the secret circle
Bienvenue, cher Invité

THE SECRET CIRCLE EST ACTUELLEMENT FERME. SI VOUS SOUHAITEZ NOUS RETROUVER OU APPRENDRE A NOUS CONNAITRE, REJOIGNEZ NOUS SUR NOTRE FORUM ONCE UPON A TIME http://www.once-upon-rpg.net/

NOUS VOUS ATTENDONS AVEC IMPATIENCE, BONNE AMBIANCE ET ACCUEIL CHALEUREUX GARANTI !

A bientôt peut être !




Partagez|

{Alex K. Powell & Thaïs V. Roosevelt} Quand le feu et la glace ce croise ... Sa donne des étincelles !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
messages : 623
date de naissance : 21/12/1987
date d'inscription : 13/05/2012
age : 30
avatar
Alex K. Powell
MessageSujet: {Alex K. Powell & Thaïs V. Roosevelt} Quand le feu et la glace ce croise ... Sa donne des étincelles ! Mer 6 Juin - 21:42

Alex & Thaïs
Quand le feu et la glace ce croise, Sa donne des étincelles !


Avez-vous déjà ressenti une rage telle que même un coup ne vous fait rien, une colère si puissante que vous avez l’impression d’exploser intérieurement et que la déflagration cherche à s’évacuer par tous les ports de votre peau. J’avançais dans cette rue sombre aux ampoules vacillantes. Le décor était presque aussi lugubre que mon humeur, je dois avouer que ces nuits où tout allait de travers, je ne choisirais jamais des décors champêtres pour passer ma colère.

J’avais ce sentiment injustice qui me tirailler, ces fureurs qui inondaient mon être comme si elle dormait là depuis toujours et ne demandaient qu’à poindre. Ces nuits je devais avoir l’air plus monstrueux que les monstres que je traquais et j’avoue que je me fichais totalement du quel tomberait sous mon courroux. J’avais reçu quelques jours plus tôt une lettre manuscrite me demandant un rendez-vous, me signifiant que même ennemis de nature on devait trouver un accord tacite pour se défaite de Drew. Les détails de la missive ne m’avaient pas étonné outre mesure, mais les rappels à Drew et ses machinations n’avaient éveillé en moi que le dégout, la rage et l’amertume d’un passé bien trop présent dans ma vie.

J’avançais mon arme au point, près à fondre sur le premier qui passerait, près à en découdre avec le premier qui tenterait de se mettre sur mon chemin. Les images des épreuves passées remontaient en moi par flot comme des vagues incessantes qui me noyaient à mesure dans ma propre hésitation. Comment oublier le mal qui vous brûle encore ? Qui chaque nuit alors que vous cherchez le repos remonte à la surface et vous rappel combien on vous a volé. Combien le bonheur est éphémère et surtout combien de vies en on pâties. Non ce message n’avait fais qu’éveiller la part la plus sombre de ma vie et mit à jour la colère qui ne demandait qu’à fondre sur tout ce qui m’entourait.

J’étais donc sorti après avoir relus l’adresse, l’heure et les détails de ce rendez-vous avec la vampire. J’avais mis le temps nécessaire pour prendre un à un les instruments qui me servirais pour annihiler ma rage. Et postai ma voiture à plusieurs kilomètres du point de rendez-vous en vue d’une mise à mal des tout autres qu’elle. Après quelques mètres les ombres se dessinaient doucement sur les toits, m’indiquant parfaitement que j’avais misé juste, que la zone des docs était toujours aussi infecté de ces monstres. En temps normal avec la tête plus froide je ne me serais jamais aventuré en terrain aussi découvert. Jamais je n’aurais été me fourrer dans un nid aussi rempli, mais je n’étais pas en temps normal. Je me foutais des dommages et me tapais totalement des dangers que mon être pouvait subir. La douleur était étonnamment une addiction physique soulageant quand la rage est telle que vous avez mal dans vos entrailles. N’avez-vous jamais par colère mis un coup puissant dans un mur, un meuble ou un panneau et senti un soulagement instantané ? Voila ni plus ni moins le besoin que j’avais en cette minute.

Après quelques mètres, le premier vampire arriva entouré de plusieurs autres, sans palabre je sortis pointer mon arme sur le crane du plus jeune et tirai une balle de bois qui le mis k.o. direct. Alors que ces acolytes bondissaient dans une rapidité purement vampirique sur moi, envoyant valser l’arme à plusieurs mètres de moi et me faisant tomber net dos au sol. Sans attendre une deuxième salve, je sortis mon second pistolet et visai un second vampire lui brisant au passage un genou. La stupeur me laissa donc un temps pour me redresser et voir venir le troisième. Mais mon arme sans doute sous le choc du coup que j’avais pris un peu plus tôt s’enrailla. Dans un grognement d’agacement je me relevai et fis mine de me rendre alors que le troisième et dernier vampire se mit à avancer d’un pas mesuré, assuré de sa victoire. Doucement sa main se stoppa sur ma gorge me soulevant du sol, alors que la douleur encore présente de mes côtes me coupa le souffle. Cette douleur je l’avais souhaité, je l’avais désiré ardemment et elle arrivait à point fermé, éveillant à présent un désir de survie. Une sorte de rage de vie, de revanche. Doucement je glissai ma main sur l’étui de mon couteau d’ébène. Je pouvais sentir poindre le sang sous le pansement de mes côtes, alors que mes doigts serraient la crosse de l’arme. Le vampire amusé par sa puissance soudaine m’envoya danser contre le mur, toisant ses comparses, l’un cherchait à sortir la balle logée dans sa jambe. L’autre toujours inanimé au sol semblait être enfin à sa place.

« Non mais tu pense vraiment que je vais me laisser valser comme une marionnette et attendre que tu en ai marre pour fuir ou tenter d’en finir ? Sais-tu seulement à qui tu as à faire abruti ! »

Le vampire ne daigna même pas me répondre, affichant un large air de je m’en tape tu peux rien faire sur la tronche. Sans attendre ma main sortit le couteau et le lançai droit entre ses deux yeux, visiblement ce dernier n’avait pas autant d’expérience que cela, car il aurait en temps normal du arrêter l’arme, mais je n’allais pas m’en plaindre.

Mon regard se braquait alors sur le dernier encore conscient.

« Deux options pour toi, tu bouges, t’es mort, tu bouges pas, t’es raide, mais ce sera rapide » je récupérai le couteau et le plantai sans ménagement dans le thorax du vampire. Je fis de même avec le second et récupérai finalement les deux armes avant de me stopper près du dernier survivant.

« Voila un souci, la balle que tu tentes de sortir est une saloperie explosive. Donc plus tu la tripotes de tes doigt poêlés, plus elle se fige un peu partout dans ton cadavre sur pattes. Le problème c’est que si tu survis et c’est peu probable. Ta jambe ne se soignera jamais à moins de la couper. Donc je pense que je vais te faciliter un peu la vie. »

J’attraper un simple crayon a papier et le planter entre ces deux yeux, ce qui eu l’effet escompter de le faire dormir. Amusé et toujours aussi en colère, je pris la crosse de mon couteau et arrachai les canines du vampire avant de retirer le petit crayon qui l’avais mis ko. Me redressant j’attrapai mon zippo et la petite fiole d’essence avant d’aller enflammer les deux morts. C’est le moment que choisit le dernier pour se réveiller et se mettre à hurler face à la réalité qui lui sautait au visage.

Sans prendre attention à ce dernier, à présent aussi dangereux qu’un enfant avec un hochet, je finis mon œuvre avant d’enfin reporter mon attention à ce crétin.

« Tu connais Drew ? » Il sembla hésité un moment avant de me faire signe que non. « Ok, donc pas la peine que tu survive plus longtemps. » Je laissai donc glisser au sol un pieu. « Voila le deal, suicide toi, ou va boiter auprès de Drew… Et fais lui ce petit message d’Alex : je l’attends dans trois jours dans le parc… oh et s’il ne vient pas je comprendrai qu’il est bien aussi lâche qu’il y semble ».

Je me détournai et repris le chemin vers le port où ma nouvelle alliée semblait vouloir me rencontrer. Voila bien une alliance qui me semblait branlante, mais à présent que ma colère était un peu apaisée, je pouvais écouter son offre. Je me doutais d’après ses mots que l’idée ne l’enchantait pas plus qu’à moi. Mais visiblement elle avait eu vent de ma contribution à la mort de la mère de Kat. Au point où elle connaissait le pouvoir de mon pendentif et avait laissé sous-entendre qu’elle avait deviné ma capacité. Elle avait donc laissé planer assez de doutes et informations pour que je me rende au rendez-vous et évidemment elle avait su appuyez assez sur des points douloureux pour que je me foute autant en colère.

Apres quelques détours entre des caténaires près à l’expédition, j’arrivai sur le parking qui donnait sur la zone commerciale du port. Zone déserte à cette heure-ci, enfin pas tant que cela car déjà je pouvais à nouveau pressentir la présence qui m observait depuis l’altercation provoquée.

« Bonsoir Thais » Clamais-je sans détour alors que je me figeai face au rivage sombre.


Alex K. powell



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mystere-de-mystic-fa.vampire-legend.net/
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 27

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: {Alex K. Powell & Thaïs V. Roosevelt} Quand le feu et la glace ce croise ... Sa donne des étincelles ! Jeu 7 Juin - 20:22


Le Feu et La Glace
Thaïs V. Roosevelt & Alex K. powell


Je devais reconnaitre que l’arrivée d’Andrew à Coventry n’était pas prévue au programme. Était-il là parce qu’il me cherchait ? Avait-il d’autres plans, d’autres projets ? Je devais mener ma petite enquête, et avait d’ailleurs déjà commencé. Et cette enquête m’avait menée, étonnement, vers un chasseur. Un chasseur dont j’avais d’ailleurs déjà croisé la route alors que je portais une autre identité et avait fait pas mal de dégâts. Se souviendrait-il de moi ? Je serais bientôt fixée, car j’avais rendez vous avec lui ce soir. Lui qui, me direz vous ? Alex Powell.

Je lui avais déposé une lettre dans sa boite à lettre. Bien sur, j’avais bien réfléchis avant de déposer cette lettre lui proposant une alliance. Sa réputation le précédait, si bien que je devais bien préparer mon coup avant de le contacter ou de le rencontrer, afin de ne pas me précipiter dans un piège qu’il pourrait me tendre, profitant de cette occasion bien trop belle de finalement se débarrasser de celle qui décimait les rangs des chasseurs depuis trois siècles. Enfin, ça, personne ne le savait, c’était l’un de mes nombreux secrets. Je m’étais donc renseignée sur son compte, apprenant ainsi qu’il vivait en colocation avec sa cousine, Aria, qu’il était doté d’une sorte… d’instinct, ce qui expliquait qu’il soit un chasseur si redoutable. Et j’avais également appris, et ce détail était le plus important, qu’il avait un passé commun, tout comme moi, avec ce cher Andrew. Ils avaient été amis, mais Andrew avait fini par manipuler le chasseur pour arriver à ses fins, provoquant la mort d’une sorcière et qu’il possédait tout comme moi un pendentif un peu particulier, bien que ses pouvoirs soient bien différents de ceux du miens, que lui avait donné cette même sorcière.

J’avais, bien entendu, joué de tout cela pour le pousser à venir au rendez vous que j’avais fixé sur les quais. Je voulais discuter d’une alliance afin de se débarrasser d’un problème commun. Une sorte de trêve entre un vampire et un chasseur, en somme, le temps de se charger du cas bien plus important d‘Andrew. Ne connaissant que trop bien les chasseurs, pour leur avoir moi-même donné la chasse plus que de raison, je restais cependant tout de même sur mes gardes afin de détecter le moindre signe d’embuscade. J’avais d’ailleurs pris soin d’arriver bien en avance afin d’être la première arrivée sur les lieux et m’étais posée sur l’un des contenais prêts pour l’embarquement le lendemain afin d’avoir une vue d’ensemble sur les quais.

J’avais bien remarqué, à mon arrivée, une bande de vampires mais n’y avait pas prêté attention. Je n’accordait de toute façon aucune affection particulière à ceux de mon espèce, si ce n’est pour les quelques amis que je m’étais fais ces trois derniers siècles. Du moment qu’ils ne venaient pas mettre leur nez dans mes affaires, qu’ils vivent leur vie, ça m’était totalement égal. Bon, si vraiment ils commençaient à me déranger, je les éliminerai sans aucun état d’âme, mais pour l’instant, ils se comportaient surtout comme une bande d’idiots. Je jetais régulièrement des coup d’œil à ma montre, guettant l’heure du rendez vous, espérant qu’Alex ait décidé de venir écouter ce que j’avais à lui proposer, quand un bruit de coup de feu attira mon attention. La joyeuse petite bande de vampire serait-elle tombée sur celui que j’attendais ? Désireuse de le voir à l’œuvre si jamais il s’agissait de lui, histoire de voir de mes propres yeux à qui j’avais à faire.

Je descendis donc sans un bruit du dessus de mon container, et me rendit rapidement sur les lieux, demeurant à l’abri des regards, au moment même où l’un des vampires envoyait valser Alex ce qui ne sembla pas décourager le chasseur, qui se tira rapidement de cette mauvaise passe et régla le compte des vampires les uns après les autres, sans pitié. En d’autres circonstances, l’affronter aurait représenté un challenge, mais aujourd’hui j’avais d’autres choses en tête.

Avant qu’il n’ait le temps de quitter les lieux, je rejoignis notre lieu de rendez vous. Le bon point, c’est qu’il semblait réellement être venu seul, mais je pris tout de même un instant pour vérifier que personne ne se trouve dans le coin, qu’il s’agisse de chasseurs, ou des sbires de Drew. Si il venait à découvrir ce que je manigançais, il y a de fortes chances que je finisse quelque peu… Contrariée. J’entendis Alex arriver alors que j’étais encore en train de faire mon petit tour de surveillance et il me tournait le dos, faisant face à la mer, lorsque je revins dans sa direction. Il devait avoir senti ma présence, car il me salua d’un « Bonsoir Thaïs ». Je m’arrêtais à quelques mètres derrière lui. « pas mal ta petite performance là bas. En d’autres circonstances, on aurait pu bien s’amuser tous les deux. » répondis-je avec nonchalance. Il était clair, au ton de ma voix, que la mort des vampires m’était totalement égale. Ils n’étaient qu’une bande d’idiots inutiles, et j’avais d’autres chats à fouetter. « Je n’étais pas sure que tu viendrais » Ajoutai-je, d’un air détaché, comme si l’affaire qui nous amenait ici était aussi peu inquiétante que la pluie annoncée pour le lendemain.




Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 623
date de naissance : 21/12/1987
date d'inscription : 13/05/2012
age : 30
avatar
Alex K. Powell
MessageSujet: Re: {Alex K. Powell & Thaïs V. Roosevelt} Quand le feu et la glace ce croise ... Sa donne des étincelles ! Jeu 7 Juin - 21:51

Mes yeux ne se détachaient pas du rivage, chaque sens à son apogée, je pouvais voir chaque possibilité défiler, chaque attaque, chaque mouvement. Au loin un phare semblait se jouer de la grève, faisant scintiller les vagues alors que quelques lumières vacillaient au large seule preuve de vie nocturne et marine.

Ses pas assurés faisaient écho au chant des mouettes qui semblait n’attendre qu’un mouvement pour fondre sur le ruban marin qui me faisait encore face. L’odeur encore présente de poisson laissait entendre que même la pluie matinale n’avait pas suffi pour effacer les traces d’une pèche savamment menée par un chalutier à présent bien loin de Coventry. Entre chaque pas, chaque mouvement félin de la vampire, je pouvais imaginer la retenue qu’il lui fallait pour ne pas apparaitre trop présente ou simplement trop intéressée par notre rencontre. La lune à présent pleine semblait vouloir tendre son halo jusqu'à nous pour nous inviter dans son sillage et nous rappeler que bien loin de notre simple présence d’autre dangers pouvaient à tout moment fondre sur nous. Je ne m’en inquiétais cependant pas outre mesure, après tout j’avais rendez-vous avec une vampire d’âge mure et me doutais que même ce détail avait du être étudier de près. Les loups moins bon nageurs que coursiers n’allaient pas perdre leur temps ici.

« Pas mal ta petite performance là-bas. En d’autres circonstances, on aurait pu bien s’amuser tous les deux. »

Un sourire narquois traversa mon visage alors que je ne laissais passer aucun mouvement, mon corps était mon arme, pas question que je lui montre la moindre faiblesse.

« C’est toujours envisageable … » murmurais-je sachant qu’elle pouvait entendre la moindre syllabe, le moindre souffle que ma bouche laissait échapper.

« Je n’étais pas sure que tu viendrais » reprit-elle sans relever ma petite répartie. Ce que j’appréciais avec les vampires plus âgés c’est qu’ils arrivaient à une maitrise d’eux digne d’un bouddhiste. Evidemment j’affectionnais particulièrement les combats, à la fois instructifs et rocambolesques, ils avaient du piment que je ne trouvais jamais chez leurs acolytes plus jeunes.

« Je n’allais pas rater un rendez-vous avec une aussi grande admiratrice » Dis-je en me retournant tranquillement. « Ce que je ne comprends pas par contre c’est qu’est-ce qui me pousserait à jouer dans le même camp que toi, après tout lui ou toi vous êtes bien pareil dans le font non ? »

Mon regard se figea sur le siens, intrigué, elle me semblait familière. Je n’arrivais simplement pas à me rappeler d’où, mais une bonne mise à jour dans mon journal dès mon retour répondrait à mes interrogations. A moins que …

« Si tu commençais par jouer franc jeu et me dire d’où je te connais ? »

J’aimais le port, la lumière était présente tout en restant tamisée, laissant une sorte d’intimité qui pouvait abriter autant les batailles que les amants. Ici tout était savamment mit en place pour que rien ne transperce hors de ces lieu. Comme si nous nous trouvions dans une sorte de bulle.

J’aurais aimé que les vagues emportent avec elles ma mauvaise humeur, la colère qui m’avait tout au long de la journée assaillie. Mais visiblement les mots pausés dans sa missive avaient éveillés en moi les démons que je tentais jour après jour de garder secrète derrière le masque que je m’étais construit. Evidemment elle ne devait se douter de ce fait. Mais elle avait su piquer ma curiosité en détaillant le lien que j’avais si bien caché avec Drew et mon propre secret dévoilé à demi-mesure.


Alex K. powell



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mystere-de-mystic-fa.vampire-legend.net/
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 27

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: {Alex K. Powell & Thaïs V. Roosevelt} Quand le feu et la glace ce croise ... Sa donne des étincelles ! Ven 8 Juin - 0:10


Le Feu et La Glace
Thaïs V. Roosevelt & Alex K. powell


Le port n’était pas l’endroit où je me sentais le plus à l’aise. Oh, pas que j’ai quoi que ce soit contre les docks, l’odeur de poissons, la mer, et les pécheurs, non. Mais je préférais la forêt. Là bas, j’étais dans mon élément. Sauf que ce soir, c’était la pleine lune, et choisir la forêt comme point de rendez-vous avec Alex aurait été inconscient et stupide. Et je ne suis ni l’un, ni l’autre. Hormis lorsqu’on me pousse à bout, auquel cas je ne répond plus de mes actes mais il faut vraiment pousser le bouchon très loin, tout ce que je fais est réfléchis. Je ne fais rien par hasard, avec les années, c’était devenu une seconde nature. Ou alors, il faut vraiment que je m’ennuie et n’ai rien à faire. J’avais donc volontairement choisi le port car à l’heure où j’avais donné rendez vous à Alex dans mon courrier, il serait désert, l’endroit serait assez calme pour que j’entende approcher un quelconque curieux, et on avait peu de chances de voir débarquer un loup garou qui préféraient la forêt pour leurs sorties mensuelles les soirs de pleine lune.

Alex ne daigna pas immédiatement me faire face lorsque je m’approchais de lui. Peu importait, même le fait qu’il s’était contenté de murmurer « C’est toujours envisageable … » n’était pas le moins du monde gênant. Je l’entendais aussi clairement que si il s’était trouvé face à moi et avait parlé d’une voix forte et claire, et ce malgré le son des vagues, du vent, des mouettes, et les bruits plus distants de la ville. Et il était vrai qu’une confrontation était toujours envisageable, si notre petite rencontre ne tournait pas comme prévu. J’y étais préparée, même si je préférais que nous parvenions à trouver un terrain d’entente.

« Je n’allais pas rater un rendez-vous avec une aussi grande admiratrice » Fit le chasseur en se retournant doucement vers moi. Admiratrice ? Si ce terme pouvait lui faire plaisir, soit. Je n’allais pas m’attarder sur un détail aussi insignifiant. Un faible coup de vent me renvoya une odeur familière : celle du sang. Apparemment, Alex avait été blessé pendant la bagarre. Il avait de la chance que je me maitrise, un vampire plus jeune lui aurait littéralement sauté à la gorge en de telles circonstances. Enfin, pour ça il aurait déjà fallu qu’un vampire plus jeune ait l’audace de donner rendez vous à un chasseur, et ce n’était pas prêt d’arriver. Je tâchais donc de faire abstraction de l‘odeur de sang, pour me concentrer sur notre échange. Je n‘avais pas soif, de toute façon, ayant prit soin de me nourrir jusqu‘à plus soif avant de partir, afin d‘être prête à une éventuelle confrontation entre le chasseur et moi. « Ce que je ne comprends pas par contre c’est qu’est-ce qui me pousserait à jouer dans le même camp que toi, après tout lui ou toi vous êtes bien pareil dans le fond non ? » Ajouta-t-il, me faisant finalement face. C’était une bonne question, et j’avais des arguments déjà tout prêts.

Lorsque son regard tomba sur moi, il sembla cependant intrigué. Malgré la lumière tamisée crée par les quelques lampadaires qui entouraient le parking, j’y voyais parfaitement, si bien qu’aucune expression de son visage ne m’échappait. « Si tu commençais par jouer franc jeu et me dire d’où je te connais ? »

La réponse était évidente. Pour moi, en tout cas, elle l’était. Il était le cousin de Kaleb, un homme - ou plutôt, comme je l’avais découvert par la suite, un loup garou - que j’avais fréquenté lors d’une de mes nombreuses manipulations destinées à anéantir un clan de chasseurs de sorciers, six années plus tôt. Je me faisais appeler Savannah, à cette époque Nous nous étions fréquentés plusieurs mois et en d’autres circonstances, il aurait réellement pu se passer quelque chose de réel entre nous. Seulement voilà, mon cœur n’appartenait qu’à un seul homme, et celui-ci était décédé il y a des siècles et même si j’avais essayé de passer à autre chose, j’en étais totalement incapable. Tout ça pour dire que pendant les mois où j’avais fréquenté Kaleb, j’avais croisé Alex à plusieurs reprises. Je ne lui avais pas prêté réellement attention, mais je ne l’avais pas oublié. Apparemment, le souvenir qu’il gardait de moi n’était pas très clair car bien que je lui sois de toute évidence familière, il n’arrivait pas à me replacer dans son histoire. Tant mieux, ça n’était pas plus mal. Je n’étais pas là pour me plonger dans les souvenirs de mon passé, pas dans ceux là en tout cas.

« Et si on évitait de s’attarder sur les détails sans importance, et qu’on en venait directement au fait ? » proposai-je, bien que ça ne soit en aucun cas une question. Je fis quelques pas dans sa direction et ajoutai, en revenant à sa première question « Crois moi, l’idée de m’allier à un chasseur ne m’enchante pas plus que toi. Mais tu connais bien Andrew, et moi aussi. Depuis très longtemps. Et je pense qu’il posera des problèmes bien plus graves que moi ici. La preuve, avant ma lettre tu n‘avais même pas encore entendu parler de moi. » Expliquai-je, me mettant à longer tranquillement le quai, mes talons claquant sur le béton au rythme de mes pas. « Je sais que ta famille possède pas mal de reliques magiques. J’en possède également, dont une en particulier sur laquelle il aimerait bien mettre la main et crois moi que si il y arrive et trouve un moyen de s’en servir - ce qui est quasiment impossible, mais on ne sait jamais - tu n’auras plus aucune chance face à lui. » Je fis demi tour à quelques mètres de là, me retournant de nouveau vers lui. « Car figure toi, je suis loin d’être comme Drew. Je ne tue aucun innocent et faire le mal n’a jamais été mon truc, même si je ne suis, tu t‘en doutes, pas un ange non plus. Alors comme on a des intérêts communs dans cette histoire, je suis certaine qu’on pourrait trouver un terrain d’entente. » fis-je finalement, rivant mon regard dans le sien, attendant sa réaction.

Je lui laissais le choix, le but n’était pas de le forcer mais de le convaincre. C’est une alliance qui ne serait facile à gérer ni pour lui ni pour moi, vu la haine qui liait son clan et mon espèce, mais si cela pouvait nous mener à la destruction de Drew, alors j’étais prête à faire quelques concessions.




Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 623
date de naissance : 21/12/1987
date d'inscription : 13/05/2012
age : 30
avatar
Alex K. Powell
MessageSujet: Re: {Alex K. Powell & Thaïs V. Roosevelt} Quand le feu et la glace ce croise ... Sa donne des étincelles ! Lun 11 Juin - 23:14

Qu’est que je foutais là franchement ? Ok j’étais sur ma zone de chasse, ici tout était à mon avantage et je me doutais qu’elle avait fait ce choix pour m’inspirer la confiance. Mais franchement une alliance avec un vampire, voila bien longtemps que j’avais pas eu à parler avec l’un d’eux plus que de simples banalités de combats et je ne le regrettais pas vraiment. Doucement j’analysais les différentes possibilités, sachant que la zone était un vrai champ de mine et que ma saloperie de blessure venait de se ré-ouvrir. Je me doutais qu’elle n’allait pas tomber sous le charme. Surtout connaissant aussi bien ma réputation, elle se doutait donc bien que malgré l’odeur, mon sang ne lui serait que néfaste.

« Et si on évitait de s’attarder sur les détails sans importance et qu’on en venait directement au faits ? »

J’acquiesçai, en effet plus court serait la rencontre mieux je m’en porterais, je me mis donc à chercher moi-même d’où je connaissais ce minois. Bien que sérieusement attirante, je savais que la plupart de ces vampires étaient aussi venimeuses qu’envoutantes. Et aussi belle qu’elle fut, elle ne m’inspirait qu’une furieuse envie de la décapiter. Etait-ce son air hautain ? Ou sa voix, sa démarche, non j’avais le sentiment qu’elle était dangereuse et aussi mauvaise que mon ex ami. Pourquoi ? Je n’arrivais à le déterminer. Mais je finirai bien pas trouver. Après tout je ne tenais pas un journal pour le plaisir d’écrire.

« Crois-moi, l’idée de m’allier à un chasseur ne m’enchante pas plus que toi. Mais tu connais bien Andrew, et moi aussi. Depuis très longtemps. Et je pense qu’il posera des problèmes bien plus graves que moi ici. La preuve, avant ma lettre tu n‘avais même pas encore entendu parler de moi. »

Et voila le premier désaccord qui se pointait alors qu’elle m’avait à peine sortie sa première tirade. Je n’avais jamais entendu parler d’elle c’est certain. Mais bizarrement sa tête ne m’était vraiment pas inconnue. J’avais déjà croisé sa route, mais le souci avec ces vampires c’est la datation, le contexte. Elle gardait ses traits et je pouvais l’avoir rencontré à l’âge de quatre ans comme à celui de quinze.

. « Je sais que ta famille possède pas mal de reliques magiques. J’en possède également, dont une en particulier sur laquelle il aimerait bien mettre la main et crois-moi que s’il y arrive et trouve un moyen de s’en servir - ce qui est quasiment impossible, mais on ne sait jamais - tu n’auras plus aucune chance face à lui. »

Je fronçai doucement les sourcils alors que pas après pas elle venait se poster près de moi, comme un élève bien sage, j’écoutais ses arguments.

« Car figure-toi, je suis loin d’être comme Drew. Je ne tue aucun innocent et faire le mal n’a jamais été mon truc, même si je ne suis, tu t‘en doutes, pas un ange non plus. Alors comme on a des intérêts communs dans cette histoire, je suis certaine qu’on pourrait trouver un terrain d’entente. »

Je tapai machinalement des mains, mimant presque une ovation. Ok elle n’avait sans doute pas tord pour certains points mais elle pouvait aussi dire qu’elle n’avait pas plus de chance que moi, tenter de me diminuer à cause de mon statut d’humain était désormais courant et presque amusant. Ok je ne prétendais pas être plus fort, plus rapide ou plus quoi que ce sois qu’un vampire, un loup ou un autre. Mais je n’étais pas non plus assez con pour me laisser bouffer, tuer ou autre. J’avais appris à tuer, comme on apprend à respirer, j’avais même appris mes faiblesses avant de savoir lire. Alors me diminuer, elle n’était pas la première et ne serait pas la dernière. Mais franchement ce soir, j’avais pas envie d’écouter de telles conneries, sois elle jouait franc jeu, sois elle pouvait aller trouver un allier ailleurs.

« Bravo, très charmant discourt. Bon allez on arrête ces conneries. Tu veux combattre cette ordure pas de souci, je suis ton homme, mais seulement quand je saurai d’où je te connais, car même si j’ai jamais entendu parler de toi, je sais pertinemment qu’on se connait. » Je récupérai dans ma poches un tube de médicament et en avalai un afin de stopper l’hémorragie. « Je suis ok pour la fin, t’as peut-être l’allure d’un ange, mais tu n’en est pas un, pour ce qui est de tes préférences alimentaires, j’en sais rien, mais je doute que tes critères du bien et du mal soient les mêmes que les miens. » Je replaçai le tube dans ma poche frôlant mon couteau du poignet. « Tu veux que ça se fasse vite, ok commence par répondre à ma question. Ou reprend tes belles paroles et bye, j’ai mieux à faire et je pense que ma durée de vie devant Drew est le cadet de tes soucis, donc tu as forcément besoin de mon aide, vu que la tienne doit paraitre bien plus élevée »


Alex K. powell



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mystere-de-mystic-fa.vampire-legend.net/
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 27

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: {Alex K. Powell & Thaïs V. Roosevelt} Quand le feu et la glace ce croise ... Sa donne des étincelles ! Mar 12 Juin - 16:10


Le Feu et La Glace
Thaïs V. Roosevelt & Alex K. powell


Alex n’était pas sensé garder de souvenirs de moi. J’avais fait en sorte que ça n’arrive pas il y a des années de ça, pour son bien. Eh oui, il avait eu raison, ce n’était pas la première fois que l’on se croisait lui et moi, nous nous étions en fait croisés à plusieurs reprises. Et il avait bien changé depuis notre première rencontre ou le tout jeune chasseur, encore un enfant, qu’il était m’avait sauvé la vie. Aujourd’hui, sa réputation de chasseur redoutable et impitoyable le précédait. Quand à ma réputation à moi… Je m’évanouissais toujours aussi vite que j’étais apparue, ne laissant jamais la possibilité à qui que ce soit de me faire prisonnière ou de suivre ma trace.

Réclamer une alliance avec un chasseur n’était généralement pas mon style. En fait, je ne m’alliais jamais avec qui que ce soit en temps normal, ne faisant confiance qu’à peu de personnes en dehors de moi-même. La situation était donc vraiment inhabituelle, et elle l’était probablement également pour lui. Mais a problèmes exceptionnel, solutions exceptionnelles. Andrew représentait une menace qui n’était pas à prendre à la légère et si il était infecté par un démon, comme je le soupçonnais, mieux vaudrait s’en occuper au plus vite ! Mais comme je m’en doutais, Alex n’était pas un interlocuteur des plus faciles à convaincre.

« Bravo, très charmant discours. Bon allez on arrête ces conneries. Tu veux combattre cette ordure pas de souci, je suis ton homme, mais seulement quand je saurai d’où je te connais, car même si j’ai jamais entendu parler de toi, je sais pertinemment qu’on se connait. » Dit-il après avoir salué mon discours d’une sorte d’applaudissement que je savais ironique. Il sorti quelque chose de sa poche et en avala le contenu avant d’ajouter : « Je suis ok pour la fin, t’as peut-être l’allure d’un ange, mais tu n’en est pas un, pour ce qui est de tes préférences alimentaires, j’en sais rien, mais je doute que tes critères du bien et du mal soient les mêmes que les miens. » Ca, c’était certain. Mais au fond, les limites entre le bien et le mal sont bien moins définie que ce que l’on peut penser. Dans la vie, tout est affaire de point de vue et sans être la créature la plus vertueuse à se balader sur cette bonne vieille planète, je ne pouvais pas non plus me vanter d’être la plus mauvaise non plus. « Tu veux que ça se fasse vite, ok commence par répondre à ma question. Ou reprend tes belles paroles et bye, j’ai mieux à faire et je pense que ma durée de vie devant Drew est le cadet de tes soucis, donc tu as forcément besoin de mon aide, vu que la tienne doit paraitre bien plus élevée. » Fit-il finalement. Il n’était à l’évidence pas prêt à lâcher le morceau. Oh, après tout, il finirait bien par savoir la vérité, alors pourquoi jouer les cachottières ?

« Bien. Tu veux des réponses ? Ok. » Répondis-je, reprenant ma route vers lui. « Oui, on s’est déjà rencontrés. A vrai dire, on s’est rencontré plusieurs fois. Quand tu étais gosse et que tu chassais avec ton père, par exemple. Ou encore quand je fréquentais ton loup-garou de cousin. Savannah, ça te rappelle quelque chose ? » Demandai-je, arquant un sourcil interrogateur. « Mais contrairement à ce que tu crois, je n’accorde pas d’importance à ta vie qu’à la mienne. Si c’était le cas, crois moi, ça ferait longtemps que j’aurais quitté le pays pour fuir Andrew au lieu de chercher un moyen de me débarrasser de lui. De plus… J’ai une dette envers toi, même si tu ne t’en rappelle pas. » Ajoutai-je, m’arrêtant face à lui. « A la base, je suis revenue à Coventry pour protéger ma famille, tout comme tu es là pour protéger Aria. Et avec Andrew dans le coin, ça risquerait d’être plus compliqué. Je ne pense pas avoir à t’expliquer comment il fonctionne, tu as déjà pu le voir à l’œuvre. » Fis-je remarquer. J’étais au courant de l’attaque contre sa cousine et la mort de son cousin, et bien que tuer des chasseurs était dans mes habitudes, je n’étais pas responsable de ces deux attaques. « Si tu ne me crois pas sur parole, cependant, je peux toujours lever le sort que je t’ai jeté en te donnant cette bague. » proposai-je, désignant la bague qu’il portait. « De cette manière, tu pourras voir par toi-même que je ne te mens pas. »




Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 623
date de naissance : 21/12/1987
date d'inscription : 13/05/2012
age : 30
avatar
Alex K. Powell
MessageSujet: Re: {Alex K. Powell & Thaïs V. Roosevelt} Quand le feu et la glace ce croise ... Sa donne des étincelles ! Mer 20 Juin - 23:32

« Bien. Tu veux des réponses ? Ok. » Répondit-elle, reprenant sa route vers moi « Oui, on s’est déjà rencontrés. A vrai dire, on s’est rencontré plusieurs fois. Quand tu étais gosse et que tu chassais avec ton père, par exemple. Ou encore quand je fréquentais ton loup-garou de cousin. Savannah, ça te rappelle quelque chose ? »

J’arquai un sourcil, « Loup de cousin ? Attends elle divague ou quoi ? De quel cousin parle-t-elle ? » J’en avais que deux et l’un comme l’autre avaient tout de mort pour moi. J’en avais même fais mon deuil, Kall avais disparu peu de temps avant la mort de mon père et l’hospitalisation de ma mère, on avait passé des nuits à chasser, à le cherchez. Ma famille pensait qu’il faisait même partie des victimes de la famille Bennett, les chasseurs de loups de la zone nord de Shannon. On avait souvent vu Kall avec l’un des fils Bennett, bien que ces derniers ne furent jamais vraiment des amis de notre famille on ne leur voulait aucun mal, ils chassaient que des loups et ne prêtaient aucune attention aux sorciers ou aux vampires, ce qui leur valu leur perte. Bref Kall n’était jamais réapparu. Aaron lui n’avait rien d’un loup et pour cause, il est mort des mains d’un vampire et n’a jamais eu le moindre souci à chasser les nuits de pleine lune des loups, que ce fut à mes côtés ou aux côtés de nos parents. C’est alors que le prénom de la petite amie de kall me revint. « Putain c’est impossible, comment se pourrait-il ? »

« Mais contrairement à ce que tu crois, je n’accorde pas d’importance à ta vie qu’à la mienne. Si c’était le cas, crois-moi, ça ferait longtemps que j’aurai quitté le pays pour fuir Andrew au lieu de chercher un moyen de me débarrasser de lui. De plus… J’ai une dette envers toi, même si tu ne t’en rappelles pas. » Ajouta t’elle, s’arrêtant face à moi. Ne me laissant pas le loisir de tenter une confirmation orale. « A la base, je suis revenue à Coventry pour protéger ma famille, tout comme tu es là pour protéger Aria. Et avec Andrew dans le coin, ça risquerait d’être plus compliqué. Je ne pense pas avoir à t’expliquer comment il fonctionne, tu as déjà pu le voir à l’œuvre. » Fit-elle remarquer, mes phalange se serrèrent instantanément, parler d’Aria revenait à toucher à une personne intouchable à mes yeux, ok elle était devenue une grande chasseuse. Mais elle n’en restait pas moins ma fragile petite cousine, j’avais lutté bien des fois pour sa survie et ma quête contre Drew en était une des plus importantes ?

« Si tu ne me crois pas sur parole, cependant, je peux toujours lever le sort que je t’ai jeté en te donnant cette bague. » Proposa t’elle, désignant la bague à mon doigt, c’est qu’elle me portait chance mais delà à dire qu’elle usait d’un sort ou me venait d’ailleurs que la fratrie sportive du collège était un peu abusé. « De cette manière, tu pourras voir par toi-même que je ne te mens pas. » Je devais avoir l’air furieux, même si il n’en était rien. J’étais stupéfait par ses mots et ne savais même plus par quel sujet commencer, mon cousin, ma cousine, la bague, Drew !

« Ecoutes ma beauté, c’est bien beau tout ça, mais entre mon cousin loup, ma cousine qui sait se défendre et cette ânerie sur ma bague, je me demande si c’est pas une belle couleuvre que tu compte me faire bouffer alors j’ai une offre à te faire, je t’aide pour mon ex-meilleur ami et tu m’aide pour deux ou trois missions qui me soulent. Enfin si tu sais faire autre chose que de semer le doute dans la tête des gens ou te balader sur des talons »

Mais alors que j’allais la questionner sur ce qu’elle venait de me déverser comme information. Une voiture s’approcha et rapidement le rayon de lumière rouge et bleu dansa sur toute la surfaces qui nous entourait.

« Super voila la cavalerie, t’as commandé du poulet ? » fis-je un brin irrité.

Mon tee-shirt couvert de mon propre sang, les armes n’allaient pas aider à une conversation simple avec ces crétins. Et évidement pas la peine de penser à fuir, leurs phare braqués sur nous ne laissaient aucune échappatoire discrète qui n’éveillerait pas une bonne chasse a l’homme.

« Bonsoir, contrôle d’identité, veuillez mettre vos mains en évidence s’il vous plais » L’ordre tout droit sorti d’un haut parleur venait de lancer un appel à la bouffe pour les jeunes vampires crétins du quartier. Alors que la belle à mes côtés sur ses échasses ressemblait à un ado que j’allais soustraire à ses parents. « Voila comment on passe pour un salop près à fondre sur un ado ».

« Bon, c’est parti, à toi d’être convainquant beauté » Murmurais-je sachant qu’elle entendait parfaitement


Alex K. powell



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mystere-de-mystic-fa.vampire-legend.net/
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 27

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: {Alex K. Powell & Thaïs V. Roosevelt} Quand le feu et la glace ce croise ... Sa donne des étincelles ! Sam 23 Juin - 23:06


Le Feu et La Glace
Thaïs V. Roosevelt & Alex K. powell


Sans entrer dans les détails, j’avais été relativement honnête. Il ne pourrait pas me reprocher de jouer les hypocrites, après tout. Quoi que même si je n’avais pas menti, rien ne lui prouvait réellement que je disais la vérité. Il devait me faire confiance et la confiance entre un vampire et un chasseur, ça n’est pas vraiment quelque chose de naturel. Mais je n’étais pas ici pour me jouer de lui. Je peux être très sournoise, mais je n’irais pas proposer une telle alliance pour ensuite me retourner contre lui. Ca n’était pas mon genre - même si je ne pouvais nier qu’il m’était arrivé maintes fois de me servir des gens pour arriver à mes fins. Dans cette histoire, nous serions tous deux gagnants. En fait, à part ses sbires, tout le monde serait gagnant si Andrew venait à disparaitre de manière définitive. Il voulait se débarrasser de cette épine dans le pied tout autant que moi, et rien ne le forçait à me supporter en dehors de nos petites missions communes.

« Ecoutes ma beauté, c’est bien beau tout ça, mais entre mon cousin loup, ma cousine qui sait se défendre et cette ânerie sur ma bague, je me demande si c’est pas une belle couleuvre que tu compte me faire bouffer alors j’ai une offre à te faire, je t’aide pour mon ex-meilleur ami et tu m’aide pour deux ou trois missions qui me soulent. Enfin si tu sais faire autre chose que de semer le doute dans la tête des gens ou te balader sur des talons » Et voilà. Niveau confiance, on avait décidément des progrès à faire. Et si il pensait pouvoir me siffler pour ses missions qui le ‘saoulent’ il se mettait le doigt dans l’œil. Je n’étais au service de personne, croyait-il vraiment que j’allais jouer les larbins ? Ca serait bien mal me connaitre. Enfin, il ne me connaissait pas, il ne le savait donc pas… Mais il aurait surement du s’en douter.

Un son de voiture attira soudain mon attention. Elle approchait, et je détournais machinalement mon attention vers l’entrée du parking pour y voir débarquer quelques instants plus tard une voiture de police, les gyrophares en route nous inondant d’une lumière rouge et bleue. Je soupirais et levais les yeux au ciel. Décidément, ils avaient toujours le don d’arriver au mauvais moments ceux là. Et ou étaient-il quand on avait besoin d’eux ? Jamais là, forcément.

« Super voila la cavalerie, t’as commandé du poulet ? » Dit-il, apparemment aussi irrité que moi de les voir débarquer. La lumière dispensée par les gyrophares faisait ressortir très nettement la tâche de sang sur le t-shirt d’Alex. La scène devait sembler plus que suspecte aux policier. Que pouvaient bien faire deux jeunes gens sur les quais à une heure pareille ? Eh bien, comploter pour tuer le patron-vampire d’une grande multinationale, pardi, quoi d’autre ? « Bonsoir, contrôle d’identité, veuillez mettre vos mains en évidence s’il vous plait » Dit l-un des policiers, sa voix résonnant à travers le haut parleur. « Ils sont sérieux là ? » Lâchai-je, agacée. Ils n’auraient pas pu descendre de leur voiture et venir directement nous voir, non ? Trop fatiguant ? Voulaient-il que je leur apporte mes papiers et leur glisse par l’entrebâillement de la fenêtre aussi, on ne sait jamais, des coups que je leur sauterai dessus ? Si ils voulaient ameuter tous les jeunes vampires inconscients du quartier, c’était la meilleure manière de s’y prendre. « Bon, c’est parti, à toi d’être convaincante beauté » Murmura-t-il, sachant pertinemment que je l’entendrai sans mal. Je lui adressais un sourire en coin, lui jetant un bref, regard, avant de me diriger vers la voiture, mettant mes mains bien en évidence afin que les policiers ne commencent pas à sortir leurs armes et à me tirer dessus en croyant que j’allais les attaquer. Ce serait une perte de temps et mieux fallait faire vite histoire qu’ils soient repartis avant que d’autres vampires ne débarquent. Si je ne leur ferait rien, de jeunes vampires, eux, ne cracheraient certainement pas sur de la bonne viande fraiche.

Les deux policiers sortirent simultanément de leur voiture, et je m’arrêtais, les laissant s’approcher. « Vos papiers mademoiselle, s’il vous plait. » Me dit l’un d’eux, le second se dirigeant vers Alex. Je fis mine de chercher dans mes poches, en profitant pour jeter un regard vers Alex, le policier attendant patiemment. Il n’eu pas à attendre bien longtemps pour une réaction de ma part même si il ne s’attendait certainement pas à ça.

En instant, je me retrouvais près de la voiture, le policier, que je maintenais fermement par le col de sa veste, plaqué sur le dos contre le capot de la voiture. Je ne prêtais guère attention à son collègue, que je pouvais voir sortir son arme du coin de l’œil alors qu’il me criait de lâcher son collègue. « Ecoutes moi bien. Tu es venu ici avec ton collègue, et tu n’as croisé personne. Rien à signaler. Et tu vas te dépêcher de remonter dans ta voiture et de vite partir loin d’ici avec ton accolyte, c’est bien clair ? » Dis-je, l’ignorant ostensiblement, maintenant fermement son collègue contre la voiture, le regard rivé dans le sien. « Rien à signaler… » Balbutia-t-il, l’air absent. « Bien. Maintenant, on passe à ton pote » Fis-je, me redressant.

Je fis volte face. Avant qu’il n’ait le temps de faire quoi que ce soit, je l’empoignais à son tour par le col, tenant fermement son poignet avec lequel il empoignait son arme afin qu’il ne puisse tirer ni sur moi, ni sur Alex, et dis, utilisant de nouveau mes pouvoirs « Pareil pour toi. Il n’y avait personne, t’as fais ton boulot et maintenant tu t’en vas bien sagement avec ton collègue. Et range moi ton jouet, tu pourrais blesser quelqu’un. » Dis-je avant de le lâcher.

L’effet fut immédiat, et le policier remis son arme à sa ceinture avant de rejoindre son collègue à sa voiture, passant devant Alex et moi comme si nous n’étions pas là. Je les regardais grimper dans leur véhicule et faire demi tour pour s’en aller avant de me retourner vers Alex. « Alors, étais-je assez convaincante à ton goût ? » Demandai-je avec un sourire narquois. Facile. Trop, même, ce n’était même pas amusant. Ce n’était pas pour rien si je préférais donner la chasse aux chasseurs. Eux, au moins, savaient se défendre. « bref, c’est pas le tout mais vu que t’as l’air d’être un peu en train de te vider de ton sang, on devrait peut être décamper avant que les jeunes idiots du coin ne débarquent, non ? Aller discuter ailleurs. » Proposai-je. M’occuper d’une bande de jeunes vampires totalement stupides ne me faisait pas peur mais ce n’était pas pour ça que j’étais là ce soir.




Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 623
date de naissance : 21/12/1987
date d'inscription : 13/05/2012
age : 30
avatar
Alex K. Powell
MessageSujet: Re: {Alex K. Powell & Thaïs V. Roosevelt} Quand le feu et la glace ce croise ... Sa donne des étincelles ! Dim 8 Juil - 22:39

Voila comment un rendez-vous des plus bizarres se transformait en spectacle digne d’un vrai film de grand écran. Des révélations, des flics sortis de je ne sais où qui tombaient pile au moment le plus amusant, bref tout était mis en place pour que mes nerf disent il y en a marre. Non mais je vous jure, j’étais là, avec un bombe aux crocs un peu trop pointus, entouré de ses ex meilleurs potes de poulets et le tout en me vidant de mon sang goute après goute comme un vrai sablier. Bref j’avais deux options, lui dire ok on se parlerait à l’ombre d’un palmier dès le lendemain, ou lui prendre la mimine et l’inviter à me suivre dans une bonne vieille chambre d’hôtel miteuse du port pour que je me soigne tout en écoutant les histoires magnifiques de mon enfance oubliée par un anneau magique que je portais pour je ne sais plus quelle raison. Bref le tout se ferait une fois que le poulet serait bien grillé. Je m’appuyai donc contre la benne la plus proche et regardai la petite bombe jouer de ses roulements d’œil.

« Ecoutes-moi bien. Tu es venu ici avec ton collègue, et tu n’as croisé personne. Rien à signaler. Et tu vas te dépêcher de remonter dans ta voiture et de vite partir loin d’ici avec ton acolyte, c’est bien clair ? » Dis-elle, après avoir mis en brochette le plus vieux poulet « Rien à signaler… » Balbutia-t-il, d’un air totalement grillé du casque, j’aurais même juré. « Bien. Maintenant, on passe à ton pote » Fit-elle, tout en bombant ses poumons plus qu’en valeur sous le nez des deux crétins.

Non sérieusement je sais pas ce que les humains trouvent aux vampires, blancs comme des linges, corps de marbre, cul bondés, iris papillonnants, lèvres rougeoyantes. Bref tout pour que le désir se mêle à une furieuse envie de fuir. Bref j’avais deux choix, écouter mon instinct et la laisser parler, écouter ma libido et la laisser parler et après tenter de finir la nuit sous d’autres formes d’amusement. Ou alors oublier le tout et ne pas ajouter une maitresse de plus dans le lot des conneries que je cumulais ces derniers mois. Bref toutes ces options cumulées finissaient toujours par moi et elle dans une chambre de toutes façons. Ce qui apparemment n’était vraiment pas une bonne idée vu que je ne la connaissais pas. Je rangeai donc dans un coin toute mes idées à la con et m’armai une dernière fois de patience attendant la fin du film.

« Pareil pour toi. Il n’y avait personne, t’as fais ton boulot et maintenant tu t’en vas bien sagement avec ton collègue. Et range moi ton jouet, tu pourrais blesser quelqu’un. » Dis-elle finalement avant de le lâcher.

Ces derniers finirent donc par prendre le large, nous laissant à nos occupations, sur le moment je me disais que ces cons devaient vraiment ajouter le thé à la verveine à leur menu, ça m’éviterait bien des sauvetages. « Alors, étais-je assez convaincante à ton goût ? » Demanda t’elle avec un sourire appuyé.

D’un geste impassible, je me redressai pour me mettre en route vers les quais où se trouvait le trou à rats qui allait à présent nous servir de planque pour parler. Je ne daignais même pas répondre à sa question, à son âge elle savait très bien manipuler les gens, surtout les hommes, la preuve en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, j’avais eu moi-même envie d’apprendre à mieux connaitre ses courbes. Enfin toujours est-il que ces crétins avaient bien mordu à l’appel des iris de la belle.

« bref, c’est pas le tout mais vu que t’as l’air d’être un peu en train de te vider de ton sang, on devrait peut être décamper avant que les jeunes idiots du coin ne débarquent, non ? Aller discuter ailleurs. » Alors que j’allais commencer à prendre le large.

« Allons a l’hôtel tu feras de l’œil au vieux crado qui le tient pour nous obtenir la suite nuptiale. » Claironnais-je pour seule réponse à sa répartie.

Mais dans le font je me demandais bien pourquoi elle tenait autant à me savoir vivant et à ses côtés dans ce combat, qu’avait-elle à gagner dans tout cela.

Tout en marchant sans bruit je pausai mon regard sur l’anneau et commençai à me demander si dans le font elle ne disait pas vrai, après tout j’avais plus d’une fois contre fait les ordres familiaux et cela m’avait bien souvent valu les foudres paternels.

« Ecoute Sexy girl, je sais pas si je suis vraiment celui que tu crois. Mais si c’est le cas j’aimerais assez que tu me rendes les souvenirs que tu m’as volé. » Je plantai mon regard dans le siens tout en ne m’arrêtant pas. « Si tu veux une alliance, va falloir qu’on joue franc jeu, j’ai quelques règles et certaines vont surement te faire grincer des canines .. » Lançais-je tout en me stoppant devant la double porte. « On en parlera en haut » Finis-je.


Alex K. powell



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mystere-de-mystic-fa.vampire-legend.net/
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 27

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: {Alex K. Powell & Thaïs V. Roosevelt} Quand le feu et la glace ce croise ... Sa donne des étincelles ! Mar 10 Juil - 20:13


Le Feu et La Glace
Thaïs V. Roosevelt & Alex K. powell


Je devais admettre que je n’avais pas choisi le meilleur coin pour notre petite entrevue. En temps normal, j’aurais choisi la forêt, dans laquelle j’avais toujours été bien plus à l’aise, mais pour un soir de pleine lune, les quais étaient une bonne solution de secours. Il ne m’avait pas fallu très longtemps pour régler notre problèmes avec ces deux policiers, qui étaient repartis aussi vite qu’ils étaient arrivés. Combattre une bande de vampires ne me poserait pas non plus de problèmes. J’étais plus âgée et donc plus forte et plus expérimenté, et mon collier me donnait un avantage considérable, mais Alex semblait bien moins en forme, bien qu’il ne se plaigne pas. Malgré l’obscurité, je pouvais le voir pâlir au fur et à mesure que le temps passait. Il était robuste cependant, je n’en doutais pas et lorsque je revins vers lui, lui proposant de trouver un autre endroit pour discuter, il se redressa, s’éloignant de la benne contre laquelle il était adossé. « Allons a l’hôtel tu feras de l’œil au vieux crado qui le tient pour nous obtenir la suite nuptiale. » Claironna-t-il avant de prendre la direction des quais.

Je savais où se trouvait l’hôtel dont il parlait, mais n’y avait jamais mis les pieds. Je possédais mon manoir, et n’avait donc pas besoin de chambre d’hotel. Surtout que tout mon bazar ne serait jamais rentré dans une petite chambre étriquée et que les hôtels miteux, ce n’était pas vraiment le genre d’endroits que j’avais l’habitude de fréquenter contrairement à certains de mes congénères. Je n’étais pas accro au luxe, mais il ne fallait pas non plus exagérer. Mais bon, je n’allais pas faire la difficile, pour ce soir, ça ferait l’affaire.

« Ecoute Sexy girl, je sais pas si je suis vraiment celui que tu crois. Mais si c’est le cas j’aimerais assez que tu me rendes les souvenirs que tu m’as volé. » Fit Alex alors que nous arrivions face à l‘hôtel qui se trouvait sur les quais. En entendant ce surnom, je ne pus m’empêcher de lever les yeux au ciel, mais je m’abstins de faire une quelconque remarque. « Si tu veux une alliance, va falloir qu’on joue franc jeu, j’ai quelques règles et certaines vont surement te faire grincer des canines… » dit-il ensuite, se stoppant une fois arrivés devant la double porte qui faisait office d’entrée à l’hôtel. « On en parlera en haut » Finit-il par ajouter.

« En voilà une bonne idée. » Rétorquai-je, poussant la porte pour entrer dans le petit hôtel. Je me dirigeais vers le comptoir de l’accueil, derrière lequel se trouvait un homme à l’hygiène plus que douteuse. Sans autres préambules, je sortis quelques billets de la poche arrière de mon jean et les posais face au gérant : « Votre meilleure chambre, s’il vous plait. ». Heureusement, l’intérieur de l’hôtel semblait un peu mieux entretenu que le gérant lui-même. Les femmes de ménages devaient être plus consciencieuses dans leur travail que lui avec son hygiène personnelle. J’aurais tout aussi bien pu le forcer à nous laisser entrer sans avoir à payer quoi que ce soit, mais je n’avais pas pour habitude d’utiliser mes dons de vampire à tord et à travers. « Et un kit de premiers secours, si vous avez ça sous la main. » ajoutai-je, jetant un bref coup d’œil à Alex.

L’homme prit l’une des clés sur le tableau derrière lui, apparemment il n’avait pas encore investi dans un système électronique mais il ne devait guère gagner beaucoup d’argent ici. Si je venais de débarquer en ville, je préfèrerais nettement aller dans un hôtel un peu plus respectable et mieux placé, en ville. Le gérant s’absenta une seconde, se rendant dans une autre pièce de laquelle il revint avec une trousse de premier secours. Je m’emparais de la clé sur laquelle était inscrit le numéro de la chambre ainsi que du kit, et pris la direction de notre chambre avec Alex. Je pris la direction de l’ascenseur avec le jeune chasseur et montait au deuxième étage. Une fois que l’engin fut stoppé sur le palier, j’ouvris la porte de la chambre pour laquelle je venais de payer et entrai dans celle-ci, laissant à Alex le soin de refermer la porte derrière lui pour aller me poser sur le lit.

« Donc. A propos du sort que je t’ai jeté, ça doit pouvoir se faire. Quand aux conditions, je t’écoutes. Ca ne veut pas dire que je les accepterai, mais ça vaut le coup d’essayer. » dis-je avant de lui faire signe de venir s’asseoir. « Mais d’abord, viens par là, histoire que j’essaye de te réparer un peu. Ca va être plus difficile de discuter si tu continue à te vider de ton sang au point de tomber dans les pommes. » J’avais l’habitude de devoir faire avec les moyens du bord. Avant ma transformation, j’aidais souvent ma mère quand celle-ci jouait les médecins de fortune dans notre petit village et bien que nous n’ayons jamais été équipées comme de véritables médecins, ma mère savait se montrer plutôt efficace. « Allez viens là. T’en fais pas, je vais pas te mordre. Je sais me tenir. » Ajoutai-je finalement.




Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 623
date de naissance : 21/12/1987
date d'inscription : 13/05/2012
age : 30
avatar
Alex K. Powell
MessageSujet: Re: {Alex K. Powell & Thaïs V. Roosevelt} Quand le feu et la glace ce croise ... Sa donne des étincelles ! Mar 10 Juil - 22:56

« En voilà une bonne idée ! » Lança-t-elle devant le pas de la porte. Avant de se déhancher vers l’accueil de l’hôtel. Un vieux mec mal entretenu à la limite du sdf se trouvait caché derrière l’officine, alors que je retins un rire face à ses yeux ronds en nous voyant entrer « Votre meilleure chambre, s’il vous plait. ». J’allai m’installer sur un fauteuil cousu de tapisserie rouge et or et récupérai un magasine où était écrit en grand le nom de deux stars du moment. Un large sourire traversa mon visage quand je lus le chapitre parlant du couple qui interprète une humaine et un vampire lumineux au soleil. Non mais franchement, le cinéma n’avait qu’à venir ici quelques jours et il trouverait bien mieux de mettre en scène. Pensais-je tout en écoutant l’homme balbutier quelques mots dans un mauvais anglais. « Et un kit de premiers secours, si vous avez ça sous la main. » ajouta t’elle, me jetant un bref coup d’œil. Aussitôt je me replongeai dans la contemplation des images de loups indiens et de vampires lumineux le tout affreusement lover avec une minette plutôt bien foutue, quoi qu’un brin squelettique. Après quelques pages, je me lassai et lançai le torchon sur la table basse. Avant de me relever pour rejoindre la vampirette qui venait de récupérer les clés et une trousse de secours. Toujours aussi silencieux je la suivis dans l’ascenseur et une fois de plus m’appuyer contre le miroir tout en écoutant la musique douteuse qui grésillait dans un haut parleur des années trente. Son parfum enivrait totalement l’habitacle minuscule du lieu avant de déboucher sur un étage aux couleurs tapageuses. Les murs couverts d’une épaisse tapisserie verte pomme surplombaient une moquette rouge vive, quelques tache de ça et là rappelaient que l’hôtel avait du vécu. D’instinct je cherchai du regard un point de sortie et du constater avec grimace que la seule sortie était couronnée de barreaux en fer forgé d’un autre âge. Dans mes souvenirs le lieu était magnifique, bon faut avouer que j’avais mis les pieds dans la bâtisse alors que j’avais tout juste huit ans. Ma mère avait fait ce choix particulier pour fuir mon père après l’une de leurs mille et unième bataille . J’appréciais ces moments de grâce à ses côtés, je n’avais plus à craindre d’être levé au milieu de la nuit pour une chasse ou parce que mon paternel bourré rentrait triomphal d’une chasse et tenait à ce que je voix la tête de sa proie ainsi que les artéfacts qu’’il avait récupéré.

C’est donc encore et toujours silencieux que je la suivis dans la chambre et passai la porte qu’elle avait laissé grande ouverte. Sans un bruit je la refermai et tirai la chaine qui formait notre seule rempart à toute éventualité. La contemplant installé nonchalamment sur le couvre-lit pour une fois de couleur crème et sombre. La chambre était tous ce qu’il y avait de plus impersonnel. Loin du décor offre à nos yeux de l’entre à cette petite pièce de dix mètres carré au plus. Une sorte de porte coulissante ouverte me laissait entrevoir la salle de bain qui apparemment n’avait elle non plus rien à envier aux films des années trente. Je me demandais même comment on pouvait encore trouver des bidets dans ces pièces qui de nos jours continuaient à se frotter le cul sur ces engins.

Le miroir face au couloir me permit de voir que mon haut n’avait plus rien de propre, mon sang avait recouvert une grande zone bleu-marine pour la muter en noir rouge un peu dégoutant. La douleur ne me tiraillait pas outre mesure. Mais la vue de la tache me laissa perplexe un bref instant. « Pourquoi cette merde ne se referme pas ? ça fait huit jours » grognai-je intérieurement. J’avais déjà eu des plaies semblables, même pire et pas une n’avait joué d’une résistant pareille.

« Donc, à propos du sort que je t’ai jeté, ça doit pouvoir se faire. Quand aux conditions, je t’écoute. Ca ne veut pas dire que je les accepterai, mais ça vaut le coup d’essayer. » dit-elle avant de me faire signe de venir m’asseoir. « Mais d’abord, viens par là, histoire que j’essaye de te réparer un peu. Ca va être plus difficile de discuter si tu continue à te vider de ton sang au point de tomber dans les pommes. »

Un sourire traversa mon visage tout en repensant à mes drôles d’idées sur le quai, elle et moi au lit, elle et moi ici à parler et au final elle et moi à parler, les trois pensées allaient donc se dérouler de toutes les façons. Est-ce pour me déplaire ou me plaire ? Des femmes, j’en côtoyais, je couchais avec beaucoup. Mais des vampires c’est une toute autre histoire. L’idée d’être le menu et le dessert ne m’enchantait gère.

. «Allez viens là. T’en fais pas, je vais pas te mordre. Je sais me tenir. » Ajoutait-elle.

J’avançai d’un pas et déposai ma veste sur le dossier d’une des deux chaises et me dirigeai vers la porte fenêtre pour ouvrir cette dernière et ventilai un peu la zone. Bien qu’aux allures propres une couche de poussière odorante laissait entendre que la chambre n’avait pas eut de visite depuis au moins quinze bon jours.

« Première règle pas de mort, si tu te nourris d’humains et que je sais que tu les liquides, plus d’alliance, je te retrouve et te liquide. Deuxième, tu n’approches sous aucun prétexte de ma cousine et si je viens à crevé dans cette histoires je veux ta parole que tu la protégeras, dernière règle pas de mensonge, pas prise de tête, pas de sentiment entre nous quoi qu’il arrive on ne sera jamais plus que des collègues qui font ce qu’ils ont à faire. »

J’avais pausé mes conditions à présent, à elle de voir si elle tenait à cette alliance. Je contournai le lit et allai me placer près d’elle, attrapant au passage la trousse et la vidant sur ce dernier. Des bandes, des compresses, de l’alcool modifié .bref le strict nécessaire.

« Si tu me mords, je te jure que je ne serai plus aussi galant. » Soufflais-je tout en m’allongeant et relevant mon haut pour laissé paraitre le pansement que Tabatha avait placé quelques jours plus tôt.

« Dire que je devais le laisser huit jours et que j’aurai plus rien, ben voila une super sorcière, plus ça va, plus je me dis que je vais vraiment devoir lui apprendre a se protéger »Pensais-je tout en plantant mon regard au plafond.


Alex K. powell



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mystere-de-mystic-fa.vampire-legend.net/
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 27

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: {Alex K. Powell & Thaïs V. Roosevelt} Quand le feu et la glace ce croise ... Sa donne des étincelles ! Jeu 12 Juil - 19:45


Le Feu et La Glace
Thaïs V. Roosevelt & Alex K. powell


La chambre ne payait vraiment pas de mine mais bon, si on oubliait la poussière, ça aurait pu être pire. La décoration laissait tout de même à désirer… Tapisserie verte et moquette rouge ? Qui avait ce genre d’idées ? Si c’était ça la meilleure chambre, je n’avais pas la moindre envie de voir à quoi ressemblait la pire. Toujours est-il que ça devrait faire l’affaire de toute façon. Alex eu la bonne idée, ne fois débarassé de sa veste, d’aller ouvrir la fenêtre, ce qui nous aiderait peut être à nous débarrasser de l’odeur de renfermé qui embaumait la pièce et apporter un peu de fraicheur dans la pièce. Cette chambre n’avait pas du être utilisée depuis un petit moment et apparemment, personne n’avait prit la peine de venir l’aérer. Je laissais le jeune chasseur faire son petit manège, attendant soit qu’il daigne m’énoncer ses conditions ou venir s’installer pour que je puisse m’occuper de sa plaie. Il décida apparemment de commencer par ses quelques conditions.

« Première règle pas de mort, si tu te nourris d’humains et que je sais que tu les liquides, plus d’alliance, je te retrouve et te liquide. Deuxième, tu n’approches sous aucun prétexte de ma cousine et si je viens à crevé dans cette histoires je veux ta parole que tu la protégeras, dernière règle pas de mensonge, pas prise de tête, pas de sentiment entre nous quoi qu’il arrive on ne sera jamais plus que des collègues qui font ce qu’ils ont à faire. » énonça-t-il.

Je me tus un moment, considérant ses exigences avec attention. Pour la première, ça devrait aller. Je n’avais pas pour habitude d’aller boire le sang d’un tas d’innocents juste pour le sport. Il y avait des moyens bien moins barbares de survivre de nos jours et en cas de besoin, je n’avais de toute façon pas besoin de tuer ma victime. Il me suffirait d’effacer sa mémoire et le tour serait joué. Et je pouvais bien me passer de mes petites parties de chasse aux chasseurs pendant quelques temps. Je n’avais pas été chasser qui que ce soit depuis mon arrivée à Coventry, j’avais eu assez pour m’occuper. « Concernant les humains, pas de problèmes. Du moment que tu ne m’empêche pas d’aller piller les réserves de sang de l’hôpital, sinon je ferais pas long feu. J’ai pas pour habitude de m’en prendre à des innocents de toute façon. » Répondis-je alors qu’il venait s’allonger sur le lit. Deuxième condition : sa cousine. Ca aussi je devrais pouvoir m’y faire. M’en prendre à la famille d’Alex n’était de toute façon pas dans mes projets. Sa dernière condition m’amusa cependant. Pas de sentiments ? Pourquoi se mettait-il à parler de sentiments ? Je ne faisais pas alliance avec lui dans le but d’en faire mon mari, qu’allait-il s’imaginer ?

« Pour ta deuxième condition, ça me va, même si je dois t’avouer que le fait que tu te fasses tuer n’est pas vraiment dans mes plans, et que je pourrais pas passer ma vie à Coventry pour veiller sur elle si il venait à t’arriver quelque chose. Les gens finiront pas se poser des questions. Le mieux, c’est donc encore qu’il ne t’arrive rien. Et pour la dernière… Pas de mensonges, pas de prises de tête, pas de sentiments, on est d’accord. Même si je vois pas pourquoi tu rajoute pas de sentiments » Ajoutai-je tout en étalant le contenu de la trousse de secours sur le lit.

« Si tu me mords, je te jure que je ne serai plus aussi galant. » Souffla Alex en s’allongeant sur le lit, remontant le bas de son t-shirt pour découvrir sa plaie - et son torse qui n‘avait plus du tout rien de celui de petit garçon d‘à peine une dizaine d‘année qui m‘avait sauvé la vie il y a des années de ça. L‘odeur de sang était entêtante, mais j‘avais appris à me contrôler au fil des siècles, ce n‘était donc pas un problème ingérable pour moi. « Je suis assez âgée pour savoir me contrôler, rassure-toi. » répondis-je en m’emparant d’une compresse avec laquelle j’entrepris de nettoyer sa plaie.

« Dire que je devais le laisser huit jours et que j’aurai plus rien, ben voila une super sorcière, plus ça va, plus je me dis que je vais vraiment devoir lui apprendre a se protéger » fit-il, le regard rivé sur le plafond. Je pouvais en effet voir, maintenant que j’avais nettoyé le sang qui recouvrait sa peau, qu’il restait encore quelques traces d’une sorte de pommade qui avait commencé à cicatriser la plaie avant qu’Alex ne l’ouvre de nouveau aujourd’hui. « C’est parce que tu aurais du nettoyer et en remettre entre temps, pas le laisser comme ça. Fallait demander à ta super sorcière de te faire un stock. » Fis-je remarquer en me mettant à désinfecter la plaie, la débarrassant des restes de la mixture qu’avait appliqué la sorcière. « D’ailleurs, en parlant de sorcière. Moi aussi j’ai quelques conditions. Tu peux tuer autant de vampires et de loup-garou que tu veux, mais pas touche aux sorciers… A moins qu’ils ne le méritent. Et si je dis que quelqu’un est sous ma protection, c’est pareil, que ça soit un vampire, un loup, ou un sorcier. La liste n’est pas très longue, si ça peut te rassurer. » expliquai-je, ne levant pas le regard de sa plaie que je finis de nettoyer avant de la recouvrir d’un pansement. Je ne pouvais pas faire grand-chose de plus avec ce que j’avais sous la main. « Et voilà. Je peux pas faire beaucoup mieux sans matériel de suture ni plantes médicinales, mais c’est déjà mieux que rien. J‘ai bien quelque chose qui te ferait cicatriser instantanément, mais je doute que ça soit ton truc… » Dis-je finalement en remballant le matériel dans la trousse de secours avant de m’emparer des compresses et du pansement sale pour aller les mettre dans la poubelle de la salle de bain.




Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messages : 623
date de naissance : 21/12/1987
date d'inscription : 13/05/2012
age : 30
avatar
Alex K. Powell
MessageSujet: Re: {Alex K. Powell & Thaïs V. Roosevelt} Quand le feu et la glace ce croise ... Sa donne des étincelles ! Mer 1 Aoû - 16:58

Comment étais-je arrivé là ? Franchement me retrouver allongé à côté d’un vampire, sexy ou non c’est pour le moins inhabituel. Bon c’est vrai qu’elle n’était pas à vomir, mais j’avais franchement la tête à tout sauf au tour de taille de son soutien-gorge. Déjà elle m’avait dit qu’elle me connaissait enfant et avait bloqué ma mémoire. Comment ? L’hypnose ?

Impossible, je pense même que mon biberon était aromatisé à la verveine. Donc pour me coller ces idées dans le crane, il fallait qu’elle ait usé de ses charmes autrement qu’avec ses hypnoses. J’avais déjà rencontré un vampire doté de pouvoir comme les sorcières, mais ce dernier les gérait particulièrement mal et avait fini sa nuit un pieu dans le cœur. Donc était-il possible qu’elle fasse partie des rares à maitriser ce genre de pouvoir ?

Je la laissai me soigner tout en regardant le plafond, si je l’avais connu, pourquoi l’avais-je aidé ? Et contre qui enfant je reprouvais les pratiques de mon père ? Mais de mémoire je ne me souvenais pas avoir joué les agents doubles contre lui pour un vampire. J’avais aidé quelques sorcières mais seulement car j’avais eu l’intime conviction que les dessins de mon paternel étaient simplement d’obtenir le grimoire et non de se soucier si la propriétaire était néfaste ou non.

« C’est parce que tu aurais du nettoyer et en remettre entre temps, pas le laisser comme ça. Fallait demander à ta super sorcière de te faire un stock. » Fit-elle remarquer en me mettant un désinfectant sur la plaie, une drôle de sensation me traversa alors que la plaie se mit à me bruler. Je ne cherchais même pas à retirer sa main, pensant simplement que tout était logique et normal. Mais plus les secondes passaient plus une sensation de feu traversait mon torse comme une sorte de serpent se glissant dans mes veines. « D’ailleurs, en parlant de sorcière. Moi aussi j’ai quelques conditions. Tu peux tuer autant de vampires et de loup-garou que tu veux, mais pas touche aux sorciers… A moins qu’ils ne le méritent. Et si je dis que quelqu’un est sous ma protection, c’est pareil, que ça soit un vampire, un loup, ou un sorcier. La liste n’est pas très longue, si ça peut te rassurer. » Expliquait-elle alors que mon regard cherchait la brulure invisible. Mais avant que je n’eu le temps de comprendre ou de répondre. Une pointe de migraine traversa mon crane avant de totalement se dissiper. J’avais comme la sensation d’être embarqué sur un manège lancé à pleine vitesse, et se stoppant aussi vite qu’un clignement de paupière.

« Et voilà. Je ne peux pas faire beaucoup mieux sans matériel de suture ni plantes médicinale, mais c’est déjà mieux que rien. J‘ai bien quelque chose qui te ferait cicatriser instantanément, mais je doute que ça soit ton truc… »

J’arquai un sourcil, tout en me redressent contre la tête du lit. Sans comprendre ce qu’il m’arrivait et cherchant ce qu’elle m’avait demandé et que j’avais visiblement déjà oublié, sans doute cela avait à voir avec la plaie, ou alors avec Drew. Mais alors que je me creusais la tête, un flot d’images se bouscula dans mon crâne, à cela rien d’inquiétant j’en avais même l’habitude. Toutes les possibilités d’attaque, de conclusion ou simplement de déroulement du futur se dessinaient devant mes iris en une fraction de seconde alors que mon cerveau analysait aussi vite le flot des possibilités.

Mais alors que j’allais lui demander de me réitérer ses mots. La dernière image de nous dans un ébat plutôt musclés me fit éclater de rire.
Machinalement ma main se glissa sur mon pendentif pour le replacer sur mon cou. Tout en plantant enfin mon regard dans le siens.

« Désolé, une pensée m’a traversé, donc tu disais ? » Mais alors que mon regard la redessinait je commençais à me dire que toutes ces images seraient bien amusantes. « Quoi ? Fais pas cette tête on peut pas avoir des courbes pareilles et penser qu’on va faire qu’écouter et pas regarder d’ailleurs… » J’attraper son visage et l’embrassai sans préambule. Avant de me stopper et de planter mes iris dans les siennes, « On a parlé de sang et de confiance pas vrai ? Alors ajoutons un peu d’amusement à tout ce mélange » Dans un geste rapide j’allai la plaquer au mur et sortis ma lame tout en la faisant remonter sur le tissus de son haut. Le provoquant au passage un peu plus et m’amusant a tester sa réaction. Après tout sur le plan vitesse elle m’alignait mais sur les coups d’avance et la précision je n’avais pas mon pareil.


Alex K. powell



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mystere-de-mystic-fa.vampire-legend.net/
messages : 1228
date de naissance : 07/12/1991
date d'inscription : 11/02/2012
age : 27

bind the circle
situation: veuf(ve)
avec: Beau K. Mickaelson
avatar
Thaïs V. Roosevelt
MessageSujet: Re: {Alex K. Powell & Thaïs V. Roosevelt} Quand le feu et la glace ce croise ... Sa donne des étincelles ! Dim 5 Aoû - 0:11


Le Feu et La Glace
Thaïs V. Roosevelt & Alex K. powell


Il était normal que j'ai moi aussi mes conditions n'est-ce pas ? Après tout dans une alliance comme celle ci, mieux vaut être clair dès le départ sinon quoi vous finirez bien vite par vous faire avoir. Toujours est-il que j'avais terminé de désinfecter la plaie d'Alex et après avoir été déposer les compresses tachées de sang dans la poubelle de la salle de bain – si avec tout ça, les femmes de ménage ne se posaient pas de question c'est qu'elles avaient de sérieux problèmes – je revins m'asseoir au bord du lit auprès d'Alex. Entre temps, il s'était redressé pour s'adosser à la tête du lit, portant sur le visage l'air de celui qui n'a absolument rien écouté de ce que j'ai pu lui raconter.

Je m’apprêtais à prendre la parole lorsqu'il éclata soudain de rire. Qu'est-ce qui lui prenait, je n'en avais pas la moindre idée. Je l'observai, haussant les sourcils, interloquée. Lui qui s'était montré plus bougon que blagueur depuis notre rencontre riait à présent qu'il était le seul à connaître. « Désolé, une pensée m’a traversé, donc tu disais ? » Je levais les yeux au ciel. Ça j'aurais deviné toute seule oui. Je l'avais écouté moi quand il avait parlé, il pourrait au moins avoir la décence de faire de même, non ?« Quoi ? Fais pas cette tête on peut pas avoir des courbes pareilles et penser qu’on va faire qu’écouter et pas regarder d’ailleurs… »

Je du retenir un soupire exasépéré – décidément, les hommes étaient bien tous les même – mais n’eus pas le temps de répondre qu'il avait déjà attrapé mon visage entre ses mains pour s'emparer de mes lèvres et m'embrasser sans me laisser vraiment le temps de réagir. Oh, c'était loin d'être désagréable, surprenant oui, mais désagréable pas du tout. Quelle femme se plaindrait d'être embrassée par un homme tel que lui ? D'accord, de ce que j'avais réussi à savoir sur lui il pouvait être un véritable enfoiré, que ça soit dans la vie de tous les jours ou avec les femmes mais côté physique... Il n'y avait vraiment rien à redire. Grand, musclé, avec un regard à tomber, que demande le peuple ? C'est donc tout naturellement qu'une fois la surprise passée – ce qui ne pris huère longtemps - je lui rendis son baiser.

« On a parlé de sang et de confiance pas vrai ? Alors ajoutons un peu d’amusement à tout ce mélange. » Proposa-t-il avant de se lever, m’entraînant avec lui pour aller me plaquer contre le mur. Hmm, c'est qu'il se montrait entreprenant en plus de ça. Détachant mon regard de ses yeux verts, je le baissais juste assez pour remarquer qu'il avait sorti son couteau de sa poche. J'en détachais mon regard pour le river de nouveau sur son visage, imperturbable alors que je le sentais remonter sa lame le long de mon ventre, puis de ma poitrine. « Ah, tu veux jouer à ça? » Demandai-je avec un petit sourire en coin.

En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, il se retrouva plaqué sur le lit, moi installée à califourchon sur lui, toutes dents dehors « Fais attention, moi aussi je suis armée » lâchai-je avant de redonner à mon visage son aspect normal. Je n'avais aucune intention de l'attaquer, même si je ne m'y serais pas vraiment prise autrement si ça avait été le cas, mais après tout si il se permettait de sortir mon couteau, pourquoi ne pouvais-je pas sortir moi même mes armes personnelles ?

Mes mains remontèrent le long de son torse, demeurant pour le moment sagement au dessus de son t-shirt tout en évitant machinalement l'endroit de sa blessure - qui ne semblait néanmoins pas le perturber plus que ça - alors que je me penchais sur lui, un petit sourire aux lèvres pour l'embrasser à mon tour, laissant ensuite mes lèvres descendre se balader avidement au creux de son cou. L'odeur de son sang était enivrante et je pouvais sentir le sang circuler là, juste sous sa peau, à cet endroit précis où j'aurais planté mes crocs si il avait été l'une de mes victimes. Mais ce n'était pas le cas, il devait donc s'estimer heureux que j'ai assez de contrôle sur ma soif de sang pour ne pas céder à l'envie d'agrémenter cette partie de plaisir de quelques gorgées de sang humain.




Thais V. Roosevelt
« Passion. It lies in all of us, sleeping, waiting & though unwanted, it will stir, open its jaws & howl. It speaks to us, guides us. Passion rules us all & we obey. It'is the joy of love, the clarity of hatred & the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. If we could live without passion maybe we'd know some kind of peace but we would be hollow. Empty rooms shuttered & dank. Without passion we'd be truly dead »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: {Alex K. Powell & Thaïs V. Roosevelt} Quand le feu et la glace ce croise ... Sa donne des étincelles !

Revenir en haut Aller en bas

{Alex K. Powell & Thaïs V. Roosevelt} Quand le feu et la glace ce croise ... Sa donne des étincelles !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le dernier d'Alex Clarck
» MALEEV Alex
» Carreau Rodolphe (pas Alex)
» Interviex d'Alex Hermant sur MétéoBelgique
» Siegfried de Alex Alice


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the secret circle :: “ Coventry ” :: le port :: Les quais-