions dit plus tôt allait m'aider à obtenir son collier. Il y avait des chances qu'elle trouve bizarre mon changement soudain de caractère, mais je suis comme cela même quand je n'ai pas d'idée derrière la tête, donc si elle posait des questions, c'était facile à justifier. Il faut dire que c'était la première fois que j'essayais de rebâtir une relation avec quelqu'un que j'avais menacé de décapiter. Tout dépendait d'elle maintenant, c'était inconfortable, de remettre la suite des choses à quelqu'un d'autre que moi. Normalement, j'essaie d'être en contrôle de la situation, mais cette fois-ci, je ne pouvais pas me le permettre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 26

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Mer 14 Mar - 1:18


Do Not Sneak Up On a Vampire.
Thaïs V. Roosevelt & Shawn Williams


Je n’obtins aucune réaction à mes menaces. Peu m’importait, ça ne m’empêcherai pas de dormir. Il était totalement hermétique à mes menaces depuis le début de notre petite conversation, et je ne m’attendais donc pas à ce qu’il commence soudain à me prendre au sérieux. Tout comme je ne prendrais pas au sérieux ses menaces. Enfin, je ne doute pas qu’il tente de les mettre à exécution. Cependant j’étais certaine qu’il serait incapable de m’atteindre, car il y avait quelques petites choses qu’il ignorait sur moi. Comme le fait que je sois physiquement plus rapide et plus forte qu’il ne serait jamais. Et temps qu’il l’ignorait, j’étais sure d’avoir le dessus sur lui, et ce même sans les pouvoirs de mon collier.

L’intérêt qu’il portait à mon collier me dérangeait forcément, et j’étais déterminée à ce qu’il ne mette pas la main dessus. Pour ça, il devrait me tuer d’abord et… Ca n’était pas près d’arriver. Même si je n’avais pas confirmé que mes pouvoirs provenaient de mon pendentif, ma réaction dû vérifier ce qu’il avait déduit quelques minutes auparavant. Si il avait senti le pouvoir que le bijou contenait, à quoi bon le nier de toute façon ? En tout cas, j’avais fini de plaisanter. « Et je suppose que ça ne servira à rien d'utiliser les parties : ordres et menaces. » Demanda-t-il. Je me doutais que cette question était purement rhétorique et que je n’avais pas besoin d’y répondre, ce que je dis quand même, ne serait-ce que pour confirmer sa théorie. « En effet » dis-je simplement, ne le quittant pas du regard.

Il sembla réfléchir un instant, et je restais plantée là, le toisant du regard. Je n’étais plus vraiment d’humeur à faire la conversation depuis qu’il avait compris pour le collier, et il n’aurait pas fallu qu’il réfléchisse plus longtemps, sans quoi j’aurais probablement fait demi tour et l’aurait planté là. Sa main était toujours tendue vers moi, ouverte dans l’espoir que, lorsqu’il me l’avait demandé, je lui tende mon collier. Il la descendit légèrement, la faisant pivoter comme pour me proposer une poignée de main, tout en reprenant la parole. « Je crois que nous sommes regrettablement partis sur de mauvaise base. Peut-être que je n'aurais pas dû te suivre et t'espionner c'était impolie. Je me prénomme Shawn. » Bizarrement, son ton avait changé. Mais ça ne changeait rien. Qu’est-ce qu’il croyait, que j’allais bien gentiment accepter sa poignée de main en guise de réconciliation maintenant qu’il se montrait un peu plus agréable ? Pensait-il que j’étais stupide ? Si oui, il allait vite déchanter, car son changement de stratégie ne fonctionnerait pas et si il croyait pouvoir m’amadouer avec son jeu d’hypocrite, il se mettait le doigt dans l’œil.

Après l’avoir observé un instant, je décidais dans un premier temps de marcher dans son jeu et fit un pas vers lui pour saisir la main qu’il me tendait. Sauf que cette poignée de main n’était pas une réconciliation, car je serrais littéralement sa main - bien plus fort qu‘une fille de mon gabarit ne devrait pouvoir le faire - rivant mon regard droit dans le sien, et ce jusqu’à lire la douleur sur son visage, même si bien sur il devait se retenir de me le montrer. « Arrête de me prendre pour une idiote, Shawn. » Dis-je, lâchant sa main. « Pas la peine de jouer les gentil. Tu n’auras pas ce collier, alors tu veux un conseil ? Abandonne et fous moi la paix. » Ajoutai-je, le plus sérieusement du monde. Avec ça, il y avait de fortes chances qu’il se doute qu’il y avait quelque chose d’étrange chez moi, mais tout ce que je voulais, c’est qu’il me laisse tranquille. J’avais déjà assez de choses en tête sans avoir à me préoccuper d’un ados ambitieux et avide de pouvoirs.




Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 501
date de naissance : 01/08/1992
date d'inscription : 10/02/2012
age : 25
avatar
Shawn L. Williams
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Dim 18 Mar - 18:04


Do not sneak up on a vampire.
Shawn L. Williams & Thaïs V. Rosevelt

*************************

Elle avait répondu « En effet », à ma dernière question. Je ne m'attendais pas à une réponse, mais si elle voulait inutilement confirmer ce que je pensais déjà c'était son problème. Ce qui m'intéressait vraiment était ce qu'elle avait à répondre à ce que j'avais dit ensuite. Cette inconfortable impression de ne pas être en contrôle restait présente, mais ça faisait partie du jeu et je devais l'accepter. Cependant, je ne donnais pas beaucoup de chance de réussite à cette stratégie à court thermes. Je sais me montrer patient... habituellement, mais cette fois-ci je n'allais pas avoir le choix. Je devrais faire très attention, car quand j'avais effleuré le bijou, je n'avais pas eu le temps d'évaluer l'entièreté de sa puissance, mais j'avais eu assez de temps pour me rendre compte qu'il était quand même TRÈS puissant. Même si je n'arrivais pas à sortir de cette rencontre avec ce collier, ça allait être très difficile, voir impossible, de me faire abandonner l'idée de me le procurer.

Après mon changement d'attitude, elle m'observa un instant, puis s'approcha de moi. Étonnamment, elle prit ma main, je ne savais pas quoi en penser, mais quand elle se mit à serrer je compris qu'il n'y avait rien d'amicale dans ce geste. Elle serrait ma main si fort qu'à un instant je crus sentir mes os craquer. Je tentais de résister à la douleur, mais involontairement les muscles de mon visage se contractèrent laissant paraître que j'avais mal. Si je n'avais pas été orgueilleux j'aurais même crié, la force avec laquelle elle serrait était pratiquement inhumaine. Je n'arrivais pas à comprendre, car en plus, les muscles de son bras n'étaient même pas contractés. C'était comme si cette force jaillissait de nulle part, ce n'était pas musculaire et je ne connaissais rien de magique qui lui aurait permis d'avoir une telle force. Elle finit par dire : « Arrête de me prendre pour une idiote, Shawn. », puis lâcha ma main. Il y avait quelque chose dans la façon dont elle avait dit mon nom qui me dérangeait, mais je n'allais rien y faire. Je me doutais que la première tentative n'allait pas marcher, mais j'étais prêt et je n'allais pas m'avouer vaincu. Elle finit par ajouter : « Pas la peine de jouer les gentil. Tu n'auras pas ce collier, alors tu veux un conseil ? Abandonne et fous moi la paix. ».

Lui foutre la paix n'était pas dans les idées que j'avais en tête et abandonner n'était pas non plus dans mes habitudes. La démonstration de force qu'elle m'avait fait plus tôt était intrigante, mal elle ne me faisait toujours pas peur. Je sentais ma main reprendre sa forme et le sang recommencer à circuler à l'intérieur. Je ne pus résister à l'envie de reprendre mon attitude moqueur et lui montrer que peu importe importe ce qu'elle dirait ou ferait, il allait être difficile de se débarrasser de moi. Avant qu'elle ait eu le temps de ramener sa main contre son corps je la pris, puis la tira contre moi, entrainant tout son corps. Ensuite, je mis mon autre bras autour de sa taille. Nous étions très étroitement collé à ce point et je lui dis : « Tu te trompes, ce n'est pas le collier qui m'intéresse, mais toi. Qu'est-ce que tu dirais de commencer par me donner ton nom? ». J'avais voulu reprendre mon ton moqueur, mais à ma grande surprise ses phrases sortirent de ma bouche très sérieusement. Il y avait aussi mes yeux qui étaient incontrôlables et qui lui lançait des éclaires droit dans les siens. Mon coeur battait très fort, je pouvais sentir le battement, ce devais être à cause de toutes les idées et les émotions qui se bousculaient dans ma tête. Je perdais encore le contrôle de moi et c'était très dérangeant.

J'avais beau y repenser, je ne comprenais pas comment une petite créature comme elle pouvait être si forte. Contre moi, comme elle l'était, elle semblait si petite et si fragile. Soudain, je compris que le collier n'était surement pas son seul secret, mais je revenais quand même au fait que je ne connaissais rien de magique qui pouvait lui procurer une telle force. Si la réponse ne se faisait pas savoir ce soir, j'allais devoir me renseigner. Peut-être que Malin pourrais m'aider à trouver. Je suis sûr que si je ne lui dis pas ce qui me motive à me renseigner, elle sera ravie que je lui dises que j'ai besoin d'aide. Non pas que j'ai réellement besoin d'elle, mais si les gens que je connais peuvent se rendre utile, pourquoi ne pas les utiliser. Il y avait même des chances que je n'ai même pas à recourir à ses moyens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 26

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Lun 19 Mar - 0:20


Do Not Sneak Up On a Vampire.
Thaïs V. Roosevelt & Shawn Williams


J’espérais sincèrement qu’il allait me foutre la paix. Je n’étais pas venue à Coventry pour chercher des problèmes, ni pour qu’on m’en cherche d’ailleurs. Mais ce jeune sorcier avait l’air bien décidé à me pousser à bout. Les menaces avaient été inefficaces, et apparemment, même se faire écraser la main, sans aucun effort de ma part d’ailleurs, ne semblait pas le convaincre qu’il valait mieux qu’il me fiche la paix. Peut être aurai-je du être un peu plus convaincante, mais ça aurait été en révéler un peu trop.

Je lâchais sa main mais il m’empêcha de la ramener le long de mon corps en la saisissant de nouveau pour me tirer vers lui. Sous le coup de la surprise je ne réagi même pas, me retrouvant plaquée contre lui lorsqu’il passa son bras autour de ma taille. « Tu te trompes, ce n'est pas le collier qui m'intéresse, mais toi. Qu'est-ce que tu dirais de commencer par me donner ton nom ? » J’étais à présent si près de lui que je pouvais sentir son souffle sur ma peau. Son regard était rivé dans le mien, et je pouvais aisément entendre battre son cœur, qui d‘ailleurs battait très fort. Se pourrait-il qu’une part de ce qu’il venait de me dire soit vrai ? Après tout, j‘avais bien décelé une lueur de désir dans son regard avant qu’il ne se rende compte des pouvoirs que pouvait posséder mon collier. Avais-je, involontairement et bien malgré lui, brisé quelque peu sa carapace de gros dur arrogant ?

Toujours est-il que je ne m’étais pas pour le moins attendue à ce genre de réaction de sa part. Décidément, ses réactions ne cessaient de me surprendre, et il en fallait beaucoup pour me surprendre car j’en avais déjà vu pas mal en trois cent vingt années. Des gens gentils, méchants, normaux, totalement dingues voire psychopathes sur les bords, des humains, des sorciers, des loup garous… J’avais eu le temps de faire le tour de la question, mais ce jeune sorcier qui me tenait bien fermement contre lui avait réussi à me surprendre. Ce n’était pas une chose qui me déplaisait, je devais le reconnaitre. Sauf que je savais bien qu’il avait toujours cette histoire de collier derrière là tête, peu importe quelle part de ce qu’il venait de me dire était vrai. Il était intéressé par le pouvoir. Sans le repousser, mais sans montrer un quelconque intérêt particulier aux avances de Shawn, je répondis avec un petit sourire en coin « Hmm… Non. Je préfère garder le mystère… » En temps normal, c’était déjà la vérité. Je n’étais pas du genre à parler de moi, raconter ma vie au premiers venus, ou à aller vers tout le monde pour faire connaissance. Mais j’aimais bien faire tourner Shawn en bourrique et au final, ce petit échange m’amusait tout de même, même si le jeune homme me tapait aussi sur le système quand il prenait ses airs supérieurs et arrogants sans même savoir à qui il avait à faire. C’était exactement le genre d’attitude qui avait le don de m’agacer, mais au moins, il avait le don de me surprendre. Ca compensait. Je tâchais quand même de rester sur mes gardes, n’oubliant pas qu’il avait des vues sur mon précieux collier, chose que je ne lui permettrai jamais d‘obtenir, même si je dois mourir pour l‘en empêcher. Décidant de poursuivre cette conversation, je repris donc : « Et puis, mieux vaut que tu n’en sache pas trop si tu décide de… Comment tu as dis déjà… Déclencher une tornade sur ma maison et qu’elle se transforme en guillotine géante ? Oui, il me semble que c’est ça. » Dis-je, reprenant ses précédentes paroles mais ne m’étant pas encore dégagée de son étreinte pour autant. Si ça faisait partie de son petit jeu, j‘étais bien curieuse de savoir où tout ça allait nous mener.




Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 501
date de naissance : 01/08/1992
date d'inscription : 10/02/2012
age : 25
avatar
Shawn L. Williams
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Jeu 22 Mar - 3:07


Do not sneak up on a vampire.
Shawn L. Williams & Thaïs V. Rosevelt

*************************

La dernière question que j'avais posé était celle dont j'avais le plus de chance d'obtenir une réponse. Je lui avais tout simplement demandé son nom. Il ne faut pas être un sorcier pour répondre à cette question. Un silence c'était installé et me permettait de lui sourire en la fixant droit dans les yeux. La lune, au-dessus de nos têtes faisait briller mes yeux et sa lueur caressait mon visage. Cet élément renforçait ma sensation de bien être dans cet endroit et il y avait toujours cette petite brise qui soufflait dans mes cheveux et qui glissait sur ma peau. *C'est vraiment drôle que je me sente si bien, même après tout ce qui vient de se passer ou se dire.* Je repensais à ma main qu'elle avait broyé comme si ce n'était qu'un insecte, mais j'avais chassé cette pensée de mon esprit. Il fallait rester fort et concentré sur mon objectif, mais je ne savais pas encore à qui ou... à quoi j'avais à faire. Je n'étais même plus sûr de qu'elle était mon objectif, en apprendre plus sur elle ou obtenir son collier. C'était un sacré dilemme, car cette force surhumaine qu'elle avait sorti de nulle part ne venait pas de son collier.

Soudain le silence se brisa : « Hmm... Non. Je préfère garder le mystère... ». Au fond, j'en avais vraiment rien à faire qu'elle me donne son nom, car je pourrais trouver un autre moyen de l'obtenir. Mes habitudes auraient été de ne pas tenir compte de ce qu'elle venait de dire, mais pour être plus crédible, je devais me montrer expressif. Sans la lâcher, je lui fis une mine étonnée, comme si ça me tenait vraiment à coeur de connaitre son nom. * Bon, il faut dire que si elle me l'avait donné cela m'aurait éviter de perdre du temps à le trouver par un autre moyen, donc j'aurais quand même aimé qu'elle me le donne. * Elle semblait prendre plaisir à ce qui se passait entre nous, mais pas le genre de plaisir auquel j'aurais voulu faire face. C'était plus le genre de plaisir que j'éprouve lorsque je m'amusais avec quelqu'un qui ne vaut absolument rien pour moi. En fait, ça ressemblait à la façon dont je m'était amusé au début de notre conversation, avant que je change d'attitude. Avant que je ne me rende compte qu'elle n'était pas sans valeur. Cette pensée me dérangeait un peu, ressèment je n'arrête pas de rencontrer des personnes qui, à première vu sont sans intérêt, se retrouvent être des personnes qui ne me laissent pas indifférent. Il y a quelque temps je n'avais d'intérêt pour personne d'autre que pour moi-même et ce n'était pas plus mal. Il faut quand même dire que ce sentiment d'intérêt pour d'autres personnes que moi reste très faible, mais tout de même troublant. Elle me sortie de mes penser en disant: « Et puis, mieux vaut que tu n'en sache pas trop si tu décide de... Comment tu as dis déjà... Déclencher une tornade sur ma maison et qu'elle se transforme en guillotine géante ? Oui, il me semble que c'est ça. ». Suite à ces paroles, mon sourire s'étira, comme par réflexe. C'était vrai que je lui avais dit cela, mais je n'avais plus l'intention de mettre ces menaces à exécution, en tout cas, pour l'instant. Je devais trouver un moyen pour qu'elle me fasse confiance, du moins, un peu, car pour l'instant elle ne devait pas du tout me faire confiance et un peu c'est déjà mieux que pas du tout.

Soudain, la solution me frappa. * Et si je lui faisais tout simplement croire que je n'en suis pas capable. * En y repensant deux fois ce n'était pas la meilleure solution, mais c'était la seule que j'avais trouvé. Pour avoir au moins une chance que cela fonctionne, je devais au moins être un peu convainquant. Je savais que je perdais toute crédibilité auprès d'elle si je lui disais pitoyablement que je n'étais pas capable ou qu'elle n'allait tout simplement pas me croire. Finalement, lui montrer une portion de mes pouvoirs paru une solution adéquate. Je me mis à me concentrer sur le vent qui soufflait depuis le début de notre conversation. J'étais vraiment dans l'environnement parfait pour lacer un sort, surtout celui que je m'étais mis à réciter mentalement. Au fur et à mesure, que je me concentrais sur le sort, les feuilles mortes environnante se mirent à tourner autour de nous. Au début ça ressemblait à ce qu'elle faisait quand je suis arrivé, mais bien vite les feuilles se mirent à tourner très rapidement. De mince filaments blanc aussi se mirent à tourner en forme de spiral, c'était comme si l'air c'était opacifié en long ruban de soie tournoyant. Il y avait littéralement une tornade autour de nous, mais c'était purement esthétique, il n'y avait aucun risque pour qui que ce soit. De plus, nous étions au centre, alors il n'y avait plus du-tout de vent. Il n'y avait plus qu'elle et moi collé l'un contre l'autre et les mots sortirent d'eux-mêmes : « Ce n'est plus du tous dans mes plans, comme je te l'ai déjà dit nous sommes partis sur de mauvaises bases et je veux rectifier le tir. » Rien dans tout ce que j'avais fait jusqu'à présent pouvait lui faire croire que je n'étais pas capable de faire ce dont je l'avais menacé, mais je croyais être assez crédible en disant que ce n'était plus dans mes plans. Peut-être que le fait que c'était la vérité aidait à rendre tout ceci plus crédible.

Mes yeux quittèrent les siens pour observer plus attentivement le travail que j'avais fait. Quand j'avais dit que c'était purement esthétique ce n'était pas faux. Cette tornade était sublime avec ses filaments blancs qui s'étaient d'une douce lueur argenté à cause de la lumière de la lune. En temps normale, je n'aurais jamais lancé un tel sort. Je trouve que c'est totalement inutile et que ça sert uniquement à gaspiller les pouvoirs dont nous sommes dotés. Je n'aurais jamais pensé que ce sort puisse être utilisé dans un but, autre que simplement pour faire beau. Quoi qu'il en soit j'attendais avec impatience l'impact que tout ceci allait avoir sur elle et j'espérais de ne pas avoir fait tout ceci pour rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 26

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Ven 23 Mar - 1:36


Do Not Sneak Up On a Vampire.
Thaïs V. Roosevelt & Shawn Williams


Je ne lui avais pas donné mon nom. C’était sincèrement plus pour l’agacer qu’autre chose - j’y prenais un malin plaisir - car au final, connaitre mon nom, celui que j’utilisais aujourd’hui, ne l’avancerait pas à grand-chose. Je changeais régulièrement de nom, afin de ne pas éveiller les soupçons, et donc officiellement… Thaïs Violette Roosevelt n’existait pas réellement, où en tout cas, ce n’était pas réellement mon nom. Mais notre petite conversation m’amusait, et sachant que je ne risquais pas grand-chose, pourquoi ne pas faire trainer les choses en longueur ? Quand je lui eu rappelé la menace qu’il avait formulé quelques minute plus tôt, un sourire s’afficha sur son visage. Avait-il toujours l’intention de mettre sa menace à exécution ? Je l’ignorais. Mais ça ne m’effrayait pas plus que ça. Mon seul soucis était que si jamais il le faisait… j’allais devoir faire faire de sacré travaux pour réparer les dégâts.

Son regard était toujours rivé dans le mien lorsque je remarquais qu’une expression de concentration apparu sur son visage. Du coin de l’œil, je vis des feuilles mortes s’élever autour de nous, et détachais mon regard de celui de Shawn. Les feuilles se mirent à tourner autour de nous, comme je l’avais fait un peu plus tôt, mais elles se mirent à tourner de plus en plus rapidement. Une vraie tornade était en train de se créer autour de nous, sans que les rafales de vent ne viennent nous heurter, et de long rubans blancs semblaient tournoyer, s’enrouler autour de nous. Shawn reprit la parole, et je reportais mon attention sur lui. « Ce n'est plus du tous dans mes plans, comme je te l'ai déjà dit nous sommes partis sur de mauvaises bases et je veux rectifier le tir. »

J’ignorais si je devais le croire ou pas. J’avais appris à être méfiante, et donc à ne pas croire les gens sur parole. Je remarquais souvent quand les gens me mentaient, mais ce n’était pas une science exacte. Certaines étaient de très, très bons menteurs et donc je ne voulais pas être trop confiante. On ne sait jamais. Shawn leva le regard pour regarder le résultat de son sortilège et j’en profitais pour reprendre la parole. « C’est bien joli tout ça, mais tu devrais arrêter de jouer avant que des chasseurs de sorciers nous repèrent. C‘est pas très discret comme sort. » lui conseillai-je. Ce n’était pas un hasard si je me contentais de sortilèges assez discrets et n’allais pas jusqu’à déclencher des tornades - ou des incendies, étant donné que c’est ce pour quoi j’étais le plus douée. « Je pense pas que ton égo apprécierait que je sois obligée de te sauver la mise. Et ils savent comment s’y prendre, crois moi sur parole. » Ajoutai-je.

J’ignorais si il avait connaissance de l’existence des chasseurs de sorciers, mais si ce n’était pas le cas jusqu’à aujourd’hui… Eh bien maintenant, il serait au courant. C’était incroyable le nombre de sorciers qui ignoraient que certains détestaient le surnaturel au point de chasser les sorciers, même ceux qui ne faisaient de mal à personne. Alors un sorcier qui déclenchait une tornade au milieu d’un parc, accompagné d’une vampire capable d’utiliser la magie… Nous étions des proies de choix. Mais le rôle de proie ne me convenait pas vraiment. Je préférais être le chasseur, et non la proie. Avant que Shawn n’ait le temps de faire quoi que ce soit, je fis stopper la tornade, aussi vite qu’elle était apparue et les feuilles voletèrent lentement jusqu’à atterrir sur le sol de nouveau. « Oh, et je m’appelle Thaïs. » Ajoutai-je, ayant repris mes distances, sans pour autant me tenir très loin de lui. Bien que je n’aurais aucune difficulté à me libérer de son étreinte, je n’aimais pas vraiment me sentir prisonnière.




Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 501
date de naissance : 01/08/1992
date d'inscription : 10/02/2012
age : 25
avatar
Shawn L. Williams
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Ven 30 Mar - 3:22


Do not sneak up on a vampire.
Shawn L. Williams & Thaïs V. Rosevelt

*************************

Après ce que j'avais dit, elle devait avoir de la difficulté à savoir si je disais vrai. Pourtant, c'était la vérité c'est pour cela que ça semblait si vrai. Par contre, je n'ai pas dit que les intentions qui me poussaient à vouloir "rectifier le tir" étaient de bonnes intentions. C'était plus facile de lui dire la vérité en cachant ce qu'il y avait derrière que de lui monter un tissu de mensonges qu'elle verrait voir venir à des kilomètres. Ce n'est pas que je suis un mauvais menteur c'est juste qu'il y a des personnes avec qui je sais que ça ne sert à rien et des moments où il vaut mieux ne pas s'essayer. Il y avait aussi le fait que je n'avais pas envie de me casser la tête à chercher des mensonges quand la vérité suffisait amplement. De toute façon, j'étais préoccupé à contempler mon oeuvre. La tornade avait n'avoir rien d'offensif, c'était de l'art et comme un peintre qui admire sa toile toile quand il l'a terminée, je me sentais vraiment satisfait du travail que j'avais accompli. Je m'attendais bien sûr à des commentaires positifs, c'est vrai, comment ne pouvait-on pas voir que ma réalisation était sublime.

À peine j'avais eu le temps d'observer mon travail qu'elle me sorti de ma contemplation : « C'est bien joli tout ça, mais tu devrais arrêter de jouer avant que des chasseurs de sorciers nous repèrent. C'est pas très discret comme sort. » Mon visage se retourna aussitôt vers elle avec un regard intensément froid. JOLI... sérieusement, c'était tout ce qu'elle avait à dire. Mon oeuvre était sublime, magnifique, exceptionnel, divine, etc, mais pas simplement jolie. Ah! et après tout, je m'en fichais bien de ce qu'elle pensait, je savais que j'étais le meilleur et qui était-elle après tout pour juger mon incroyable talent. De plus, c'était quoi cette histoire de chasseur de sorcière. * Je ne sais pas si son médaillon l'a rendu folle, mais on est plus au dix-neuvième siècle et les chasses aux sorcières c'est terminé depuis longtemps. * Avant que je n'ai pu dire quoi que ce soit, elle ajouta : « Je pense pas que ton égo apprécierait que je sois obligée de te sauver la mise. Et ils savent comment s'y prendre, crois moi sur parole. ». Ensuite, je n'ai pas pu m'empêcher de me moquer de ce qu'elle disait : « C'est vrai j'avais oublié, si ces satané paysans avec leurs fourches et leurs torches nous trouvent... on est cuit. Ah non! c'est vrai, tu vas me sauver. » J'avais adouci mon regard et pris un ton de confidence, tout en gardant tout mon sérieux. Malgré mes talents d'acteur, il n'y avait aucune chance qu'elle embarque dans mon jeu, à moins qu'elle ne soit réellement folle.

J'aimais ce petit jeu et je n'avais pas pu m'empêcher d'entrer dans sa paranoïa. Cependant, il n'était pas question de détruire ce que j'avais réalisé. Et puis, même si elle avait raison et qu'il existait des chasseurs de sorciers, qu'ils viennent, ça me ferait plaisir de rendre ma tornade plus offensive et j'en profiterais pour montrer ce que je sais réellement faire à la jeune femme. Elle n'avait pas eu de mal à utiliser, contre moi, un peu de ce qu'elle savait faire, mais pour moi la situation était plus compliquée, car je pouvais m'attendre à des représailles si j'utilisais ce que je savais faire contre elle. Quand j'y pense, il y avait aussi que si je l'aidais à se débarrasser de ces sois disant chasseurs, cela pourrait ressembler à du travail d'équipe et aider ma cause. Somme toute, il n'y avait aucune chance que mon oeuvre disparaisse, mais pourtant c'est ce qui se produit et pas par ma volonté. Je compris tout de suite que c'était mon interlocuteur qui avait anéanti mon sort. Elle avait réussi à faire monter en moi un soupçon de rage, mais à mon habitude rien dans mon visage ne pouvait la trahir elle n'était pas encore assez envahissante.

Il me fallait une clop pour supporter tout ce qui venait de se passer. Je n'opposai aucune résistance quand elle se dégagea puis s'éloigna à quelques pas de moi. Je sortis une cigarette de mon paquet quand elle me dit : « Oh, et je m'appelle Thaïs. ». La façon dont elle l'avait dit avait surement pour but de m'agacer encore plus. Je savais bien que si elle me donnait son nom comme ça, c'était parce qu'elle se fichait totalement que je le connaisse et que plus tôt elle n'avait aucune raison de ne pas me le donner. Cela n'était certainement un signe de réussite. Mon orgueil me poussait à répliquer, car je savais que je pouvais être bien meilleur qu'elle à ce petit jeu, mais mon bon sens me remis à l'ordre. Je devais me tenir au-dessus de cela. Je finis de sortir ma cigarette et je l'apportai à mes lèvres avant de l'allumer. La première bouffé me fit un si grand bien, elle m'apaisa et je sentis mes muscles se décontracter. Vous savez ce qu'on dit, la cigarette ne relaxe pas, c'est seulement une impression, car en fait, la nicotine est un stimulant. Cependant, je me fichais totalement de ce qu'on pouvait dire, même si c'était seulement une impression de détente, c'était suffisant pour moi. Malgré tout, je ne pouvais pas passer par-dessus le fait qu'elle avait réduit à néant mon oeuvre. Surtout venant d'elle, c'était pour moi inacceptable, mais je réussis à me résonner en me disant que ce n'était qu'une vulgaire tornade sans valeur. Je finis par réaliser que le principe qu'elle se permette de stopper un de mes sorts me dérangeait beaucoup plus que le sort en lui-même. Je lui dis quand même : « Alors, Thaïs, je vois que tu n'aimes pas les belles choses, alors est-ce que je peux supposer qu'il va m'arriver la même chose qu'à ma tornade. » Je lui ai ensuite envoyé un sourire et me rendit compte que c'était l'occasion parfaite d'avoir l'air plus... euh... humain.

Je me mis à rire le plus sincèrement possible, ce n'était pas mon intention initiale, mais faire passer ce que j'avais dit pour une plaisanterie allait peut-être fonctionner. J'avais beau avoir l'impression qu'elle m'avait dit son nom pour m'agacer, je commençais à croire qu'elle était de moins en moins sur ses gardes. Je savais quand même que j'allais avoir besoin de beaucoup plus de temps pour gagner sa confiance. Il y avait aussi une part de moi qui voulait lui montrer qu'elle ne m'avait atteint d'aucune façon et que je prenais la situation du bon pied.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 26

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Dim 1 Avr - 14:27


Do Not Sneak Up On a Vampire.
Thaïs V. Roosevelt & Shawn Williams

Je ne pu m’empêcher d’afficher un petit sourire satisfait quand je vis le regard que me lança Shawn après que j’ai qualifié sa tornade de « jolie ». Ce n’était surement pas la modestie qui l’étouffait, et j’avais touché en plein dans le mille, car il devait penser que son œuvre était un peu plus que « jolie ». Espérait-il réellement que j’allais lui lancer des fleurs ? Ce n’était pas mon genre, bien au contraire. Le ton moqueur qu’il employa pour répondre à ma réflexion sur les chasseurs de sorciers me déplu cependant fortement. Soit il me faisait marcher, soit il ne pensait réellement pas qu’à notre époque, des gens se préoccupent encore de chasser les sorciers, sorcières, et autres êtres surnaturels. Si c’est vraiment ce qu’il croyait, il se mettait le doigt dans l’œil, j’étais bien placée pour le savoir.

« C'est vrai j'avais oublié, si ces satané paysans avec leurs fourches et leurs torches nous trouvent... on est cuit. Ah non! c'est vrai, tu vas me sauver. » M’avait-il répondu. Je n’étais pas du genre à laisser des chasseurs s’en prendre à un sorcier sans intervenir, mais si Shawn continuait de me chercher, il pouvait être certain que je le laisserai se débrouiller. Mais bien entendu, il ne prenait pas mon avertissement au sérieux, tout comme il n’avait pas prit mes menaces au sérieux un peu plus tôt. Comme si j’étais du genre à plaisanter sur les chasseurs de sorciers alors que ceux-ci avaient littéralement détruit ma vie trois siècles plus tôt. Enfin, ça il ne pouvait pas le savoir, bien sur, mais tout de même ! L’idée de gens haïssant le surnaturel au point de vouloir détruire chaque personne possédant des pouvoirs ou une quelconque particularité était-elle vraiment si absurde ? « Tu crois vraiment que je plaisante ? » Demandai-je, le plus sérieusement du monde. « Aussi longtemps qu’il y aura des sorciers, il y aura des chasseurs. Et crois moi, ils sont armés d’autres choses que de fourches et de torches. On n’est plus en 1692, ils ont évolué, tout comme le reste du monde. » Ajoutai-je. La date était sortie machinalement. Les procès de Salem. Ce n’était pas une date que tout le monde connaissait par cœur, dans tous les sorciers que j’avais rencontré au cours de mon existence, beaucoup avaient connaissance des procès de Salem, mais peu connaissaient vraiment la date. Ils savaient que c’était arrivé, c’est tout. Les vrais chasseurs n’étaient même pas armés de torches et de fourches : ca, c’était les villageois hystériques qui au final, ne savaient absolument rien sur les sorciers et avaient tué beaucoup plus d’humains que de sorciers. Mais comme je n’avais pas vraiment envie que Shawn découvre l’étendue de mes… particularités, dirons-nous, j’avais préféré détruire cette tornade qu’il s’était amusé à créer, avant que l’on se fasse repérer et que des chasseurs débarquent. Et si ça ne lui plaisait pas et bien… Tant pis pour lui.

Profitant que je lui ai finalement dit mon nom - ou en tout cas, celui ue j‘utilisais en ce moment - Shawn me demanda « Alors, Thaïs, je vois que tu n'aimes pas les belles choses, alors est-ce que je peux supposer qu'il va m'arriver la même chose qu'à ma tornade. » avant de m’adresser un sourire et même, de se mettre à rire. Je pouvais une nouvelle fois remarquer à quel point la modestie, ce n’était pas son truc étant donné qu’il semblait s’inclure dans la catégorie des « belles choses » en question. Bah, si ça pouvait lui faire plaisir, après tout. « Oh, je n’ai rien contre les belles choses. Seulement contre les choses… Stupides. Et créer une tornade au beau milieu d’un parc où n’importe qui peut te voir, c’est très stupide. Et se croire plus fort que tout le monde l’est aussi, surtout quand on ignore à qui on a affaire. » Lui répondis-je. Il était inutile de préciser que cela lui était directement adressé. Ca risquait de ne pas lui plaire, mais j’en avais assez qu’il me prenne pour une idiote. Je n’avais même pas dit ça pour le provoquer, comme je m’étais amusée à le faire depuis le début de cette conversation. J’avais simplement était honnête. Si je me contentais de faire voler des feuilles autour de moi avant qu’il n’arrive, c’est qu’il y avait une bonne raison, mais lui ne semblait pas s’encombrer de ce genre de précautions. Et c’était une erreur.


Spoiler:
 




Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 501
date de naissance : 01/08/1992
date d'inscription : 10/02/2012
age : 25
avatar
Shawn L. Williams
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Mer 4 Avr - 4:18


« do not sneak up on a vampire »



Shawn & Thaïs




Ma remarque sur les chasseurs était une simple plaisanterie, quand je l'avais dite je ne croyais pas en l'existence des chasseurs. Depuis, l'idée que certaines personnes soient jalouse de nous ou nous en veuille pour une raison n'était pas si absurde. Je restais septique, car il y a des endroits ou tout ce qui touche la magie et les esprits est une quasiment une mode et on n'entend pas parler qu'ils se font descendre les un après les autres. Bon, mais si je me fis aux sorcières de Salem, peut-être qu'ils ne tuent plus de simple innocente qui se prennent pour des illuminées. C'est vrai, avec le nombre de voyante affiché dans les petites annonce, ils n'auraient qu'à s'en servir comme d'une liste, mais on finirait par en entendre parler et ce n'est pas le cas, alors si des chasseurs de sorcière existent toujours, ils ne s'en prennent plus à n'importe qui.

Elle finit par me confirmer ce que j'avais fini par penser, que ce n'était pas une plaisanterie et que ces chasseurs existaient vraiment. « Tu crois vraiment que je plaisante ? », me demanda-t-elle, avant d'ajouter : « Aussi longtemps qu'il y aura des sorciers, il y aura des chasseurs. Et crois moi, ils sont armés d'autres choses que de fourches et de torches. On n'est plus en 1692, ils ont évolué, tout comme le reste du monde. ». Je n'avais aucune raison d'être déçu de m'être trompé au début, car cette découverte était très réjouissante. J'avais maintenant, pour ainsi dire, une raison de vivre, j'allais pouvoir perfectionner mes pouvoir comme je voulais et j'allais pouvoir me faire un grand bonheur de faire souffrir des gens, sans que personne... personne ayant de l'intérêt, puisse me le reprocher. Si je pouvais en attirer quelques-uns je ne voyais pas pourquoi elle me retenait. Et si elle ne voulait pas avoir à me défendre, elle n'avait qu'à me laisser m'en charger seul. J'étais même maintenant impatient d'avoir une première rencontre avec c'est sois-disant chasseur. Dans ce qu'elle avait dit, il y avait une chose qui éveillait ma curiosité. Cette date... Je ne pouvais pas la placer sur un évènement précis, mais j'étais persuadé d'avoir déjà entendu parler de cette année. Je ne voyais pas ce que ça pouvait être, après tout, elle avait sûrement dit cette date au hasard.

Ensuite, je lui avais fait remarque par rapport à ma tornade, remarque que j'avais essayé de faire passer pour une blague. Pourtant, j'étais presque sûr que cela n'allait pas marcher. Je m'en fichais, qu'elle me croit ou non ma remarque restait vrai, ma tornade était belle et je l'était tout autant. Le nier serait en quelque sorte un mensonge et mentir... c'est mal. Quoi qu'il en soit, comme je m'y attendais elle n'avait pas pris ce que j'avais dit comme une blague, mais je ne m'attendais pas à ce qu'elle me répondit : « Oh, je n'ai rien contre les belles choses. Seulement contre les choses... Stupides. Et créer une tornade au beau milieu d'un parc où n'importe qui peut te voir, c'est très stupide. Et se croire plus fort que tout le monde l'est aussi, surtout quand on ignore à qui on a affaire. » . J'avais beau en être encore capable, je ne voulais plus retenir ce que je pensais déjà depuis un bon moment. Après tout, elle devait enfin avoir compris que je ne lui sauterais pas dessus, alors je pouvais bien être moi-même. « Pour commencer, qui veux-tu qui nous vois au milieu dans ce parc abandonné et même si on nous voyait se serait plus que facile de faire taire cette personne. J'imagine déjà mille et une façon d'y arriver, alors je ne crois pas avoir à m'inquiéter avec cet aspect. » commençai-je par dire, puis je lui rendis son sourire avant d'ajouter : « Maintenant "wonder woman" il faut que quelqu'un que te remette à ta place. Je ne sais vraiment pas pour qui tu te prends pour me parler comme tu le fais ou utiliser ce collier contre moi, mais c'est clair qu'il ne devrait pas te revenir. Les personnes comme toi ne devrait pas avoir accès à la magie, ça salie quelque chose de pur. ». Bon c'était enfin sorti, ça faisait du bien. J'étais tellement soulagé d'enfin dire ce que je pensais. Elle avait dit que je ne savais pas à qui j'avais affaire, c'était vrai, mais je savais à quoi je n'avais pas affaire et c'est tout ce qui comptait. Elle n'était pas une sorcière alors je ne vois pas ce qu'elle faisait avec ce collier.

Peut-être qu'abandonner mes efforts était une mauvaise idée, mais j'en avais assez de jouer les gentils. De plus, j'avais commencé à remarquer qu'il était plus difficile de garder mon sang froid quand je jouais les gentils qu'au naturel. C'était probablement le fait de devoir m'auto-censurer qui était le plus dérangeant, devoir retenir mes mots au lieu de répliquer à ce qu'elle me disait était vraiment frustrant. J'avais heureusement tout laisser tomber cette histoire, mais malheureusement j'avais aussi laissé tombé tout espoir de m'approprier ce collier au cours de la soirée. De toute façon, je savais déjà qu'il était presque impossible que j'obtienne le bijou au cours de la soirée.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 26

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Ven 6 Avr - 15:58


Do Not Sneak Up On a Vampire.
Thaïs V. Roosevelt & Shawn Williams

Peut être était difficile à accepter, pour quelqu’un qui n’avait pas vraiment l’habitude, qu’on pourrait être chassé pour la simple raison qu’on est doté de pouvoirs surnaturels. Je n’avais jamais eu à me faire à cette idée, car j’étais née à une époque troublée pour les sorciers et sorcières de Salem et ses alentours. J’avais toujours du être prudente. Mais les chasseurs, les vrais, pas le paysans hystériques qui tuaient tout ce qu’ils trouvent suspect, étaient partout. Depuis mon arrivée à Coventry, j’en avais croisé peu cependant, ce que je trouvais étrange. Cette ville grouillait de sorciers, vampires, et loup garous. C’était un terrain de chasse idéal pour les chasseurs. Et pourtant, cela faisait un petit moment que je devais me contenter de poches de sang de l’hôpital. J’avais pour principe de ne jamais - ou presque - m’en prendre aux humains, à moins qu’ils ne soient des chasseurs. Si ils me chassent et chassent des sorciers, ou des vampires, pourquoi n’aurais-je pas le droit, moi aussi, de les chasser, après tout ? C’était toujours mieux que de m’en prendre à des pauvres gens qui n’avaient rien demandé à personne, et puis j’avais une dent contre les chasseurs de sorciers. Enfin, maintenant, je n’avais plus qu’à espérer qu’apprendre cette information ne pousserait pas Shawn à faire quelque chose de stupide… Du genre les attirer, les provoquer… Pour le simple plaisir de se battre contre eux. Si il lui arrivait quelque chose, c’était son problème après tout, même si j’avais toujours horreur d’apprendre qu’un sorcier avait été tué par des chasseurs, mais je ne voulais pas le voir attirer de chasseurs à Coventry. C’était trop risqué de les laisser s’approcher des Llewellyn, surtout que quelque chose semblait déjà clocher avec Malin. Autant traiter un problème à la fois.

Quelque chose dans l’attitude de Shawn changea quand je qualifiais son comportement de stupide. Jouerait-il enfin franc jeu ? Faire semblant d’être tout gentil ne fonctionnait pas avec moi, il avait du le remarquer, tout comme j’avais remarqué qu’il ne semblait pas sur le point de m’attaquer de quelque manière que ce soit - bien que je demeure sur mes garde, au cas ou, on ne sait jamais. « Pour commencer, qui veux-tu qui nous voit au milieu dans ce parc abandonné et même si on nous voyait ce serait plus que facile de faire taire cette personne. J'imagine déjà mille et une façons d'y arriver, alors je ne crois pas avoir à m'inquiéter avec cet aspect. » Me dit-il. J’avais des tas de contre arguments qui me venaient en tête, du genre… Si quelqu’un nous voyait, comment pourrait-il bien s’en rendre compte ? J’entendrais n’importe quel humain approcher à distance, mais lui non. Aux dernières nouvelles, l’ouïe humaine n’est pas vraiment ce qu’il y a de plus développé et n’importe qui pourrait se cacher dans le coin sans qu’il ne s’en doute un seul instant. Et donc, comment pourrait-il bien faire taire quelqu’un qu’il n’aurait pas vu ? Quand aux manières qu’il trouverait pour faire taire la personne ne question, pour le peu qu’il finisse par s’apercevoir de sa présence, je ne préférais même pas les entendre. Quelque chose me disait qu’elles n’auraient rien de très tendre, vu son esprit tordu.

Je n’en dis rien néanmoins, car j’étais persuadée que quoi que je dise, cela ne changerait rien. Il continuerait à se croire plus fort que tout le monde. La suite de ses paroles confirma ce que je pensais, car il me dit après m’avoir adressé un sourire : « Maintenant "wonder woman" il faut que quelqu'un que te remette à ta place. Je ne sais vraiment pas pour qui tu te prends pour me parler comme tu le fais ou utiliser ce collier contre moi, mais c'est clair qu'il ne devrait pas te revenir. Les personnes comme toi ne devrait pas avoir accès à la magie, ça salie quelque chose de pur. » J’avais légèrement haussé les sourcils en l’entendant m’appeler « Wonder Woman ». Sérieusement ? Quelles références. Mais je n’eu guère le temps de m’attarder sur cette comparaison, trop occupée à écouter la suite de ses propos. Me remettre à ma place ? Salir quelque chose de pur ? Autant j’étais contente de le voir enfin jouer franc jeu, autant son petit air supérieur commençait à m’agacer au plus haut point. Les gens comme moi ne devraient pas avoir de pouvoir ? Il est vrai que les vampires ne sont pas sensés en posséder. Mais ces pouvoirs étaient les miens, ceux de ma mère, ceux de son cercle, de ma famille… Qui d’autre que moi avait le droit de les posséder ? On me les avait donnés afin que je puisse me protéger. Elles m’avaient autorisé l’accès à leurs pouvoirs, même après leur mort. Qui était-il pour juger si oui ou non, j’avais le droit où non de posséder ou d’utiliser ces pouvoirs ?

Sans un mot, je fis quelques pas dans sa direction avant de reprendre la parole. « Ecoute moi bien, Shawn » Commençais-je, insistant bien sur son prénom, le prononçant avec autant de mépris que possible. « Le seul qui doit se faire remettre à sa place ici, c’est toi. Je suis plus vieille, plus expérimentée, plus forte et plus puissante que tu ne le seras jamais. Ces pouvoirs m’appartiennent et aussi longtemps que je serais sur cette Terre, personne ne mettra la main dessus. Pour avoir mon collier, tu devras me tuer d’abord, ce qui reviendrait à tuer la seule personne qui sait comment accéder aux pouvoirs qu’il contient. Mais tu peux toujours essayer, ça ne me fait pas peur. Tu veux savoir pourquoi ? » Dis-je, d’une voix calme mais ferme. Je savais que j’étais sur le point de trop en dire, que je regretterais de lui avoir dit tout cela à l’instant même où les mots auraient quitté mes lèvres mais, m’approchant encore un peu plus, et ce même si je me doutais qu’il se disait pour le moment qu’il se fichait de savoir pourquoi je n‘avais pas peur de lui, je lâchais dans un murmure menaçant, rivant mon regard dans le sien pour ne pas perdre une miette de sa réaction « Parce que je suis déjà morte. »




Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 501
date de naissance : 01/08/1992
date d'inscription : 10/02/2012
age : 25
avatar
Shawn L. Williams
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Lun 9 Avr - 16:54


« do not sneak up on a vampire »



Shawn & Thaïs



Je ne croyais plus qu'il serait possible de me rapprocher d'elle. Mes intentions étaient beaucoup trop transparentes, mais ça n'allait certainement pas me faire abandonner. Il y avait beaucoup de choses dont je me fichais totalement, mais à ce point, même si je m'étais fiché de ce collier je n'aurais pas abandonné. Cette jeune fille était tellement... distrayante et je n'avais jamais dit que je me fichais de ce collier. Il était vrai que je croyais qu'un tel objet devrait appartenir à un sorcier, mais même s'il avait appartenu à un sorcier ou une sorcière, j'aurais voulu l'obtenir. En fait je connais bien quelqu'un à qui il aurait pu appartenir et que je n'aurais rien tenté pour l'obtenir, mais j'avais de l'estime pour la personne en question. Il est vrai que je l'avais traité comme n'importe qui quand je l'avais rencontré au bar à la saint-valentin, mais il était rapidement entré dans le peu de personnes que je considère digne d'être un sorcier. Pour Thaïs, j'avais beau avoir l'impression qu'elle me cachait quelque chose, j'étais persuadé qu'elle n'était pas une sorcière. Le fait qu'elle possède une telle relique était mystérieux, mais je n'en avais rien à faire de comment elle l'avait obtenu tout ce qui m'intéressait c'était comment moi j'allais l'obtenir à présent que j'avais abandonné ma fausse attitude de gentil.

Lorsque j'avais fait ma remarque elle avait haussé les sourcils en m'entendant prononcer "wonderwoman". Peut-être qu'elle n'appréciait pas la remarque ou ne comprenait tout simplement pas la comparaison. Cette remarque aurais pu faire allusion au fait qu'elle avait une poigne d'acier, mais j'avais pensé plutôt à l'arrogance dont elle avait fait preuve en pensant pouvoir me protéger des chasser, au fait qu'elle se prenait pour beaucoup plus fort qu'elle ne l'était et au fait que mon incroyable charme la rendait indifférente. Je ne savais pas exactement quelles connaissances elle avait sûr la magie, mais si elle se l'imitait à l'utilisation de son collier pour fait flotter quelques feuilles mortes, elle ne savait pas tout ce que je pouvais lui faire et à qu'elle point elle devrait se montrer moins hostile à mon égard. J'avais retiré de ma tête l'idée de faire quoi que soir contre elle et je lui avais bien fait comprendre, faire quoi que ce soit pour l'instant aurait été totalement stupide. Je ne connaissais encore pratiquement rien sur elle et en plus, elle devait être sur ses gardes, je lui avais donné toutes les raisons de l'être.

Elle n'avait rien répondu à ce que j'avais dit en premier, peu importe, il n'y avait rien à répondre je savais bien que j'avais raison. Elle n'aurait pu apporter aucun argument pour défendre le contraire de ce que j'avais dit et elle le savait, donc elle avait judicieusement choisi de se taire. Cependant, comme je pensais, elle ne pu retenir sa langue après ma deuxième remarque. Elle commença par s'avancer vers moi, elle ne fit que quelques pas en silence puis s'arrêta et dit : « Ecoute moi bien, Shawn ». En attendant ces mots, je n'ai pus que pousser un soupir mental en me disant que je devais me préparer à la voir le prendre pour une autre encore une fois. Par conte, ce n'était pas la seule chose qui avait attiré mon attention, la façon d'ont elle avait prononcé mon nom était très irritante, ce n'était pas assez pour me faire réagir, mais mon regard se durcie tout de même. J'avais raison de m'apprêter à ce qu'elle reprenne sa petite attitude ridicule de femme forte, car elle me sortit ensuite un long monologue : « Le seul qui doit se faire remettre à sa place ici, c'est toi. Je suis plus vieille, plus expérimentée, plus forte et plus puissante que tu ne le seras jamais. Ces pouvoirs m'appartiennent et aussi longtemps que je serais sur cette Terre, personne ne mettra la main dessus. Pour avoir mon collier, tu devras me tuer d'abord, ce qui reviendrait à tuer la seule personne qui sait comment accéder aux pouvoirs qu'il contient. Mais tu peux toujours essayer, ça ne me fait pas peur. Tu veux savoir pourquoi ? ».

Bon pour commencer, la première phrase n'avait aucun intérêt et je n'avais aucune raison de m'y attarder, mais pour la deuxième, je ne pus m'empêcher de contre-argumenter mentalement tout ce qu'elle disait. Elle était supposément plus âgée, si c'était le cas, c'était de si peu que ça ne faisait aucune différence. Ensuite, elle disait être plus expérimenté, j'avais du mal à croire qu'un "non-sorcière" pouvait être plus expérimenté que moi dans un domaine que non seulement je connais, mais qui est en moi et en ma famille depuis toujours. Puis, elle se croyait plus fort, ce n'est pas parce que je lui fais peur au point qu'elle ait une poussé d'adrénaline lorsque j'ai voulu lui serrer la main qu'elle est nécessairement plus forte que moi. Pour finir, plus puissante, non mais sérieusement, c'était une blague ou quoi? Sa source de pouvoir provenait d'un objet et en plus je ne voyais pas sur qui elle pouvait avoir du contrôle ou du pouvoir, pour moi c'était le pire argument qu'elle avait pu avancer. La suite n'avait pas plus de sens que le début, la tuer, était bien une idée intéressante, mais en temps et lieux, pas n'importe quand et n'importe où et pour ce qui est du reste de l'affirmation c'était n'importe quoi, ce n'est pas parce qu'on ne me montre pas comment me servir de quelque chose que je ne peux pas apprendre à m'en servir. Finalement, après tout ce que j'avais entendu c'était tout à fait compréhensible que je n'avais aucun intérêt à entendre la suite, mais la phrase qui suivie, dans un murmure menaçant, m'avait laissé sans mots. « Parce que je suis déjà morte. » avait-elle dit.

À présent c'était catégorique, elle était belle et bien folle. Après un court silence, sans me soucier une seconde qu'elle était devant moi, je me fis une réflection à haute voix : « ah... en plus d'être tombé sur une fille qui n'était pas une sorcière, il fallait qu'elle ne soit pas saine d'esprit en plus. ». Je pouvais maintenant remettre en question plusieurs choses qu'elle avait dites, mais pour celle que j'avais crus, je croyais que même si elle était en plein délire elle pouvait avoir raison. Je ne savais pas si être face à une fille psychotique et paranoïaque rendait la tâche plus facile ou, au contraire, plus difficile, mais c'était encore plus clair pour moi que ce collier ne devait pas lui appartenir. Malgré le fait que je croyais être en face d'une jeune fille en psychose, mes plans n'avaient pas changés, je n'allais rien lui faire pour l'instant. À la place, pour compléter ce que je lui avais précédemment dit, j'avais ajouté : « ah excuse moi, j'avais pratiquement oublié ta présence. ». Il n'y avait aucun but à ces mots autre que m'amuser, mais je ne pouvais plus m'arrêter, donc j'ai ensuite dit : « Alors, Thaïs "the undead", est-ce que tu voudrais bien me raconter ton histoire, même si je crois qu'il y a des spécialiste bien plus approprié que moi pour de tel cas. ».

Comment la prendre au sérieux après ce qu'elle m'avait dit? Peut-être qu'elle était suicidaire et elle cherchait justement à ce que je la tus. Avec cette idée derrière la tête, il n'y avait aucune chance que j'exauce ses souhaits. Si j'obtenais ce collier, je me ferais un plaisir de le faire sans la tuer pour ensuite l'utiliser contre le plus de personnes sous ses yeux, simplement pour le plaisir de le faire. Je voyais très bien qu'elle me sous-estimait, mais dans le futur ceci pourrais jouer en ma faveur. Tant qu'elle ne savait pas de quoi j'étais capable et de quoi je serais capable avec ce collier c'était un avantage pour moi. Il était aussi possible qu'elle ne soit pas suicidaire et qu'elle se prenait vraiment pour une autre. J'allais surement le savoir avec ce qu'elle allait répondre à ce que j'avais dit. Elle avait beau être totalement taré elle réagissait à tout ce que je disais comme une personne plus ou moins normale et d'intelligence moyenne, donc sa réponse allait surement m'amuser encore une fois.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 26

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Mer 11 Avr - 18:57


Do Not Sneak Up On a Vampire.
Thaïs V. Roosevelt & Shawn Williams

J’en avais trop dit. J’en avais conscience, mais peu importait. Je parvenais, pour le moment, à conserver mon sang froid et c’était le principal. De toute façon, il n’avait prit au sérieux aucune de mes paroles jusqu’à là alors pourquoi me croirait-il maintenant que je lui disais cela ? J’ignorais ce qui était le plus incroyable. Que moi, pas très grande, ni très épaisse, puisse prétendre être capable de tuer Shawn qui était plutôt bien bâti, que j’ai la prétention de me dire plus puissante que lui-même si il savait pertinemment que je n’étais pas une sorcière, ou lui dire que j’étais morte, alors que j’étais en ce moment même en train de lui parler et apparemment en pleine santé. C’est vrai que ce que j’avançais n’était pas très crédible… Et pourtant, c’était la vérité, aussi incroyable que ça puisse paraitre. Et puis bon, ma mort avait été assez marquante pour que je m’en souvienne dans le moindre détail et ce jusqu’au visage de mon agresseur qui revenait encore parfois me hanter, alors si ce n’était pas le cas, je serais quand même au courant. Mais bon, ça Shawn l’ignorait. Il ne connaissait pas mon histoire, et ne pouvait donc pas savoir que tout ce que je disais était vrai. Que même sans les pouvoirs de mon collier, je pourrais littéralement le mettre en morceaux et me faire les ongles en même temps, ou le laisser tout simplement en plan au beau milieu du parc sans qu’il ait le temps de voir de quel côté j’étais partie. Mais non. Je devais garder mon sang froid… Aussi difficile que cela puisse être. Si Shawn était doué pour une chose, c’était pour m’agacer. Cette attitude sur de lui et vantarde… Pas ma tasse de thé, surtout venant de la part qui ne sait pas de quoi je suis capable.

Quand Shawn reprit la parole, il sembla se parler à lui-même, comme si il avait oublié ma présence. Qu’il soit vraiment ailleurs, ou le fasse exprès dans le but de m’agacer, je n’allais pas le laisser me faire perdre mon calme. Non, je ne devais pas lui donner ce plaisir. « ah... en plus d'être tombé sur une fille qui n'était pas une sorcière, il fallait qu'elle ne soit pas saine d'esprit en plus. ». Pourquoi n’étais-je même pas étonnée de cette réflexion ? Après tout, ce n’était pas la première fois que j’y avais droit. Tabatha, la jeune sorcière que j’avais rencontrée à la bibliothèque, m’avait fait le même genre de commentaires, sauf qu’elle avait eu la politesse de s’adresser directement à moi, contrairement à Shawn.

« On m’a déjà appelée pire que ça. Je m‘en remettrais. » Répondis-je, pour tenter de regagner son attention avant de perdre patience. Ce n’était pas un mensonge, mon propre père m’avait appelée pire que ça. Mais il aurait tout aussi bien être un parfait inconnu, et il l’avait par la suite amèrement regretté. En tout cas, concernant Shawn, le respect, c’était pas son truc, hein ? A moins que lui aussi ait quelques troubles mentaux, du genre… Des problèmes d’attention ? Allez savoir. Après un instant de réflexion, il fini par reprendre la parole - ce n’était pas trop tôt d’ailleurs. « Eh excuse moi, j'avais pratiquement oublié ta présence. ». Je lui adressais un sourire pincé. Zen Thaïs. Reste calme. Si il avait abandonné sa veste de gentil garçon, ce n’était probablement pas pour rien, je ne devais pas le laisser arriver à ses fins, quoi qu’il arrive. *respire* pensai-je, pour me calmer. Je fermais les yeux un instant afin de garder mon calme, et les rouvrait au moment où Shawn reprit la parole.

« Alors, Thaïs "the undead", est-ce que tu voudrais bien me raconter ton histoire, même si je crois qu'il y a des spécialiste bien plus approprié que moi pour de tel cas. » Ok, assez avec le self contrôle. Il voulait savoir mon histoire ? Très bien, il l’aurait cherché ! Je le regretterais amèrement plus tard mais tant pis ! En un clin d’œil, avant qu’il n’ait le temps de réagir, je l’avais attrapé par le cou, et plaqué violemment contre l’arbre le plus proche aussi aisément que si il avait été une poupée de chiffon. Par reflexe, mon visage s’était changé lorsque j’étais passée à l’attaque et mes crocs de vampires étaient maintenant nettement visibles. « Tu veux savoir mon histoire ? J’étais une sorcière, et maintenant je suis un vampire il y a 320 ans. Et si tu continue de me prendre pour la dernière des idiotes, je vais me faire un plaisir de faire en sorte que ta mort soit aussi lente et douloureuse que possible. Un meurtre de plus ou de moins, ça fait pas grande différence, n‘est-ce pas ? Alors arrête de jouer au plus malin et fous moi un peu la paix ? » Lui dis-je, plus menaçante que je ne l’ai été auparavant au cours de notre conversation. Malgré la colère qui bouillait toujours en moi, je m’efforçais de redonner à mon visage son aspect normal, sans pour autant lâcher le jeune sorcier, ni me montrer moins menaçante. Tout ce qu’on ressent se retrouve amplifié quand on devient un vampire et bien que j’ai plus d’aisance à maitriser mes émotions que lors des premières années ayant suivi ma transformation, c’était un aspect de ma nature qui était toujours présent. Je savais garder mon calme relativement longtemps, mais lorsque je m’énervais, je ne le faisais pas qu’à moitié.




Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 501
date de naissance : 01/08/1992
date d'inscription : 10/02/2012
age : 25
avatar
Shawn L. Williams
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Sam 14 Avr - 16:01


« do not sneak up on a vampire »



Shawn & Thaïs



Maintenant que je savais que je faisais face à une vraie aliénée, j'étais beaucoup plus confiant. Le fait qu'elle m'ait broyé la main était sûrement en rapport à une crise de folie et moi ne m'y attendant pas j'avais été surpris. La seule chose qui lui donnait un brin de pouvoir était son collier, je ne savais pas comment elle l'avait obtenu, mais ça devait avoir un rapport avec sa folie. Peut-être même que son instabilité mentale avait un lien direct avec le pendentif, mais pour en être sûr il fallait que je l'obtienne. J'avais senti une partie de la puissance de l'objet et je savais que même si ce médaillon était la seule source de pouvoir qu'elle avait, c'était quand même puissant. Même que c'était assez puissant pour qu'elle soit prête à donner sa vie pour ce collier. En tout cas, à présent je savais ce que j'avais en face de moi et il n'y avait pas de quoi se méfier, en fait oui, il faut toujours se méfier un peu avec les attardés. Il y avait de quoi se méfier un peu, je la sentais tendue. Je doute que j'avais relâché les tensions en pensant à haute voix. Au contraire, elle avait beau tout faire pour ne pas le laisser paraître, je savais bien que ma remarque l'avait agacé.

Elle avait ensuite dit quelque chose... qu'est-ce que c'était déjà? Ah! oui elle avait dit : « On m'a déjà appelée pire que ça. Je m'en remettrais. ». Je n'avais aucunement porté attention à ses paroles insignifiantes, c'est pour cela que j'avais du mal à m'en souvenir. La seule chose que je savais c'est qu'elle avait dit ça pour me faire croire qu'elle était inatteignable, mais je savais bien que je l'avais vexé. Ça rendait beaucoup plus facile et amusant pour moi lui dire que j'avais oublié sa présence. Et hop, encore une fois je l'ai senti se tendre encore plus. J'avais hâte de voir sa prochaine petite crise, j'étais sûr que cela me divertirait. Je ne m'attendais pas nécessairement à grand-chose, elle allait peut-être me crier des noms ou tout simplement faire une crise. Dans les deux cas j'allais pouvoir bien rire et avec de la chance cela allait pouvoir empirer les choses. Cependant, je ne croyais pas du-tout que ce que j'avais dit ensuite allait être la goutte qui allait faire déborder le vase. Elle était timbrée alors, j'avais gentiment voulu lui apporter mon aide à la méthode psychologue. En fait, comme elle n'avait pas toute sa tête c'est ce que je pensais qu'elle allait croire, mais bon, je savais que si elle réagissait comme une personne normale elle n'allait pas aimer. Je savais aussi que la deuxième était plausible, j'avais quand même réussi à avoir un semblant de conversation avec elle jusqu'à date, ses crises de folie était plutôt passagère. Elle était peut-être bipolaire. Peu importe ce qu'elle était, j'avais atteint les limites de ce qu'elle pouvait supporter.

En un claquement de doigts, je me suis retrouvé plaqué contre l'arbre le plus proche. Pour réaliser ceci elle m'avait agrippé par le cou et j'était maintenant soulevé légèrement du sol, juste assez pour avoir de la difficulté à poser mes pieds et j'était retenu contre l'arbre. Sans avoir le temps de penser à quoi que ce soit, je ne pus pas m'empêcher de remarquer son visage. Il expliquait tout, quoi que c'était quand même assez irréel. Les yeux et les crocs me firent comprendre à quoi j'avais à faire. La force et la vitesse dont elle venait de faire preuve n'expliquait pas tout, mais son visage oui. Elle était une vampire, mais je n'eu même pas le temps de réfléchir à cette révélation étonnante qu'elle me dit : « Tu veux savoir mon histoire ? J'étais une sorcière, et maintenant je suis un vampire il y a 320 ans. Et si tu continue de me prendre pour la dernière des idiotes, je vais me faire un plaisir de faire en sorte que ta mort soit aussi lente et douloureuse que possible. Un meurtre de plus ou de moins, ça fait pas grande différence, n'est-ce pas ? Alors arrête de jouer au plus malin et fous moi un peu la paix ? »

J'étais vraiment troublé, un instant cette fille n'était qu'une folle et l'instant d'après c'était une vampire de 320 ans et sa force n'avait rien à voir avec l'effet de surprise. Bon et avec des preuves je n'avais pas le choix de présumé qu'elle n'était pas si dingue. Le fait de mourir devait avoir un rapport avec la façon dont on se transforme en vampire, mais je ne pouvais pas être sûr des détails. Ce que j'avais le plus de difficulté à croire c'est qu'elle était une sorcière avant. Pourquoi je ne sentais rien, si c'était une sorcière j'aurais dû être capable de le sentir. J'aurais voulu continuer de réfléchir à tout ce que cette révélation sous-entendait, mais mon attention fut forcée de retourner vers la main autour de mon cou. J'avais de la difficulté respirer et le fait que mes pieds touchaient difficilement au sol n'aidait pas. J'étais troublé, je ne savais plus quelle attitude prendre avec elle, mais instinctivement une de mes mains s'était refermé autour de son poignet. Elle semblait s'attendre à une réponse, mais si elle continuait comme cela elle n'en aurait jamais et je n'aurais jamais la chance de lui foutre « un peu la paix ». Avec la force et la vitesse qu'elle avait utilisé pour me plaquer contre cet arbre, je savais qu'il était inutile de gaspiller de l'énergie à enter de retirer sa main. Par chance, le simple fait d'avoir placé ma main autour de son poignet lui fit comprendre ce qui se passait, ou peut-être pas, mais elle me rapprocha du sol jusqu'à ce que j'y sois bien posé et relâcha un peu de pression sur ma gorge. La situation restait inconfortable, mais au moins je pouvais respirer sans trop de difficultés.

Malgré tout ce qui s'était passé je ne pouvais pas accepter de passer pour un faible. Je savais bien, maintenant, qu'elle n'était pas folle, mais de belles petites remarques, allant dans ce sens, n'allait pas lui faire de mal. J'étais vraiment incorrigible, même dans cette situation je voulais encore la piquer. Je repris une méthode qui avait bien marché, alors en m'adressent à moi-même j'ai dit : « Ouai, je suis définitivement tombé sur une tim... ». Mon dernier mot avait été interrompu par la main qui s'était resserré comme un étau autour de ma gorge. Dans un murmure je suis, ensuite, arrivé à dire : « ok, ok... j'ai compris je vais arrêter. » La main se desserra à nouveau, mais me laissant encore bien accoté sur l'arbre. Je remis un sourire bien évidence sur mon visage. La fille banale qui était simplement belle et folle était tout à coup beaucoup plus que ça et surtout, ce qui lui ajoutait beaucoup de charme maintenant était qu'elle était puissante et mystérieuse. Avant, je n'avais jamais pensé m'intéresser à elle pour plus qu'en tirer un bon coup, mais maintenant tout ce qu'elle était, était intriguant. Bon elle avait beau être ce qu'on voudra, ma première intention était de me libérer de cette position inconfortable. Sans plus attendre, je lui ai dit ce qu'elle voulait entendre : « C'est bon je vais te ficher la paix si c'est ce que tu veux. ». Elle sembla septique, il est vrai qu'elle devait trouver étrange que je me résigne si subitement, mais je savais quand il était temps pour moi de m'arrêter. Après quelque instant, voyant que je ne bougeais pas et que je ne faisais rien, elle décida surement de me relâcher, car je sentis la tension commencer à se relâcher dans son bras. À ce moment, une idée me traversa la tête, je devais savoir ce que ça faisait d'embrasser une vampire. Je profitai du fait qu'elle me tenait avec de moins en moins de force, pour la prendre par la nuque et l'embrasser sans attendre.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 26

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Dim 15 Avr - 18:59


Do Not Sneak Up On a Vampire.
Thaïs V. Roosevelt & Shawn Williams

Comme ça faisait du bien d’arrêter de jouer les gentilles filles normales et surtout, de ne plus se faire prendre pour une idiote ! Bien sur, il y avait toujours moyen qu’il trouve à utiliser cette information à son avantage mais pour l’instant, j’avais le dessus. Il avait laissé tomber son masque de faux gentil, et j’avais fais de même. Je n’étais pas méchante, à part quand on me cherchait. Et dans ce domaine là, Shawn n’avait pas fait semblant. J’avais pour habitude de laisser ma nature de vampire de côté, de faire taire ces instincts autant que possible afin d’avoir l’air plus… Normale. Mais même moi je devais reconnaitre que je prenais un malin plaisir à rabattre le caquet de ce jeune prétentieux. Ses pieds touchaient à peine le sol à présent, et je le maintenais fermement contre le tronc de l’arbre, ma main toujours fermée autour de son cou. Mon visage avait repris son aspect normal, mais cela n’enlevait rien à la force surhumaine que me procurait ma nature de vampire, ni à l‘expression menaçante de mon visage. Heureusement pour Shawn, je savais me contrôler, car il n’en aurait pas fallu beaucoup plus pour que mes crocs aillent s’enfoncer dans la chair tendre de son cou pour y trouver sa jugulaire, et qu’il en soit fini de lui et de son égo surdimensionné. Si j’avais été plus jeune et moins habituée à gérer mes instincts meurtriers, il serait probablement déjà mort. Mais ce n’était pas mon genre. Si je décidais de m’occuper sérieusement de son cas, je serais probablement plus sadique que ça. Divers scénarios concernant sa mort commençaient déjà à fourmiller dans mon esprit, mais je les chassais aussi vite qu’ils étaient arrivés. Pas de meurtre aujourd’hui, non. Je devais m’y tenir, aussi tentante que soit cette idée, je ne devais pas y céder.

Je sentis la main du jeune sorcier attraper mon poignet, ce qui eu pour effet de me faire redescendre sur Terre. Il semblait avoir du mal à respirer, et ayant décidé que je ne tuerai personne aujourd’hui, pas même lui, je desserrais ma main autour de son cou et fit en sorte que ses pieds retrouvent le contact du sol. Je le maintenais cependant toujours fermement plaqué contre l’arbre, certainement pas décidée à baisser ma garde maintenant, surtout pas avec lui. Qui sait ce qui pouvait encore lui passer par la tête, même maintenant, après s’être fait malmené avec autant de facilité que si il avait été une poupée de chiffon. Shawn profita qu’il puisse respirer de nouveau pour reprendre la parole. « Ouais, je suis définitivement tombé sur une tim… » Commença-t-il, avant que je le force à se taire en resserrant de nouveau ma poigne autour de son cou, mon regard se durcissant encore davantage. Fallait-il littéralement que je l’étrangle pour qu’il commence à me prendre au sérieux ? « ok, ok... j'ai compris je vais arrêter. » Je le toisais du regard un instant avant de desserrer de nouveau mon étreinte, cherchant à savoir si oui ou non il était sérieux cette fois. J’avais été très claire sur mes attentes. Je lui avais demandé de me foutre la paix. Notre petit échange avait été amusant pendant un moment, mais me faire prendre pour une idiote était rapidement devenu lassant. De plus, il avait découvert les pouvoirs de mon collier, et j’étais bien décidée à ce que jamais il ne l’obtienne.

Je ne pouvais m’empêcher de me dire qu’il aurait pu utiliser la magie contre moi pour que je le libère mais ne l’avait pas fait. Pourquoi ? Ca n’aurait été que de la légitime défense après tout, mais non. Peut être ne savait-il encore pas trop quel genre de sort utiliser contre moi, étant donné qu’il était à l’évidence totalement ignorant sur les vampires, leurs forces, et leurs faiblesses. Ou peut être cette pensée ne lui avait même pas traversé l’esprit. Allez savoir ! En tout cas, si il avait du tenter de se défendre de quelque manière que ce soit, il l’aurait surement déjà fait. Qu’attendais-je alors ? Qu’il accepte de faire ce que je lui avais demandé quelques instants auparavant. Et mieux valait pour lui qu’il le fasse avant que je ne commence à m’impatienter.

Il du le comprendre, car il fini par lâcher - probablement à contre cœur « C'est bon je vais te ficher la paix si c'est ce que tu veux. ». Je l’observais, sceptique, l’espace d’une instant. Céder aux demandes des autres ne semblait pas être son genre, et ça avait un peu trop facile, je cherchais donc n’importe quel signe qui pourrait contredire ses parole. N’importe quoi qui pourrait me laisser penser qu’il avait quelque chose derrière la tête. Ne trouvant rien de suspect, je commençais à le lâcher, tout en disant « Tu vois, ce n’était pas si… » mais il ne me laissa pas terminer.

Il avait en effet glissé sa main derrière ma nuque m’attirant vers lui alors qu’il se penchait vers moi, et avant que je n’ai eu le temps de réagir il déposa ses lèvres sur les miennes… Prise de cours, j’ignore combien de temps je suis restée plantée là alors qu’il m’embrassait. Je m’étais attendue à une attaque de n’importe quel genre, mais un baiser ? Certainement pas. Lorsque je repris mes esprits et réagis enfin, je plaçais mes deux mains contre son torse pour le repousser sans ménagement si bien sur son dos alla de nouveau heurter l’arbre qui se situait encore juste derrière lui. « Non mais, tu te crois où ?! » m’exclamai-je. « T’as des envies de suicide, ou alors t’es juste débile ?! ». Un instant il me traite de dingue, et celui d’après il m’embrasse ? Il avait un problème ou quoi ? Dans d’autres circonstances peut être que…

Non, en fait non. Même pas en d’autres circonstances, il était bien trop agaçant ! Même si j’avais toujours eu un faible pour les garçon avec un côté un peu « sombre » - il suffisait de voir celui que j’avais épousé - Shawn était bien trop arrogant et égocentrique à mon goût, et prendre une fille pour une idiote n‘est pas vraiment ce qu‘il y a de mieux quand on veut la mettre dans son lit. A moins que la fille soit en l’occurrence réellement idiote. Ma menace de faire que sa mort soit lente ou douloureuse n’avait-elle pas été assez claire, ou alors avait-il prit ça pour une déclaration d’amour ? Avec son esprit tordu, allez savoir ! Pas que j’ai quoi que ce soit à me reprocher, j’étais célibataire depuis très longtemps après tout. Mais quand même !




Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 501
date de naissance : 01/08/1992
date d'inscription : 10/02/2012
age : 25
avatar
Shawn L. Williams
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn Jeu 19 Avr - 0:45


« do not sneak up on a vampire »



Shawn & Thaïs



Au moment où j'allais l'embrasser elle m'avait dit : « Tu vois, ce n'était pas si... » . Ça ne m'avait certainement pas arrêté, en fait, je lui avais même coupé la parole. C'est étonnant à quel point avoir un effet de surprise pouvait être déstabilisant chez une personne, même chez une vampire. Elle semblait si troublé que j'eus le temps d'y mettre plus de passion que je pensais qu'elle allait me laisser en mettre. Cependant, alors que je m'apprêtais à y mettre la langue, ses deux mains se posèrent sur mon torse et me repoussèrent violemment contre l'arbre. Le choc m'avait coupé le souffle et m'avait fait cracher un peu de sang, dont un petit filet qui s'était déposé sur un coin de ma lèvre inférieure et s'étalait un peu sous ma bouche. À ce moment, j'essayais de reprendre mon souffle, mais je la regardais intensément dans les yeux avec un petit sourire en coin. La douleur n'était pas assez grande pour m'empêcher d'avoir de la satisfaction pour ce que je venais de faire. Elle n'avait même pas réagi, ça lui avait surement plut, c'est pour ça, non ça lui avait certainement plut. Avec le nombre de fille que je pouvais avoir simplement en claquant des doigts, et même sans un filtre ou un quelconque sort d'amour, elle pouvait autant se compter chanceuse de l'expérience que moi. Sa fausse réaction de jeune vierge effarouché ne me surprenais même pas.

Même confus par le choc je pouvais voir qu'elle avait retrouvé ses esprits. Je ne perdis pas un mot de se dit, car elle s'exclama : « Non mais, tu te crois où ?! ». À ce moment j'avais beau être capable de me concentrer pour mettre de l'intensité dans mes yeux et un sourire en coin sur mes lèvres, j'étais encore trop sonné pour répliquer quoi que ce soit. Il faut dire que je commençais à me rendre compte que ce qu'elle était, était beaucoup plus menaçant que les pouvoirs qu'il y avait dans son médaillon. Cependant, j'étais persuadé qu'entre mes mains, il serait beaucoup plus puissant, car moi j'étais toujours un sorcier à 100 %. Ce n'était pas l'essentiel, je devais me rendre compte que j'avais, face à moi, une créature dont je n'avais aucune idée comment me défendre. Contre la magie, je connais quelques petits sorts pratiques, mais contre un vampire là je n'avais aucune idée quoi faire. Je ne pouvais pas la pousser à m'attaquer sans avoir aucun moyen de défense. « T'as des envies de suicide, ou alors t'es juste débile ?! » dit-elle ensuite. En temps normal je n'aurais jamais laissé quelqu'un me traiter de débile, mais les circonstances était différente qu'à l'habitude. De plus, je comptais lui " foutre la paix " comme elle me l'avait demandé, car je n'avais plus rien à faire avec elle tant et aussi longtemps que je n'allais pas savoir comment m'attaquer à un vampire.

J'avais beau avoir décidé de la laisser tranquille, elle était ridicule de croire que j'allais le faire gentiment. En fait, je ne voyais rien de mal dans le fait d'embrasser quelqu'un d'autre, mais comme elle simulait ne pas aimer, c'était plus drôle. Ce n'était pas non plus mon dernier mot, ma dernière action en fait. Je ne pouvais pas non plus lui faire croire que c'était à cause d'elle que je partais. Elle avait déjà les chevilles assez enfler comme ça avec ses pouvoirs de vampire et son médaillon que je n'allais pas les lui faire enfler encore plus en lui disant qu'elle avait influencé une de mes décisions. Quand j'y pense, le sourire en coin, sur mes lèvres, était déjà assez révélateur. J'avais bien repris mon souffle et mes idées était bien en place alors je lui ai annoncé mon départ exactement comme elle voulait l'entendre : « onh !... arête (il lui fait la moue), je sais très bien que ça ta plus et que tu en veux plus, mais ce sera peut-être une prochaine foi, pour l'instant je dois y aller. ». Elle avait beau mentir autant qu'elle en avait envie, peu importe ce qu'elle pourrait trouver à dire, serait plus pour se mentir à elle-même qu'à moi. Je savais très bien que mes talents de sorcier était deuxième après mes talents d'amant et j'étais très talentueux comme sorcier. En tout cas, si je me compare à Malin, qui était censé être plus expérimenté que moi, mais qui n'est pas capable de réagir quand un sorcier inconnu la traîne où il veut. Moi, aucun sorcier n'aurait pu me traiter comme j'avais traité Malin sans que je ne lui fasse voir de quel bois je me chauffe. Les humains je n'ose même pas en parler, parce qu'un humain qui me manque de respect et quelqu'un qui décide de ruiner sa vie. Maintenant, je devais apprendre à imposer ce respect aux vampires.

Sans plus porter une seule seconde attention à ce qu'elle pourrait me dire, mais gardant mon sourire sur ma bouche je la croisai de près pour commencer à m'éloigner. Je marchais d'un pas nonchalant, je n'avais aucune raison de me presser. La croiser de près avait été très satisfaisant, je l'avais senti se tendre, elle devait s'attendre à ce que je tente quelque chose à nouveau, mais non, je ne lui ai pas donné la satisfaction d'avoir bien fait de se mettre sur la défensive. Je me dirigeais vers l'extérieur du parc, mais je n'avais toujours pas réfléchi à l'endroit où j'allais me rendre. Je ne voulais pas me rendre chez moi. Premièrement, je commençais à penser que je voulais parler de ce que je venais d'apprendre à quelqu'un. Quelques personnes me vinrent en tête, mais le meilleur choix restait une personne qui, au contraire de Lexi (elle était dans mes choix de confidents), était un sorcier et qui avait beaucoup plus d'expérience que Malin. Deuxièmement, je ne voulais même pas passer chez moi deux secondes, car j'habitais tout prêt du parc et je ne voulais pas prendre le risque de lui révéler où je vivais. Le seul problème c'est que je n'avais aucune idée d'où vivait la personne que je voulais voir. Il n'y avait pas de meilleur choix que d'aller au b'well cofee, même si je n'y trouvais pas la personne que je voulais voir, j'allais pouvoir prendre un verre. Je mis la capuche de ma veste et m'alluma une cigarette, ensuite je partis en direction du bar. Dans le noir de la nuit, on ne pouvait voir qu'un petit point lumineux s'éloigner.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn

Revenir en haut Aller en bas

« Do not sneak up on a vampire. » | w/ Shawn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Vampire Kisses
» Amour, vampire et loup-garou
» Orc vs Hauts elfes et Comtes vampire
» Vampire Knight
» Vampire Killer : lanière ou chaîne?


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the secret circle :: “ Coventry ” :: les parcs-